Albums du moment
Pochette Quadra
Pochette Lokabrenna Pochette The Fallen Crimson
Chroniques
Pochette Hällas
Pochette Carnivore
Pochette Bloem
Pochette Sisyphus
Découverte
Pochette What's Hidden Devours

A Fond d'Cale Prod Par Email

La vie est faite de rencontres passionnées, d'échanges enrichissants et de découvertes humaines. D'autant plus quand elles sont en lien avec une passion qui nous anime et amènent à creuser encore dans un style que l'on apprécie.
C'est le cas ici, avec A Fond D'Cale, label dont nous avons parlé de certaines des sorties l'année dernière.


Hello A Fond d’Cale, pouvez-vous présenter un peu le label, notamment sa création et comment est venue cette idée ?

Coucou Euka, bonjour Metalorgie. Merci pour cette entrevue, j'avoue qu'on ne s'attendait pas à cette demande :3
Tout est parti d'une constatation : la scène screamo à Nancy, c'est le néant. Loin de nous la Belle Epoque du début des années 2000 et les concerts à foison ; Metz et Strasbourg s'en sortent un peu mieux d'ailleurs, avec des assos qui se bougent et de chouettes lieux pour organiser des dates.
L'idée est partie de là, essayer de faire revivre cette scène à Nancy.
Alors on a commencé à organiser des petits concerts à La Machine, péniche à concert qui a malheureusement fermé depuis. Après quelques dates et de belles rencontres, on a voulu s'investir un peu plus, avec les concerts et le lieu à disposition et notre passion pour les vinyles, le premier pas était la création d'une distro, pour essayer de faire connaître un peu plus les groupes qu'on faisait jouer, mais aussi ceux qu'on aimait.
A Fond d'Cale venait de naître, la suite logique était la petite mutation en label DIY, pour aider encore un peu plus les groupes, et s'investir un peu plus dans cette scène qui nous tient tant à coeur.

Votre première sortie est un split The Ultimate Screamo Band / Lora, comment s’est fait le choix ?

N'ayant une connaissance que très réduite du fonctionnement d'un label, on y est vraiment allé à tâtons (de l'organisation de concerts à la création du label, tout l'apprentissage s'est fait par la pratique). On lisait un peu les posts sur un groupe facebook dédié à l'aide des groupes de screamo, certains groupes demandaient si des labels voulaient participer à la production de leur disque. On est tombé sur la demande d'Arch (The Ultimate Screamo Band) qui demandait si quelques labels voulaient s'impliquer dans la sortie de leur split avec Lora. On adore les deux groupes alors on s'est affranchi de notre timidité et on s'est dit qu'on n'avait rien à perdre en proposant A Fond d'Cale. Avec le recul, on regrette vraiment pas ce choix, et les super rencontres qui en ont découlé.

En général, comment choisissez-vous les groupes que vous sortez sur le label ? Est-ce que vous déclinez parfois des groupes qui ne sont pas en phase avec vos styles de prédilection ou pour certaines positions musicales ?

Certains groupes nous sollicitent par mail, d'autres postent leur demande sur le net, parfois les demandes proviennent de labels avec lesquels on a déjà sorti un disque.
Alors on écoute ce qu'ils nous proposent, il arrive que l'on n'ait même pas besoin d'écouter, quand Boneflower te demande si tu veux les aider, tu réfléchis pas et tu dis oui ^^
On ne sortira que du screamo ou de l'emoviolence, sauf si des amis nous demandent un coup de main, on va co-produire un disque de Post-Black Metal prochainement, ainsi qu'un disque d'indie-punk :)
On a déjà décliné quelques demandes, parce que c'était beaucoup trop loin de ce que l'on aime, parce que musicalement ça ne le faisait pas vraiment, ou malheureusement parce qu'on n'avait pas les finances.

Quelle est la sortie dont vous êtes le plus fiers ?

C'est pas une question facile ça, je pense que notre première release est celle dont on est les plus fiers. C'est quelque part pour nous la plus symbolique, ça a été le début de cette aventure, et surtout le début d'une belle amitié avec The Ultimate Screamo Band, avec lesquels on va sûrement partir en tournée en Mai !

On a pas forcement d’idées derrière les différents pressages effectués. Quelle est votre plus grosse production ? Et est-ce que vous avez déjà eu envie de vous mettre à la tape ?

Pour le moment, notre plus grosse production est Too Sad To Tell you, le second EP de Yotsuya Kaidan. C'est vraiment une grosse fierté de faire partie de cette release d'un groupe dont on a adoré le premier EP, et aux côtés de Dog Knights.
L'idée de la tape nous revient souvent en tête, mais il y a déjà beaucoup de labels qui font de chouettes choses, alors si on fait une tape, ce sera vraiment pour une occasion spéciale, une sortie un peu ouf par exemple !

Est-ce qu’il y a des propositions que vous avez dû refuser et que vous regrettez actuellement ?

Pour le moment non, mais nous sommes encore très jeunes dans ce monde haha. Je pense qu'avec notre façon de voir les choses, on ne peut pas avoir de regrets. Nous prenons les décisions en fonction de nos goûts et de nos moyens, et si nous décidons de ne pas faire partie d'une release, peu importe la raison, c'est un choix qu'on assume et qu'on ne regrette pas. Cela nous fait parfois de la peine de ne pas pouvoir aider un groupe, ou de ne pas pouvoir aider des ami.e.s autant qu'on aimerait pouvoir le faire, mais ça s'arrête là, on leur souhaite surtout que tout se passe au mieux et voilà ^^

2017 s’est terminé il y a quelques jours, quels sont les disques que vous en avez retenu ?

Aïe, 2018 a déjà commencé assez fort et 2017 nous semble loin !
On retient forcément quelques galettes qui ont tourné en boucle : L'amour au temps de la peste, de PotenceLast, d'OstracaLeda de Trachimbrod, le fabuleux 7" de Mira que l'on aurait adoré coproduire et dont on ne cesse de vanter la qualité ; Cheat Death, Live Dead de Shizune, bien évidemment Interstices, des nantais donneurs de leçon de Chaviré, et certainement plein d'autres qu'on oublie… Rouille, feu-CommuovereMahria (pluie de love pour ce groupe), etc.

Vous mettez en prix libre vos différentes sorties, est-ce que vous constatez une grosse différence entre les ventes et le nombre de téléchargement ?

On ne paierait absolument pas pour un album digital, sauf pour soutenir une cause, alors on s'est dit que tout mettre à prix libre pour reverser les fonds à des assos était une bonne idée. On constate effectivement une énorme différence entre les ventes et le nombre de chargements, et on comprend bien que la majorité des gens ne veulent pas payer pour des sons que l'on peut écouter gratuitement sur bandcamp ou d'autres plateformes de téléchargement/écoute. C'est assez compliqué de dépenser de l'argent sans avoir de support physique en main.

Vous aviez également abordé une politique de prix libres sur certains disques (au format physique). Pourquoi ce choix ?

Nous distribuons quelques releases d'Hardcore for the Losers, toutes leurs sorties sont à prix libre, il était donc hors de question de fixer un prix sur ces disques. Et puis ce concept nous tient aussi à coeur, on essayait déjà de faire un maximum de nos dates à prix libre aussi. Malheureusement c'est plus compliqué à mettre en place pour le label, nous avons à peine 1 an d'existence et nous ne sommes pas très connus dans le milieu, ce qui a pour conséquence de limiter notre public. Mais oui dans l'idéal on voudrait que tout le monde puisse avoir accès à la musique.

En tant que jeune label, quels sont les difficultés auxquelles vous êtes confrontées habituellement ?

J'en parlais précédemment, nous ne distribuons pas encore beaucoup de disques, donc nous n'avons pas énormément d'argent pour produire les disques qu'on aimerait.
Internet a vraiment facilité l'accès à la musique et aux groupes pour le public, j'me souviens des galères pour télécharger des morceaux à l'ère du 56k, aujourd'hui tout est plus simple haha, plus besoin d'avoir un support physique pour écouter de la musique.

En complément du label, vous vous occupez aussi d’une distro, avec pas mal de sorties de Dog Knights Productions. Comment en êtes-vous venu à collaborer avec eux ?

Dog Knights, c'est un peu le label qui nous faisait rêver, des groupes géniaux et des releases super jolies. Quand le dernier Old Gray est sorti, on a pris notre courage à deux mains et on les a contactés pour leur demander si ça les intéresserait d'être distribué en France, ils étaient aussi enthousiastes que nous à cette idée alors ça s'est fait super rapidement.
On est vraiment super content de distribuer DK, on sait d'avance qu'on ne sera pas déçu par la qualité des releases. Et leur année 2018 commence fort, alors ce n'est pas prêt d'arrêter !

Quels sont vos prochains projets ?

On travaille sur quelques sorties pour très bientôt, le second Boneflower vient d'arriver, on attend encore le Plague Walker, et nous avons pas mal de co-productions en attente, dont certaines nous rendent super impatients ! Mais pour en savoir plus, il faudra continuer à nous suivre haha.
On a aussi un gros projet qui nous tient énormément à coeur, mais sa mise en place prend beaucoup de temps, on espère vraiment le concrétiser en 2018 !
On vous prépare aussi une petite surprise en mode goodies :)

Un dernier mot pour la fin ?

Une interview est un exercice vachement compliqué, merci beaucoup de nous l'avoir proposé, on espère qu'on ne t'a pas trop déçu :D

Euka (Février 2018)

Merci à A Fond D'Cale pour s'être plié à l'exercice, vous pouvez aller jeter un oeil sur leur site et leur Bandcamp.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment