Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips
Chroniques
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Den Pochette Broken Play

Gohelle Fest par mail

Les 4 et 5 septembre 2015 aura lieu à Loos-en-Gohelle dans le Pas de Calais (62) la seconde édition du Gohelle Fest.
Metalorgie
a voulu en savoir plus sur cet événement et a contacté Lionel, l’un des organisateurs. Entrevue avec un homme animé par la passion, qui croit dur comme fer à ce projet qui tient à cœur à tout une région.


Salut Lionel, merci d’accorder un peu de temps à Metalorgie. Comment tu vas ? J’imagine que la pression monte à 1 mois du Fest ?
Ça va… la pression monte mais on est tous de plus en plus occupés à régler les derniers détails pour que le public se sente bien chez nous, mais aussi les groupes bien sûr ! 

L’affiche est assez variée, il y en a pour tout le monde, c’était un souhait ? 

Pas tant que ça… ça reste très violent quand même. La première édition a été orientée Thrash et Grind. Nous sommes restés dans la même mouvance, mais effectivement en y ajoutant un peu de Death, du Folk et du Black.

Réunir sur un même week-end des monstres tels que Carcass, Obituary, Entombed A.D et même Benighted, n’a pas dû être facile ? 

Non c’est sûr ! On y a passé du temps, et puis les choses finissent par arriver. Obituary et Carcass étaient une priorité, et ils seront là ! L’année dernière, pour la première édition, nous avions reçu 3 groupes majeurs de la scène Metal avec Kreator, Napalm Death et Loudblast, nous souhaitions continuer à proposer le même niveau de notoriété avec de grosses têtes d’affiches auxquelles se sont ajoutés Entombed A.D, Eluveitie, Rotting Christ entre autres. 

D’ailleurs pourquoi avoir fait dans le Old School ? La force des choses ou une envie tout simplement ? 

Je dirais peut-être par envie… le festival est jeune, par contre, dans l’association, nous sommes un peu plus âgés et beaucoup ont écouté la vague Thrash des années 80. Tu te rends compte, la plupart de ces artistes tournent encore ! On est fiers de pouvoir les accueillir. Mais nous mettons en avant également des groupes issus de la région (Nord, et maintenant Picardie : W.I.L.D., Dunkelnacht et Yrzen) qui seront chargés d’ouvrir les festivités.

Il est évident que dès la troisième édition, le line-up évoluera, il y aura évidemment du Old School, puisque ces groupes continuent à être très appréciés par les jeunes générations de headbangers,  mais aussi des groupes plus récents, tout en étant dans la même lignée musicale.



Pour ceux qui ne connaissent pas l’événement, tu peux nous dire comment se déroulent ces deux jours ? Outre les groupes, il se passe quoi ? 

Le festival se déroule en salle, mais tout l’espace extérieur est aménagé en grand village avec : du merch, l’un des deux bars, des artisans, de la restauration, le stand dédicaces et quelques assos.

Un camping sera ouvert à partir du vendredi 15h et fermera dimanche à 12h00.

Il y aura également des expos, l’an passé c’était Spajzdel, pour cette année, ce sera une surprise !

Mais surtout le festival a lieu sur un territoire dont nous sommes fiers : le bassin minier. C’est pourquoi le samedi matin, pour les campeurs (enfin, ceux qui seront réveillés !), on propose deux visites : le musée du Louvre Lens (oui, tu as bien entendu, et ce n’est pas aussi paradoxal que ça !) et la seconde, pour s’oxygéner un peu, une petite montée sur les terrils suivie d’une visite de la brasserie Castelein, partenaire du festival.

Le Gohelle Fest est estampillé « éco-festival » tu peux nous en dire un peu plus sur le sujet ? 

Le festival se déroule à Loos-en-Gohelle, ville référence dans le développement durable, c’était notre souhait de tenter, à long terme, de créer un éco-festival.

Ce sont des choix tels que tri sélectif, ecocup, mais aussi le fait d’égorger uniquement des chèvres bio ! (Rires) Non, plus sérieusement, c’est aussi créer du lien social, de s’appuyer sur les associations locales, de mettre en avant les producteurs locaux, de respecter les circuits courts, etc… et c’est aussi proposer la découverte de notre territoire.

Pourquoi avoir sobrement appelé ce festival le Gohelle Fest ? C’est un hommage à la région ? 

Tout simplement parce qu’il se déroule à Loos-En-Gohelle, qui se situe sur un petit territoire qui s’appelle la Gohelle… ok, on n’a pas cherché bien loin ! Mais comme tu le signales, le festival est né par « amour » de la musique Metal et de ce territoire. Le Bassin Minier a récemment été classé au patrimoine mondial de l'unesco.

La première édition fut un succès, cela a dû vous motiver pour monter celle de cette année ?

Bien plus que motivé ! Mais on ne veut pas grandir trop vite, déjà, passer de 1 à 2 jours, c’est une charge de travail considérable tu sais. Nous sommes tous bénévoles, nous avons tous un boulot, alors oui, avoir réussi la première édition, est motivant. Mais on ne va pas s’emballer trop vite. En tout cas, chaque seconde de la première édition a été super excitante, voir le public et les groupes arriver, entendre des rires, de la bonne humeur, de l’enthousiasme… vraiment, c’est unique !

Quels sont les changements notables entre ces deux éditions ? 

En ce qui concerne le festival, je t'ai déjà tout dit.

Le gros changement a été l’organisation. Nous étions 3 à tout encadrer l’année dernière, désormais nous sommes une bonne dizaine à être investi  tout au long de l’année vu la charge de travail à fournir.
Ce qui change aussi c’est que nous avons gagné en crédibilité. L’année dernière, jusqu’au jour J, des personnes n’ont pas cru possible de voir Kreator débarquer à Loos-en-Gohelle, maintenant, nous avons une petite place dans le panorama Metal français.

Cela se remarque quand on voit que des entreprises commencent à nous contacter, que des habitants du territoire veulent nous aider, bref, on existe maintenant vraiment ! 

Comment est financé le festival ? 

Le festival souffre comme tous les projets culturels du manque de financements publics, ce n’est pas nouveau. Malgré cela, le soutien existe, notamment par la Région Nord Pas de Calais et le Conseil départemental du Pas de Calais qui croient en nous.

Ensuite, nous avons quelques mécènes et soutiens privés que je ne peux pas citer de peur d’en oublier. Mais nous les remercions énormément.

Et enfin, les recettes propres du festival.

A priori, nous serons à 75% d’autofinancement, c’est dire si on a besoin de tout le monde ! L’affiche est belle, mais forcément ça coûte cher. Pour continuer d’exister on espère du monde sur le site.

Quelles sont vos ambitions sur les prochaines années ? Même si la conjoncture actuelle et les coupes budgétaires surtout dans la culture ne doivent pas permettre une vision sur le long terme, malheureusement. 

Effectivement, il y a d’un coté la réalité avec les subventions qui se font rares, et de l’autre notre but. La troisième édition se rapprochera des terrils, et nous serons alors à l’extérieur, avec une jauge à 3000 festivaliers par jour. Paradoxalement, on a plus d’appréhension sur la deuxième que sur la troisième. Cette année est un peu une année charnière dirons-nous.

 

Lionel, il est temps de se quitter, plutôt que d’enchainer sur une dernière question, voici un espace libre, EXPRIME-TOI !

Au départ, le Gohelle Fest est une idée. Nous étions 3, tous amoureux du Metal et de notre territoire. C’est ainsi que le festival s’est imposé tout naturellement à nous. Faire un festival sur les plateaux des terrils, les plus hauts d’Europe, et faire de cet espace l’une des plus belle scène du monde ! Nous avons senti un réel engouement de la part de beaucoup, métalleux ou pas, et nous nous sommes lancés !

L’année dernière a été du pur bonheur, le public était ravi, les groupes aussi. Cette année, ces 2 points restent notre but principal, que tout le monde passe un bon moment.

Nous avons besoin de tout le monde pour ça. Monter un projet exclusivement associatif devient de plus en plus difficile mais le Bassin Minier, terre de Metal, se doit d’avoir un festival de ce type !

Merci à Metalorgie et à toi, on se voit les 4 et 5 septembre. 

Shades of God (Août 2015)

Partager :
Kindle

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment