Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette The Baring of Shadows
Pochette Neon Noir Erotica
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov Pochette Summerland
Découverte
Pochette Discography

Rob Caggiano (Volbeat) Download Festival Paris, le 12 juin 2016

Interview avec Rob Caggiano, guitariste de Volbeat, ancien guitariste d'Anthrax.



Volbeat est l'un des plus grand succès des dix dernières années, peut-être même le plus grand, ça vous fait quoi ?

Ça le fait carrément ! Notre dernier album vient tout juste de sortir et on en est très fiers, on est en tournée, tout se construit de la meilleure des manières possibles et partout dans le monde, on ne peut que se sentir bien !

Si dans dix ans on fait un nouveau Big Four avec les groupes qui ont le mieux marché dans la dernière vingtaine d'années, qui seront d'après toi les trois autres groupes qui accompagneront Volbeat ?

J'aime bien l'idée ! Euh… en fait j'y ai jamais réfléchi, je saurais pas trop quoi te répondre à vrai dire. Voyons voir… euh… non, je saurais vraiment pas te dire, j'espère juste que Volbeat y sera, c'est tout !

La fanbox (édition collector) de votre dernier album Seal the Deal&Let's Boogie et disponible en Suisse, Belgique, Finlande, Suède, Angleterre, Danemark, Pays-Bas et Norvège, mais ni en France ni en Allemagne, sais-tu pourquoi ?


Je ne savais pas qu'elle n'était pas disponible ici, je vais me renseigner et j'espère qu'elle y sera bientôt pour satisfaire tous nos fans !

Les paroles de votre dernier opus tournent beaucoup autour d'ésotérisme et des esprits, d'où vient cette volonté ?

Dans l'album précédent, on avait pour thème les hors-la-loi, avec des paroles à propos de cowboys, de gangs, de mafia, et toutes les organisations illégales et le sentiment d'être hors-la-loi, un peu à la manière de ce que Body Count aurait pu faire également, et on voulait changer de registre pour le nouvel album. Là on parle beaucoup de Vaudou. C'est quelque chose qui fascine vraiment Michael et qui m'intéresse également, j'ai lu pas mal de trucs et cherché beaucoup d'infos là-dessus et ça nous a fait une bonne base pour faire Seal the Deal&Let's Boogie et pour faire, je l'espère, de bonnes chansons.

J'ai lu que Michael croyait au royaume des esprits, est-ce pareil pour toi ?

Oui ! Je crois aux fantômes en tout cas, j'en ai attrapé un dans mon téléphone en photo une fois. Je pense effectivement qu'il y a d'autres royaumes et d'autres choses que nous ne voyons pas. Je crois, en fait je sais, qu'il existe quelques personnes qui parviennent à entrer en communication régulièrement avec les esprits et des trucs du genre. Pour moi, tu sais, ça me parait un peu dingue ! Je suis juste un guitariste ! (rires) Non, mais je crois que ça doit exister oui.



La moitié du groupe est au Danemark et l'autre aux USA, ça doit être compliqué pour la vie de groupe non ?

Non, pas du tout ! Du temps d'Anthrax c'était déjà comme ça en fait, Scott vivait à Los Angeles, Charlie à Chicago, Frankie et moi on vivait pas trop loin l'un de l'autre à New York, Joey vivait à cette époque à l'extérieur de New York, donc ça ne change pas des masses. Et quand on tourne, on est ensemble de toute manière.

As-tu parfois un peu de nostalgie vis-à-vis d'Anthrax ?

Je suis fier de mon travail avec Anthrax, et parfois oui, ça me manque carrément. Mais on se voit toujours avec les gars, et c'est ce qui compte. J'arrête pas de croiser Scott, en fait il est même venu sur la tournée avec nous aux États-Unis l'année dernière. Toutes ces années avec Anthrax c'était vraiment beaucoup de plaisir, et un très bon souvenir pour moi, j'ai quasiment grandi dans ce groupe donc forcément, ça ne laisse pas indifférent.

Volbeat, vous avez déjà joué avec les plus grands, Metallica, Slayer, Motörhead, Anthrax… Est-ce qu'il y a encore un groupe avec qui vous rêvez de jouer ?

Van Halen ! On a jamais eu l'occasion de jouer avec eux. En fait, il y a quelques années de ça Scott et moi on avait un groupe appelé The Damned Things, c'est d'ailleurs comme ça que j'ai rencontré les gars de Volbeat en 2011, et donc, on était sensé participer au festival australien Soundwave avec en tête d'affiche Van Halen. Et je n'avais jamais rencontré Eddie Van Halen avant, c'est mon guitariste préféré, et j'attendais tellement ce moment. Mais à la dernière minute, je ne sais pas ce qu'il s'est passé, Van Halen a annulé leur venue et donc je n'ai jamais pu les rencontrer, mais un jour j'espère.

Vous avez un album appelé Beyond Hell, Above Heaven, un autre Rock The Rebel / Metal The Devil, votre dernier single s'appelle The Devil's Bleeding Crown. D'où vient cette fascination pour le diable ?

On aime le diable ! (rires) En fait, on est tous athées dans le groupe. On croit plus dans les esprits, ce genre de trucs. Mais le diable en réalité pour nous c'est une métaphore qui peut marcher pour plusieurs choses, donc on a choisi pour Seal the Deal & Let's Boogie, même sur les albums cités précédemment d'ailleurs, une connexion, une métaphore qui représente ce que l'on veut dire et on a choisi le diable.

Rob, merci ! Pour la dernière question on inverse les rôles, c'est toi qui pose une question aux lecteurs de Metalorgie, et ils te répondront directement sur le site.

Wow … Chaud ! Euh … Ah !
 Avec qui voulez-vous voir tourner Volbeat ?

Maxwell (Juin 2016)


Un grand merci au service de presse du Download Festival et à Replica Promotion.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment