Albums du moment
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Back In Business Pochette Hvísl Stjarnanna
Chroniques
Pochette Rammstein
Pochette Syntheosis
Pochette Flub
Pochette Masses
Pochette Defeater Pochette Compromissions

La Sélection #5 : John Coltrane commenté par Christian Vander (Magma, Offering) Le Triton, 2018

Henry Rollins a un jour déclaré, en parlant de John Coltrane : "Le jazz est le plus beau cadeau de l'Amérique au reste du monde.". 

Voilà un point sur lequel il pourrait s'accorder avec notre Christian Vander national, assurément un des plus grands fanatiques de Coltrane vivant sur cette planète. Si on faisait une liste des musiciens les plus importants du XXe siècle, John Coltrane y figurerait sans l'ombre d'un doute, comme l'un des piliers inébranlables du jazz. Pour toute personne qui souhaiterait découvrir son oeuvre, il pourrait se révéler intimidant, voire impossible, de se frayer un chemin dans son imposante discographie. Nous avons donc fait appel à l'expertise de Christian Vander pour nous sélectionner le meilleur, la substantifique moelle de 'Trane, ce qu'il appelle de ses mots une initiation. Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo.




BONUS : 
Notre conversation avec Christian sur John Coltrane a duré un long moment, et tout n'a pas pu être casé dans la vidéo. Pourtant, comme il est si passionné par le sujet, nous n'avons pas pu résister de vous faire une retranscription du reste de l'interview. D'abord, Christian vous donne son avis sur le conflit entre Elvin Jones et Rashied Ali lorsque les deux jouaient pour John Coltrane.

Vander : [...] A ce moment précis, j'ai su que c'était lui. Je n'avais même pas écouté le disque ! [Rires] Mais son nom sonnait comme quelque chose de permanent. Ce qui s'est avéré vrai, Jimmy Garrison est resté dans le groupe jusqu'à la fin, et il a presque arrêté de jouer après ça. Il considérait que ce n'était pas possible de continuer après avoir jouer avec Coltrane. Il s'est plus ou moins laissé mourir, il faut le savoir. De son côté, Elvin Jones avait quitté le groupe bien avant, comme il ne pouvait pas supporter Rashied Ali. Il considérait que Rashied n'était pas un batteur, ce qui est en partie vrai. Disons que Rashied Ali était plutôt dans la veine d'un percussionniste, avec un jeu multi-directionnel que Coltrane recherchait. C'est comme s'il jouait des caxixis, des congas, un peu de tout, ce qui créait une tapisserie sonore permettant à John Coltrane d'accomplir sa vision multi-directionnelle. [...] Rashied Ali est un autre débat. L'argument d'Elvin est compréhensible. Si on a en tête des batteurs de jazz, il y avait Charly PersipArt Blakey ou Max RoachElvin Jones était de cette lignée et en est devenu le maître. On peut entendre quatre de ces batteurs sur l'album Gretsch Drum Night at Birdland. Je crois qu'il y a Charly PersipArt Blakey dessus et aussi “Philly” Joe Jones, un autre grand, cousin d'Elvin d'ailleurs. Cet album est sorti sur le label Roulette. On a donc quatre caisses clairs, et ils jouent avec ce son de grosse caisse old school : "boum boum". Ca joue phénoménalement bien. Parfois les quatre jouent ensemble sur un thème écrit, et on peut entendre une grosse caisse qui sonne différemment : "Koung koung". C'est Elvin, une sorte de son qui pénètre, sans diluer les cymbales pour autant, de la pure magie ! Mais cette nuit Gretsch à Birdland a eu lieu avant Coltrane, évidemment. Enfin, tout ça pour dire que Rashied Ali n'est pas de cette école. Je lui a dit en face d'ailleurs. Il y a une époque où il jouait beaucoup de standards, comme s'il apprenait à les jouer, dans un style plus conventionnel. Et on pouvait voir qu'il était très maladroit. Donc je suis allé le voir en loge et je lui ai dit : "Alors, on fait sa bonne action ?" ! Bon, là il s'est vraiment fâché. Il m'a répondu : "Qui es-tu pour me parler ainsi ?". Et j'ai tout simplement dit que j'entendais très bien ce qu'il essayait de faire. [...]

Enfin, nous devions questionner Christian sur un mythe, selon lequel il s'était entraîné à la batterie dans une piscine. Voilà ce qu'il avait à dire :

Vander : Première chose, je n'ai pas de piscine chez moi ! [Rires] Eh bien, j'essayais tout simplement de découvrir d'autres sensations. Une fois, j'avais fait une plaisanterie en disant que je m'attachais des gueuses en metal aux pieds pour travailler ma souplesse. C'était une erreur, parce que les gens m'ont cru ! [Rires] Ca me semblait pourtant complètement absurde. Mais oui, j'ai effectivement essayé de m'entraîner sous l'eau avec mes baguettes d'entraînement. C'était intéressant mais pas un succès.
Et pour consulter les précédents volets de La Sélection, c'est par ici :

Ulver commenté par Aymeric Thomas (Pryapisme) : [...]
Ministry commenté par Fabien W. Furter (Wheelfall) : [...]
The Cure commenté par Neige (Alcest[...]

Melvins commenté par Boris [...]

Neredude (Juin 2018)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment