Albums du moment
Pochette Hypercut
Pochette Muerte
Chroniques
Pochette Etter Lys
Pochette Carnage
Pochette es taut
Pochette Place Noire
Pochette Exile Amongst The Ruins
Pochette Separation Anxiety Pochette Sonder

Motionless In White Trabendo - Paris, 2018

Nous retrouvons Chris, leader et dernier membre originel du groupe de Metalcore Mothionless In White, en direct du Trabendo, en cette fin janvier 2018. Le concert a été déplacé du Petit Bain à cause de risque d’inondation, et le groupe est en tête d'affiche avec Ice Nine Kills et Cane Hill.

Bonjour, Chris, comment vas-tu ?

Chris : Bonjour, ça va en ce moment, je suis en pleine séance de promotion donc allons y.

Comment a été créé Motionless In White ?

En fait, je suis le seul membre du line up original, mais au départ on avait créé le groupe avec des copains du lycée. On jouait des instruments et on voulait juste faire de la musique, des reprises et se marrer. Et après on a commencé à faire des compos et voila là où ça nous a mené douze ans plus tard. On est tête d'affiche à Paris pour la première fois de notre carrière.

Vous repreniez quels morceaux à cette époque ?

Au tout début on a fait un peu de tout, les Misfists, Blink 182, c'était vraiment selon ce que tout à chacun avait envie de jouer. On jouait Freak On A Leash de Korn aussi, c'était un mélange plutôt éclectique.

Sans parler de style, comment décrirais-tu Motionless In White à quelqu'un qui ne l'a jamais entendu ?

Je pense que la meilleure manière de le décrire c'est qu'on se situe du coté lourd et sombre de la musique Heavy. Habituellement quand on me pose la question, je cite des groupes qui sont proches de nous comme Slipknot ou Marilyn Manson. Comme nous il y a des passages lourds, d'autres moins, un coté sombre très prononcé et comme pour nous il y a un vrai message de caché derrière les paroles qui relève d'une grosse partie du privé...

Du privé ? C'est à dire ?

Dans nos morceau, nos messages sont principalement destinés à supporter des individualités. Tu sais "Sois en phase avec qui tu es réellement". Nous autres, au lycée, on s'en prenait plein la tronche parce qu'on assumait qui on était et on assumait des choses qui faisaient parties de nos vies et notre manière d'être. C'est quelque chose qui nous a beaucoup marqué. Les fans de musique lourde sont souvent stigmatisés, moqués par les autres et on dénonce aujourd'hui ces méfaits. On dénonce ces critiques, on pense que les gens ont le droit d'exprimer leur personnalité comme ils le souhaitent et de lever le doigt du milieu à tout ce négativisme.

Vous avez changé l'endroit de votre concert ce soir, pourquoi ?

C'est parce que le Petit Bain était inondé et donc on a bougé ici à la toute dernière minute dans cette salle beaucoup plus grande et c'est magnifique.

Vous êtes en pleine tournée européenne actuellement, comment se passent les évènements ?

En fait c'est notre première date en Europe, avant on était au Royaume-Uni. Ces concerts étaient très bons, mais là c'est la toute première fois qu'on tient la tête d'affiche en Europe et qui plus est, dans une grande salle à Paris, donc tout le groupe est vraiment très anxieux et très excité à propos de ce soir. Auparavant on est venu seulement deux fois jouer en Europe principalement dans des festivals ou en première partie assez tôt.

Quelles différences observes-tu entre les fans européens et américains ?

Les fans ici sont plus appréciatifs lorsque l'on vient car il n'ont pas souvent l'opportunité de nous voir. Aux Etats-Unis, on tourne 2/3 fois par an alors qu'ici c'est une fois tous les deux ans donc les fans sont plus excités de nous voir et spécialement sur cette tournée, on le voit bien sur les réseaux sociaux les jeunes filles qui sont impatientes et les gens qui attendent le moment on ils vont enfin nous voir jouer devant eux.

Comment ça se passe avec Ice Nine Kills et Cane Hill ?

On se connait déjà depuis pas mal de temps, On est très amis avec Ice Nine Kills et ce depuis un certain temps déjà, on adore ce qu'ils font. Je trouve que leur son est vraiment unique, on trouve un coté très théâtral dans leur musique comme si on était à Broadway et ça se marrie bien avec la puissance de leurs instruments. C'est très différent de tout ce qui se fait musicalement de nos jours et les gars de Cane Hill sont très cools également, on apprend à les connaitre et leurs personnalités font qu'on s'entend déjà très bien.

Va t'on vous voir en festival cet été ?

On a déjà fait le Hellfest et Rock M Ring l'été dernier et donc comme on fait ces grands festivals européens une fois sur deux, on sera là l'année prochaine.

Vos chansons tournent font souvent référence à la torture et la violence et vous posez également beaucoup de questions quant à la pureté. On retrouve ceci d'ailleurs pas mal dans vos clips, d'où vient cette envie d'aborder ces sujets ?

En fait on est vraiment très influencés sur ces sujets et visuellement par les groupes qu'on aime et qui nous on fait commencer la musique, ceux dont on a parlé précédemment : SlipknotRob ZombieMarilyn Manson... Donc on essaye au possible de s'inscrire dans cette lignée en essayant de pousser le message encore plus loin en prêtant importance aux visuels et aux textes. On essaye d'attirer l'attention des gens pour qu'ils nous écoutent.

Beaucoup de gens vous compare à Marilyn Manson, quel effet ça te fait ?

C'est pas mal, je n'essaye pas intentionnellement d'être Marilyn Manson, mais c'est une référence pour moi dans ma vie, c'est un pionnier artistiquement pour moi, une icône. Et donc c'est vraiment cool d'être comparé à une icône, mais je suis moi-même. Beaucoup de gens qui connaissent bien Motionless In White notent des différences avec Marilyn Manson, mais sincèrement on pourrait nous comparer à de bien plus mauvais artistes donc j'accepte cette comparaison.

Vous avez collaboré avec Jonathan Davis (Korn) sur Necessary et avec Shawn Crahan (Slipknot) qui a réalisé l'un de vos clips. Comment les choses se sont elles-faites ?

Avec Shawn on cherchait des réalisateurs pour notre clip et il s'est montré intéressé, donc notre manager a contacté le sien pour voir si c'était possible de travailler ensemble et il a dit oui. Ensuite on s'est parlé assez longuement au téléphone car on avait des idées de ce qu'on voulait mettre en avant dans le clip. Il s'est avéré que c'était vraiment la bonne personne parce qu'il a eu de très bonnes idées, totalement délirantes et on a totalement approuvé immédiatement. Pour Jonathan, là ça vient vraiment de moi. J'ai écrit les paroles pour lui et je voulais vraiment qu'il les chante, donc j'ai réussi à obtenir son numéro, je l'ai appelé pour lui proposer et il a accepté.

Pourquoi Jonathan n'est-il pas dans le clip de Necessary ?

En fait on avait une fenetre de tir très réduite pour pouvoir filmer ce clip et il n'était pas disponible à ce moment là. Je crois qu'il était dans l'avion de retour d'une tournée le jour où ça se passait donc ça n'a pas pu se faire et on était tous très déçus.

Que penses-tu de sa nouvelle carrière solo et des quelques morceaux qu'il a déjà publié ?

En fait je n'ai vu ça qu'il y a quelques jours et je n'ai pas encore eu l'opportunité d'écouter. Je suis vraiment un mauvais fan et je vais essayer de corriger ça au plus vite.

Des gens, tel que moi, ne comprennent pas le but de mettre des chants clairs très retouchés dans les styles de Metal moderne comme le Metalcore. Peux-tu m'expliquer ?

Oui, c'est une forme libre d'expression d'utiliser les deux. Il y a des artistes qui chantent uniquement en clair, d'autres en saturé et je crois que c'est stupide de faire uniquement l'un ou l'autre, comme s'il fallait partitionner ces deux techniques impérativement. Pour moi ça n'a aucun sens. La musique est une forme d'art et on devrait être libre de pouvoir s'exprimer totalement sans avoir à se contenir dans un cadre rigide qui est imposé. Pour moi faire les deux est naturel et si les gens veulent avoir cette liberté alors qu'ils la prennent. Il n'y a pas de vrai ou de faux. Et ce n'est ni vrai ni faux de vouloir mixer les deux. J'adore avoir ce contraste, d'avoir ces moments lourds et intenses et d'autres ou les gens peuvent chanter plus facilement avec moi.

Dans un autre genre, quels sont vos films préférés ?

Dans le groupe on est tous très fans de films d'horreur, ce n'est pas un secret tu sais, on ressemble d'ailleurs beaucoup à des personnages de films d'épouvante. Personnellement j'adore les slashers, comme Halloween, Michael Myers est mon personnage préféré. J'aime particulièrement ces films des années 80 qui ont une ambiance si particulière.

Qui sont tes réalisateurs préférés ?

Tout naturellement, étant fan d'horreur, je vais te répondre John Carpenter, mais mon réalisateur actuel préféré est David Fincher qui a fait le remake américain de The Girl With The Dragoon Tatoo ou le film sur Facebook. Et là il a fait une série sur Netflix que j'apprécie tout particulièrement : Mindhunter. Je la recommande chaudement à quiconque.

As-tu des plaisirs coupables en musique ? Des choses que tu écoutes mais que tu n'aimerais pas nécessairement que ça se sache ?

(rires) Oui, en fait j'écoute pas mal de Pop et les fans n'imaginent pas ça à propos de moi. Je suis un très grand fan de musique sous toutes ses formes, qu'il s'agisse de Pop, Hip-Hop ou autre. Il y a une artiste que j'apprécie tout particulièrement c'est Christina Perri. Elle a fait une chanson qui s'appelle Jar Of Hearts et j'adore ce titre. (lien) Je la trouve très bien écrite, elle est sombre et il y a une histoire très belle derrière tout ça. Donc je suis vraiment super fan. Sinon j'aime bien la Country aussi car ça me rappelle de bons souvenirs avec mon grand père, Elvis et Johnny Cash particulièrement.

Dernière question c'est à ton tour de poser une question aux lecteurs de Metalorgie, les réponses seront sur le site.

J'aimerai savoir comment est ce que vous décririez Motionless In White à quelqu'un qui ne nous a jamais entendu, parce que j'ai bien galéré sur cette question du coup j'aimerai bien avoir l'avis des gens là-dessus.

Maxwell (Février 2018)

Partager :
Kindle

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

iam_trying_to_beliveLe Mardi 13 février 2018 à 06H47

Sympa. Vu au Hellfest, sans connaitre, j'avais été agréablement surpris!

Pour répondre à sa question: Motionless in White, groupe de metal moderne plutôt influencé par le néo metal, un brin candide et à l'esthétique digne de la période Golden Age Of Grostesque de Marilyn Manson.