Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere Pochette Spotted Horse
Chroniques
Pochette Of Jupiter And Moons
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Bleeding Mask Of Dread Pochette The Den

Sunder par mail, 2016

Les lyonnais de Sunder, groupe de Heavy Rock / Pop Psyché formé sur les cendres de The Socks a sorti son premier album l'an passé. On revient donc dessus avec le batteur Jessy, qui s'est prêté au jeu des questions / réponses. 

Est­-ce que l'on peut revenir sur la fin de The Socks et donc la création de Sunder fin 2014 ? Pourquoi ce choix ? Une envie de faire autre chose sous un nouveau nom ?

Jessy (Batterie)  : On avait tous envie d'évoluer et passer à autre chose. On jouait ensemble depuis le lycée en tant que The Socks. Cela faisait trop longtemps qu'on traînait ce nom et le groupe ne voulait plus dire la même chose qu'à nos débuts, du coup on a tenté le coup.



Pour autant, vous commenciez à vous faire connaître avec The Socks. Ca n'a pas été compliqué de "tout reprendre à zéro" ?

Oui et non! Pas mal de gens on suivi le truc et on continué à nous soutenir, la différence de style entre les deux formations n'est pas non plus immense et les gens qui aimaient The Socks se retrouvent dans la musique de Sunder. On a perdu un peu de monde, des gens n'ont pas compris qu'on avait changé de nom etc, mais c'était le risque… Cela à été en revanche super motivant pour nous!

D'ailleurs vous avez signé chez Tee Pee Records (The Atomic Bitchwax, Kadavar, Ancestors, Sleep...) et Crusher Records (Horisont, Blues Pills...) qui sont des labels de références dans des styles Rock / Stoner / Psyché etc. Comment ça s'est passé, vous les avez contacté ?

Ryan du groupe Naam a décidé, lors du changement de nom, de bosser avec nous, comme il vit à New-York cela a été plus simple. C'est lui qui s'est occupé de démarcher des labels. Quand on a su que Teepee et Crusher avaient répondu favorablement ça a vraiment été une superbe nouvelle!

Par rapport à vos anciens travaux j'ai trouvé que vous vous orientez sur des choses un peu plus psyché et pop, tout en gardant une base rock, mais peut être un poil moins dure... C'était votre objectif d'aller dans cette direction en créant Sunder ?

Dans un sens oui, tu as vu juste! On écoute beaucoup de musique des 60's, entre autres, et cela à forcément influencé nos nouvelles compositions. Le fait que Nicolas passe uniquement aux claviers a changé la couleur du groupe et la façon de composer. On se concentre plus sur les arrangements, les voix et ce genre de chose. 

Votre musique me fait penser à la fois à Kadavar et à Tame Impala. Est­-ce que ces deux groupes vous parle ? Est­  ce vous écouter et suivez ce genre de groupes de Rock « rétro » ?

Oui en effet. On a joué plusieurs fois avec Kadavar, ce sont des gars très sympa, très pros. On adore aussi Tame Impala, c'est vrai que ce sont des groupes que l'on écoute beaucoup mais se n'est pas seulement à cause du côté rétro, les albums de Tame Impala ou encore King Gizzard sont très bien écrit…

Quels sont les groupes qui vous ont influencé quand vous avez commencé la musique ?

Pas de grosse surprise chez nous… On est de gros fans des Beatles, des Who, des Kinks ou des Rolling Stones.

Est­-ce que d'autres influences (littérature, cinéma...) interviennent dans le processus de création chez Sunder ?

Dans un sens oui mais pas directement. Sans le savoir nous sommes influencés par tout ce que nous voyons, lisons, etc. C'est dans un coin de notre tête et sa ressort lors du processus de création.

Comment composez-vous d'ailleurs? Vous partez d'un riff, d'une rythmique ? A l'écoute de l'album je sens quand même un côté jam aux compositions.

Nous n'avons pas vraiment de règle précise pour la composition. Julien (Guitare / Chant) peut nous amener un riff et ensuite on arrange tout ça ensemble, cela peut aussi partir d'une jam ou autre, on ne s'impose pas de standards, de règles sauf sur les textes, là c'est Julien qui écrit les textes et cela fonctionne parfaitement. 

L'album possède un feeling plutôt lumineux, je trouve. C'était l'effet recherché ? Sinon comment le décririez vous ?

En effet, mais sur ce disque il y a réellement deux couleurs. Nous avons essayé de faire sonner une partie des morceaux de façon claire et lumineuse et d'autres titres de façon plus sombre et violente. C'était un peu le défi que l'on s'était fixé sur ce disque! Le côté soleil et le côté tonnerre de Sunder !

De quoi parlent les paroles ? Elles participent à cet effet de "brouillard apaisant" je trouve.

Les thèmes de cet album sont essentiellement inspirés de relations humaines, d'expériences de vie, de ressentis ou de faits marquants de la vie. Toutes ces choses sont abordées à travers des images et des métaphores ce qui permet de parler de choses concrètes et réelles en créant des histoires fictives voir même fantastiques. Si l'on devait retenir des thèmes marquants ce serait l'homme, le bien, le mal, la méfiance et la peur.

Malgré quelques asso comme les Stoned Gatherings qui se bougent pour faire vivre ces musiques en France, j'imagine que c'est assez compliqué de tourner en France ? Comment le vivez­-vous ?

Notre tourneur est à l'étranger (Berlin), donc on joue beaucoup là-bas et dans d'autre pays, du coup l'année dernière on a laissé un peu de côté les concerts en France. C'est un peu notre but en ce moment. C'est très agréable de jouer chez soit donc on va se concentrer là-dessus car cela nous a manqué ces derniers mois!



Est­-ce plus facile de s'exporter à l'étranger, par exemple en Allemagne ou en Angleterre ?

Je ne pense pas que cela soit plus facile d'être booké ailleurs qu'en France, il y a quand même des asso' en qui prennent le risque de programmer des groupes comme nous et qui te reçoivent super bien. L'Allemagne est un super pays pour jouer, le public anglais est génial aussi! 

Vous avez joué au Desertfest de Londres il y a quelques semaines. J'imagine que ça devait être plutôt cool comme expérience ?


C'était incroyable, le public était super. Le festival était complet, c'était notre première fois en Angleterre du coup on a envie d'y retourner forcément...

Quels sont vos projets pour 2016 ? Faire des concerts ?

Oui en effet, on va essayer de tourner le plus possible. Surtout en France mais il faut aussi repartir à l'étranger... On a prévu quelques dates cool cet été, dont le Crumble Fest à Nantes.

Pentacle (Mai 2016)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment