Albums du moment
Pochette The Waste Land
Pochette Total Dump
Pochette Hier Déjà Mort Pochette Lost Empyrean
Chroniques
Pochette I, The Mask
Pochette Broken
Pochette Algorythm
Pochette Traveler
Pochette Rituals of Power
Pochette 2020
Pochette VLF Pochette Heart Of Darkness
Découverte
Pochette Nosebleeds

Tom G. Warrior, (Triptykon, Celtic Frost, Hellhammer) Méan, 2018

On ne présente plus Tom Gabriel "Warrior" Fischer, leader et membre fondateur des légendaires HellhammerCeltic Frost  et depuis une dizaine d'années, du plus confidentiel Triptykon, qu'il a toujours vu comme une continuation logique du Frost. Nous avons affaire à une forte personnalité, qui a toujours une opinion tranchée sur les choses, mais garde une certaine clairvoyance sur sa musique et une ouverture d'esprit rendant sa conversation souvent intéressante. Visiblement bien luné ce jour-là, il nous a fait des révélations surprenantes sur ses projets à venir.


En 2014, vous aviez annoncé la sortie d'un EP intitulé Aurorae, mais ce disque n'est jamais arrivé, pourquoi ? 

Je suis toujours vivant, donc cet EP pourrait tout de même voir le jour ! [rires]

Comme pour Shatter avec Eparistera Daimones, ce sont donc des morceaux inédits des sessions de Melana Chasmata ? 

Oui, il y a deux titres qui n'ont pas été intégrés dans l'album. Nous allons probablement faire un nouvel EP avant le prochain album. Nous savons bien que le recrutement de notre nouveau batteur a pris plus de temps que nous l'espérions. Melana Chasmata est sorti il y a longtemps et pour sortir de ce mutisme, il devrait y avoir un EP de quatre titres, deux nouveaux et les deux inédits que je viens de mentionner. Et le prochain album sortira l'année prochaine, si tout va bien.

Dans les notes de la pochette de Monotheist, on peut lire que "Rex Irae : Requiem" et "Winter" sont deux parties d'un requiem que Celtic Frost devait terminer sur l'album suivant. Sachant que tu as écrit ces deux chansons, as-tu prévu de terminer ce requiem ? 

Oui, c'est prévu pour avril 2019. Nous avons reçu une commande du Roadburn pour finir la troisième partie manquante. J'y travaille actuellement et elle sera jouée pour la première fois avec un orchestre en avril 2019. 

Drôle de coïncidence : ma prochaine question était justement sur le fait que tu avais déclaré être intéressé pour écrire de la musique symphonique.

Eh bien, je ne suis pas vraiment assez bon pour faire ça, mais j'essaye de le faire à ma manière. J'ai commencé ce requiem en 1986 et je n'avais pas vraiment d'idées sur la manière de le terminer. J'ai juste écrit la première partie et je savais qu'un jour, je le finirais. Evidemment, j'espérais le finir avec Celtic Frost, mais puisque Triptykon existe pour succéder à Celtic Frost, je ne vois aucun problème à ce que ça se fasse.

En écoutant Monotheist et les deux albums de Triptykon, j'entends vraiment un nouvel élément qui est apporté à la musique : des guitares sous-accordées associées à des riffs plus lents et des chansons qui sont elles aussi moins rapides. Ceci se retrouve également sur scène, puisque vous jouez des chansons de Celtic Frost plus lentement.

Ce n'est plus le cas. Quand nous avons reformé Celtic Frost dans les années 2000, nous jouions les morceaux assez lentement parce nous voulions qu'elles soient plus lourdes. Mais avec Triptykon, j'ai abandonné ça, je ne crois pas que ça fonctionnait vraiment. Je pense maintenant que nous devons jouer les titres à un tempo aussi proche que possible que celui des albums. La seule pièce qui est toujours un peu plus lente est Procreation Of The Wicked parce qu'elle a ce côté lourd. Nous jouons tous les autres titres à une vitesse très semblable à l'album. Concernant l'accordage grave, je sais que c'est un vrai problème pour beaucoup de personnes. En ce qui me concerne, c'est un non-problème. Nous avons commencé à expérimenter avec les accordages graves dans la première période de Celtic Frost. Black Sabbath s'est sous-accordé dès Masters Of Reality en 1971. Tout ce qui est nécessaire à faire sonner un morceau comme il faut ne me dérange absolument pas. 

Bien sûr. Je posais cette question parce que c'est la prise de décision qui m'intéresse. Quand Monotheist est sorti, ça marquait un virement vers une musique beaucoup plus lourde. 

Et c'était notre intention. Quand j'étais gosse dans les années 1970, tous les groupes que j'aimais comme NazarethStatus Quo ou Genesis sont devenus très commerciaux avec les années. Ils sont devenus le genre de groupes que des femmes au foyer écoutaient, des groupes qui sont dans les charts. Et je ne voulais pas être comme ça. Me voici donc au milieu de la cinquantaine, et bien sûr que mes albums sont lourds, j'aime ça. Je ne veux pas finir comme Genesis ! 

En 2016, vous avez joué au Wacken et à quelques autres occasions avec la chanteuse Simone Vollenweider. Personnellement, je pense que vos chansons avec des voix féminines font partie de vos meilleures.  

C'est aussi ce que je pense. Ce sont des chansons très importantes pour moi.  

As-tu envisagé d'intégrer une chanteuse de manière permanente ? 

De fait, j'y réfléchis ces derniers temps. C'est difficile, parce qu'être dans un groupe demande beaucoup d'abnégation. Ton autre vie doit être au second plan, tu dois accepter de partir en tournée, d'aller en studio ou de voyager à travers le monde dès qu'il y a une offre. Tu ne peux pas dire : "J'ai un boulot ou mon patron ne m'autorisera pas à le faire.". Donc trouver quelqu'un avec cette volonté, ce fanatisme, est en fait assez difficile. Mais j'y pense, parce que lorsque nous jouons sans chanteuse, nous sommes limités, puisque nous ne pouvons pas jouer tous les titres. Et comme tu l'as dit, ces morceaux sont parmis les plus importants. J'ai aussi prévu de continuer à travailler avec des voix féminines dans le futur, donc il va y avoir d'autres chansons de ce type. En tout cas, avoir une chanteuse est définitivement quelque chose qui pourrait se faire, nous sommes en train d'en parler au sein du groupe en ce moment. 

Pourrais-tu décrire comment se passait une session d'écriture de Celtic Frost habituellement ? 

Il n'y a jamais vraiment eu une seule manière de procéder, c'était tout le temps différent. Certaines chansons ont été écrites quand j'étais seul chez moi, d'autres venaient d'idées de Martin. Nous écrivions aussi dans le local de répétition, tout était très ouvert. Ce qui compte en définitive est le morceau finalisé, par la manière avec laquelle tu y parviens.  

Est-ce le même fonctionnement avec Triptykon ? 

Bien sûr, absolument !  

Dans ta carrière, il t'est arrivé de réenregistrer des morceaux ou remasteriser des albums. Je pense notamment à To Mega Therion avec les morceaux The Usurper, Jewel Throne et Return To The Eve. Pourquoi ne pas avoir réenregistré tout l'album ? 

Parce qu'à l'époque, nous n'étions personne, juste un petit groupe underground. Nous étions très insatisfaits du son de l'album et nous avons eu beaucoup de problèmes avec le producteur. Nous avons demandé au label de remixer tout l'album et ils ont refusé parce que ça coûtait trop cher. Ils ont dit que nous pouvions remixer trois morceaux pour un EP mais pas plus. Nous avons donc remixé ces trois morceaux et les seules parties qui ont été réenregistrées sont les lignes de basse de Martin Ain, parce qu'il ne faisait plus partie du groupe au moment de l'enregistrement de l'album. Et évidemment, ça sonnait beaucoup mieux.


Dans le livret de To Mega Therion, on peut lire que l'album est dédié aux programme spatiaux Mercure, Gémeaux, Apollo 1 et "Gus" Grisson. Est-ce que c'est un sujet qui t'intéresse toujours ?
 

Bien sûr, ça m'a toujours passionné ! C'est quelque chose que je partageais et c'est d'ailleurs toujours le cas d'ailleurs, avec Reed St Mark, notre batteur à l'époque. Nous étions très intéressés par le sujet. Si tu pouvais voir, chez moi, c'est en gros une énorme bibliothèque, avec des livres sur les vols spatiaux et beaucoup d'autres choses de ce genre. 

Penses-tu que ça t'inspire pour ta musique ? 

Peut être pas directement, mais évidemment ça influence mon état d'esprit. Le fait de s'intéresser à l'espace, à la physique quantique, toute la question de notre place dans cet univers et comment il fonctionne doit avoir une forme d'influence sur les paroles.  

Il y a aussi des livres d'histoire chez toi, il me semble ? 

Oui, bien sûr. Je trouve ça fascinant. 

A ce jour, Triptykon n'a pas enregistré de reprise, alors que Celtic Frost s'était illustré en reprenant des groupes inattendus, comme Wall Of Voodoo. Est-ce que ça t'intéresse toujours aujourd'hui ? 

J'y pense occasionnellement. Mais d'un autre côté, je n'en ressens pas vraiment le besoin. C'était une sorte de spleen qui nous poussait à faire une reprise et à la changer complètement, dans Celtic Frost. Je l'ai déjà fait, donc maintenant, ce n'est pas une nécessité. Mais il y a quelques titres qui étaient très importants pour moi quand j'ai grandi et dans mon cheminement de musicien et je réfléchis parfois à en travailler une avec Triptykon. Ca pourrait se faire un jour. Mais tant que nous avons assez de matériel avec notre propre musique, ça reste optionnel. 

Aurais-tu des noms à nous donner ? 

Non, je ne peux pas, parce que ça pourrait donner des idées à quelqu'un de l'enregistrer avant nous ! 

Ca vous est déjà arrivé quand Megadeth a fait une reprise de Frank Sinatra ! 

Tu sais tout en fait, hein ? [rires]

Disons que j'ai pris le temps de me préparer. 

Oui, mais c'est très professionnel, j'apprécie vraiment ça. Il y a une vidéo sur Youtube, qui a été enregistrée pendant la tournée de reformation de Celtic Frost aux Etats-Unis, où je suis très désagréable avec un journaliste. Il était venu dans notre bus pour une interview, mais il ne connaissait rien, vraiment rien ! C'était très frustrant, du genre "Es-tu ne serait-ce qu'intéressé par notre groupe ? Pourquoi fais-tu une interview si tu ne connais rien sur nous ? Tu ne peux pas poser de question sans ça !" Donc, j'apprécie sincèrement l'autre extrême. Comme tu le sais, je suis un grand passionné d'histoire. La plupart des livres chez moi traitent de ce sujet. J'apprécie les bonnes recherches, j'aime le travail professionnel, quand tu peux voir que quelqu'un a vraiment travaillé pour faire un livre aussi parfait que possible. Respect ! 

(NDR : Un rédacteur qui se respecte aurait coupé ce court échange de "lustrage" en règle. Néanmoins, l'humble auteur de ces lignes a décidé de les laisser, ayant déjà plusieurs fois eu des interviews gâchées en partageant un créneau avec des personnes posant des questions d'une banalité abyssale, dévaluant le travail de ceux qui font leur possible pour essayer de faire des articles de qualité. Voici les interviews concernées pour les plus curieux : Killing Joke et Textures

J'ai cru comprendre que tu étais passionné par la Révolution Française ? 

Oui, mais pas seulement. Ca peut être des périodes très variées de l'Histoire. 

Que peux-tu me dire sur le troisième album de Triptykon à ce jour ? As-tu prévu d'encore utiliser de vieilles démos de Celtic Frost ou as-tu utilisé tout ce qui est exploitable ? 

Il reste encore pas mal de démos de Celtic Frost et peut être que je vais en utiliser, non pas que je manque d'inspiration mais parce que je les ai réécrites pour qu'elles soient exploitées. Celtic Frost était une démocratie et Monotheist était déjà un album très long. Nous avons travaillé pendant cinq ans et demi et nous avons donc écrit une tonne de morceaux. Il a ainsi fallu faire une sélection mais il y avait beaucoup de matériel de qualité. C'est possible qu'une ou deux démos de cette période se retrouvent sur le prochain album. Comme pour moi, Triptykon est une continuation de Celtic Frost, c'est très légitime. Mais il y a aussi beaucoup de nouvelles chansons. Comment décrire l'album ? De fait, nous avons trouvé notre son, nous en sommes très satisfaits. Ce que je peux te dire, c'est qu'il sera un peu plus sombre et peut être un peu moins direct, avec une petite touche plus expérimentale. Globalement, ça sonnera comme du Triptykon, évidemment. J'ai fait beaucoup d'expérimentations franches dans ma vie, je l'ai déjà fait, donc je suis très satisfait de juste jouer la musique que j'aime. Je n'ai pas vraiment l'envie, aujourd'hui, de faire quelque chose de radicalement différent avec Triptykon.  



Est-ce que ça t'arrive d'entendre l'influence de ta musique chez d'autres groupe ? Te dire "ah, peut être qu'ils ont écouté ma musique". 

Ce serait assez pathétique de me poser pour écouter des groupes et voir s'ils sonnent comme moi. Ca ne me ressemble pas. Mais ça m'est arrivé une fois, par pure coïncidence, dans les années 90. J'étais dans un disquaire Metal avec Martin Ain et ils ont passé une chanson qui sonnait Celtic Frost à tel point que c'en était troublant. Nous sommes allés voir le type de la boutique pour lui demander ce que c'était et il nous a montré un album de Darkthrone. Ca ressemblait vraiment à un chanson de Morbid Tales. Mais c'est vraiment la seule fois où ça m'est arrivé. En fait, j'écoute très peu de Metal chez moi. Je me passe plus du Rock prog 70's, du Jazz, du Hard Rock.

Il y a souvent cette tendance chez les musiciens avec un peu de bouteille d'être très peu enthousiastes vis à vis de la musique actuelle. Ce n'est pas ton cas, puisque tu montres souvent ton soutien à des groupes jeunes, comme Valborg récemment. 

Bien sûr, parce qu'ils font quelque chose qui sort de l'ordinaire et ça me plaît. J'aime quand un groupe a une vision et le courage pour essayer d'aller sur une voie complètement différente de tout le monde.

D'ailleurs, quand tu as été curateur du Roadburn, tu as programmé des groupes assez inhabituels. 

J'avais par exemple booké Dive, un groupe belge. C'est un projet solo d'Electro / Indus qui n'a rien à voir avec le Metal mais leur musique est vraiment radicale et je me suis dit que c'était une expérience intéressante de les avoir là. 

Ces dernières années, est-ce qu'il a d'autres groupes qui ont attiré ton attention comme ça ? 

Bien sûr, il y en a beaucoup et ils ne sont pas forcément complètement expérimentaux. Par exemple, les américains The Watchers qui jouent du Doom, tout simplement. Mais tu peux sentir qu'il y a un feu qui brûle en eux. Ce n'est pas juste du Doom, un genre qui est déjà daté, ils ont vraiment quelque chose. Ce n'est pas nécessaire de faire quelque chose de complètement réinventé, tant que je sens que le groupe vit complètement sa musique et ne fait pas juste ça pour les groupies et la bière.

Peut-on espérer une réédition des disques d'Apollyon Sun, qui sont difficilement trouvables de nos jours ? 

Je n'en sais rien, je ne sais même pas à qui appartiennent les droits aujourd'hui. Ils étaient détenus par Rod Smallwood, l'ancien manager d'Iron Maiden, via son label Sanctuary records. Puis le label a fait faillite et tout a été vendu à Universal. Ensuite ils ont eu un problème avec les autorités de la concurrence parce qu'ils avaient acquis trop de droits musicaux. Ils ont été obligés d'en vendre une partie à BMG. Mais je ne sais pas si Apollyon Sun faisait partie de ce contrat. Donc je ne sais rien de la situation et puisqu'Apollyon Sun n'est jamais allé nulle part, parce que nous avions des désaccords avec notre label... Nous nous sommes séparés du label le jour où l'album est sorti donc il n'y a jamais vraiment eu de promotion dessus et il doit être tout sauf intéressant à ressortir pour un autre label, tu n'as aucune garantie que ça se vendra. Tu dois le promouvoir comme un nouvel album et est-ce un bon coup pour un disque qui sonne complément 90s ? Je ne crois pas ! Les ex-membres du groupe m'ont occasionnellement proposé de faire une reformation, et ça m'a aussi traversé l'esprit mais pas avec beaucoup d'enthousiasme. Je travaille actuellement sur un nouveau projet (NDR : Niryth) avec trois autres personnes et au tout début, avant d'avoir nos propres chansons, nous avions envisagé de retravailler deux morceaux d'Apollyon Sun d'une manière complètement différente. Mais nous avons finalement écrit tant de musique que cette idée est morte aussi. Donc je crois que le sort du groupe est scellé. 

Avez vous enregistré avec ce nouveau projet ? 

De fait, nous nous y mettons la semaine prochaine. Je vais en Allemagne pour enregistrer les démos. Nous devons ensuite caler le planning de studio, l'enregistrement de ces démos ne sera fini qu'en novembre. On va faire ça au studio Woodshed de V. Santura (TriptykonDark Fortress). La démo sera produite comme un album et si tout va bien, l'année prochaine il y aura un vrai album. C'est un projet vraiment différent, ça ne sonne pas comme un million d'autres groupes. 

Celtic Frost tout comme Triptykon n'ont jamais vraiment sortis d'album live, malgré des performances assez intenses sur scène. Est-ce que vous pourriez sortir des enregistrement d'archive dans le futur ? 

A la toute fin de Celtic Frost, nous étions en train de travailler sur un album et dvd live parce que nous avions enregistré beaucoup de concerts de la dernière tournée. Mais les conflits internes sont devenus si importants que j'ai quitté le groupe et le projet a été enterré. Ca n'est jamais arrivé mais il y avait effectivement une intention de le faire. Le projet était vraiment particulier, ça devait être un disque d'accompagnement à Monotheist, avec les meilleures démos que nous avions faite pour l'album, parce qu'il y a vraiment des choses intéressantes là-dedans, puis des versions live des chansons de l'album. Pour Triptykon, je n'en sais rien. Pour être honnête, je suis un très mauvais guitariste et si on m'enregistre professionnellement, on pourra entendre à quel point je suis imprécis et mauvais, je ne sais pas si c'est une bonne chose ! [rires] Peut être que ça se fera, nous n'avons rien prévu de tel, parce que je n'en vois pas vraiment l'intérêt. J'aime beaucoup être en studio et créer quelque chose de produit à un très haut niveau. Je suis très satisfait de la production de Monotheist et des deux albums de Triptykon et j'aimerais continuer sur cette voie. Sur scène, tu n'as pas ce contrôle sur les choses. Nous avons sorti un EP avec deux chansons live sur Shatter, donc peut être que nous ferons quelque chose de ce style, à plus petite échelle qu'un album. Il ne faut jamais dire jamais !  

Puisque tu dis "ne jamais dire jamais", est-ce que ce dernier projet d'album live avec Celtic Frost est complètement enterré ?

Il l'est devenu quand j'ai quitté le groupe. Parce Martin et moi avions signé un contrat stipulant que le groupe ne pouvait exister que si nous deux en faisions partie. Nous en étions tous tous les deux convaincus. Martin m'avait dit après que j'ai quitté le groupe que nous jouerions à nouveau de la musique ensemble un jour et j'avais répondu : "Je ne pense pas, pas cette fois." Et maintenant, il est mort... Celtic Frost me manque, tu sais. Contrairement aux conflits personnels que nous avions, qui étaient terribles et ont tout détruit. Mais ce groupe me manque et même si je joue cette musique sur scène, c'est évidemment très différent d'être dans le groupe. J'ai parfois envisagé de faire un tribute avec Reed St. Mark, parce qu'il est le batteur d'origine et qu'il reste un de mes meilleurs amis aujourd'hui. Mais je ne sais pas s'il peut toujours jouer comme ça, tout comme je ne sais pas si je devrais faire ce tribute, parce qu'il y a Triptykon, et nous portons l'héritage de Celtic Frost. Je ne sais pas si ça a un sens. Et de l'autre côté, je travaille sur un autre side project. [rires] Parce que j'étais dans Hellhammer avant Celtic Frost. La différence est que la grande majorité des morceaux de Hellhammer n'a jamais été jouée sur scène, parce que Hellhammer n'a pas fait de concerts. Je vais donc faire un groupe tribute avec quelques personnes auxquelles je fais vraiment confiance et qui, je pense, comprennent vraiment ce type de musique. Ils ne le font pas juste comme des mercenaires. Et nous allons très certainement porter ces chansons sur scène d'une manière très respectueuse, comme un hommage à Hellhammer, nous ne prétendons en aucun cas être le groupe. C'est vraiment parce que ces titres n'ont jamais été joués, et j'aimerais en avoir la possibilité avant de mourir.

Tu as dit avoir envisagé sortir les démos de Monotheist, est-ce que ça pourrait se faire ? 

Non, quand j'ai quitté Celtic Frost, j'ai décidé que je ne voulais plus générer d'argent pour le dernier batteur du groupe, qui pour moi est le responsable de la séparation du groupe. Et à chaque fois que je sors quelque chose dans lequel il a été impliqué, il va en retirer de l'argent alors que c'est ma musique. J'ai trouvé que ça suffisait. Il a tourné dans le monde entier grâce à ma musique et je considère que je lui ai donné assez pour le rôle qu'il a eu dans la destruction de Celtic Frost. Donc tant que je vis, ça n'arrivera pas. La réponse n'est pas finie, parce que ça nous renvoie à ce que tu m'as demandé plus tôt. Quand Martin est décédé en octobre dernier, je me suis dit qu'on devrait peut être lui faire un hommage. Donc j'en ai parlé aux ex-membres de Celtic Frost, notre label et notre manager. J'ai proposé qu'on fasse un EP hommage à Martin en sortant certaines démos inédites. Il y a des démos sans le dernier batteur du groupe et je voulais prendre certains de ces titres. Il y a aussi deux reprises, ce qui nous renvoie à ta précédente question, que Martin avait fait avec Celtic Frost. C'était son idée et il les a complètement changées. Le résultat est très intéressant et expérimental. On aurait donc fait un EP de quatre morceaux et l'argent que ça aurait rapporté aurait été versé à une oeuvre de charité à laquelle Martin contribuait, qui protège les Orang-outans en Afrique (NDR : pour les orang-outans, c'est plutôt en Indonésie). Ca aurait donc été pour une noble cause, personne n'aurait gagné d'argent dans l'affaire. Mais nous avons contacté les ayants droit des deux chansons originales et ils ont refusé de nous donner leur autorisation. Donc tout ce projet est mort à cause de cela. On leur a envoyé les versions Celtic Frost et ils ont probablement pensé que nous avions trop travaillé, trop changé ces chansons, en dépit de leur qualité. Martin était vraiment au sommet de son art au moment où il a travaillé dessus. Tout était prêt pour la sortie, y compris le design de l'EP, qui devait être un gatefold. Ca aurait été un hommage approprié à Martin Ain. 

Est-ce que tu serais intéressé par l'idée de jouer des albums en entier sur scène, de Triptykon par exemple ? 

Tout à fait, et ça va sans doute se faire. Nous allons jouer à un festival en Californie et ils nous ont demandé de jouer un set uniquement axé sur Celtic Frost. Ca sera une grande première, et nous avons également évoqué un concert où nous jouerions To Mega Therion ou Morbid Tales en entier, mais on pourrait aussi le faire pour Triptykon. Ca va très probablement se faire, mais pas sur toute une tournée, sans doute des concerts individuels.

Dernière question et elle est sensible : comptes-tu encore utiliser des artworks de H.R Giger pour les prochaines sorties de Triptykon ? 

Le prochain album de Triptykon aura une pochette par Giger et ça sera le dernier. C'est aussi le dernier projet de pochette de l'histoire dans lequel H.R Giger a été impliqué de son vivant et pour lequel il a approuvé tous les détails. J'avais fait le design pour Melana Chasmata et le suivant au même moment et lui avais soumis pour approbation. Mais après ça, je pense que nous n'utiliserons plus son art, malgré le fait que sa veuve m'en ait offert la possibilité. Je pense que nous ne devrions pas le faire sans pouvoir avoir l'approbation de Giger. Et aussi je dois dire que ça devient lassant au bout d'un moment, avec tout le respect que je lui dois. Je pense qu'un triptyque Giger suffit amplement et j'aimerais pouvoir faire autre chose sur ce plan. 

Justement, au départ, vous aviez prévu une autre pochette pour Melana Chasmata, est-ce qu'on pourra la voir un jour ?
 

J'en suis convaincu, si je vis assez longtemps pour que ça se fasse. C'est un artwork phénoménal. Je vais d'ailleurs faire une exposition au Musée Giger avec Paul Rumsey cet automne, parce que je suis un grand admirateur de son travail. Et je lui avais dit au moment où Giger nous avait approché, mais que nous travaillerions ensemble un jour. 

Je n'ai plus de questions, merci beaucoup ! 

Merci à toi. Et tu gagnes des points bonus pour ton t-shirt Dead Can Dance. Surtout que c'est un modèle à l'ancienne !

Neredude (Octobre 2018)

Photos par Ester Segarra
Remerciements à Gabriel Redon pour la participation aux questions.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment