Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette The Baring of Shadows
Pochette Neon Noir Erotica
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov Pochette Summerland
Découverte
Pochette Discography

Mark Tremonti et Eric Friedman (Tremonti) Download Festival Paris, le 10 juin 2016

Milieu de journée, du coté des loges des artistes. A l'ombre de quelques arbres, l'attachée de presse de Tremonti nous invite à les rejoindre en interview. Après quelques pas sur les galets et petits cailloux qui pavent le chemin autour des loges, Mark Tremonti et Eric, guitaristes du groupe nous attendent devant leur petit bungalow préfabriqué, autour d'une table de camping à l'abri d'un parasol.



Vous jouez aujourd'hui au Download festival qui fait parti de votre tournée européenne actuelle, comment vous sentez vous ici ?

Mark : C'est génial, c'est un grand privilège de faire partie de cette toute première édition du Download France. On est surs que ça va être un super show avec un public d'enfer et on est très honorés de pouvoir jouer.

Quel est votre endroit préféré pour jouer ?

Ouah ... c'est compliqué ... hum ... Je dirais... L'Amérique du Sud, des pays comme le Chili ou le Brésil. C'est vraiment là où on trouve les meilleures ambiances et le public et survolté, animal ! C'est fou !

Est-il faux de dire que vos précédents groupes, Creed et Alter Bridge étaient des groupes de rock alternatif alors que Tremonti est axé metal alternatif ?

Oui, c'est assurément plus métal que les autres groupes. La raison est que quand j'étais petit j'écoutais beaucoup de métal, et je n'ai jamais pu exprimer cette partie là de moi dans mes autres groupes. ça a été ma motivation principale pour ce projet, ça et le fait que pendant toute ma carrière je composais du métal et je n'ai jamais pu faire voir le jour à des morceaux qui avaient une signification pour moi.

On peut observer sur Cauterize et Dust (NDLR : les deux derniers albums du groupe) le même visage. Quelle en est la signification ?

C'est un personnage mystique, de science fiction qui dans le premier album cautérise les maux du monde en brûlant tout sur son passage et le deuxième album est le résultat après le passage du premier, avec toute la poussière de ce qu'était ce monde qui aujourd'hui s'est délivré de ses chaines. Ce sont les albums "sœurs" en fait.

Vos origines sont à Détroit dans le Michigan (NDLR, tout au nord des USA) pourtant votre musique ressemble plus à du rock metal du sud des USA comme on en trouve dans la scène texane. Était-ce un choix particulier de s'orienter dans cette voie ?

Non, en fait il y a une scène rock/metal très établie à Détroit, avec des codes biens précis, mais mes influences ont toujours pris leur source dans le speed metal et le rock des années 70 avec lequel j'ai grandi.

Qu'écoutez-vous à cette période ?

Rod StuartThe EaglesBob Marley, Led ZeppelinJoe Cocker ... en fait, ce qu'écoutaient mes parents ... Iron Butterfly ... tout ça ... En fait, toute la collection de disques de mon père.

Mark, on connait très bien ton passé de musicien, mais qu'en est-il pour toi, Eric ?

Eric : Euh ... En fait avant je faisais uniquement du blues, toujours à la gratte. J'écoutais aussi plein d'autres trucs, ce qui passait à la radio, et des classiques comme Stevie Ray Vaughan ou Jimi Hendrix ... Ce genre de trucs ... J'étais aussi un très grand fan de Creed et je voulais avoir un groupe de rock, puis j'ai rencontré Mark et puis voilà !
Mark : T'as aussi un peu joué avec Steve Vai
Eric : Ouais c'est vrai, c'est un bon pote à moi, j'ai fait quelques sessions et on a enregistré chez lui une fois. On était parmi les premiers à signer sur label à l'époque.

Est-ce que, pour vous américains, jouer ici à Paris après les attentats de Novembre dernier à une saveur particulière ?

Mark : Oui ! tout le monde répète que la sécurité ici est maximum, même arriver sur le site à été très compliqué pour nous. On voit le mal que se donne l'organisation pour que tout le monde soit en sécurité et c'est quelque chose à porter à leur crédit.

Est-ce que ça a changé quelque chose dans votre manière d'aborder votre tournée européenne ?

Oui ! On engage plus de personnel de sécurité, de préférence des militaires qui organisent et coordonnent notre sécurité et celle de nos fans. C'est vraiment important pour nous que les gens qui viennent nous voir aient l'esprit léger et soient sains et saufs. Ils viennent pour un concert, pas pour une bataille.

"Salut les mecs ! La forme ? " Une voix venant de derrière s'adresse à nous. Nous retournant nous découvrons un visage que nous connaissons tous très bien. 

Mark : Salut Joe ! Comment vas-tu ? 
Joe Duplantier : Super ! Je vous salue juste en passant on commence dans dix minutes là, j'y vais ! 
Mark : Ok, have fun ! 

Pour la dernière question, on inverse les rôles, c'est vous qui posez une question aux lecteurs de Metalorgie.

A quel point la France est elle fière d'avoir un super groupe tel que Gojira qui les représente mondialement ?

Vous pouvez répondre à Mark ainsi qu'à son groupe Tremonti directement ici.

Maxwell (Juillet 2016)


Un grand merci au service de presse du Download Festival.

Partager :
Kindle

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment