Albums du moment
Pochette Queen Of Time
Pochette Geometria
Pochette Hypercut Pochette Muerte
Chroniques
Pochette Annihilated
Pochette Jupiter
Pochette Buikikaesu
Pochette As Time Turns To Dust
Pochette It's Hard To Have Hope

Putrid Offal par mail, 2015

Le Fall Of Summer a le chic pour nous tirer de son chapeau des groupes cultes qui sortent de nulle part. Parmi les derniers annoncés, Putrid Offal, groupe de grind français qui a officié à la fin des années 80 et au début des années 90. Vingt ans après les voici de retour avec un nouvel album et plusieurs dates de concert, mais laissons leur la parole.

Salut les Putrid Offal, merci d’accorder un peu de votre temps à Metalorgie. Comment ça va ? Satisfait de votre come-back ?

Franck : Ça va nickel. Pour ce qui est du retour, oui, nous sommes satisfait ! On n'en attendait pas autant. Du pur plaisir. 

Quels sont les retours concernant Mature Necropsy, qui est paru il y a déjà quelques mois maintenant ? J’ai entendu dire que plusieurs exemplaires sont partis en Asie ?

Franck : Nous avons beaucoup de retours positifs en ce qui concernent les chroniques, avec notamment plusieurs à l’étranger. Notre label (Kaotoxin Records) ayant différents distributeurs un peu partout dans le monde. Pour ce qui est de l’Asie, le Japon est l’un des pays où l’on vend le plus jusqu'à présent.

Vous avez récemment repris le chemin de la scène avec un premier concert en Belgique, comment c’est passé ce premier set depuis près de 20 ans ?

Laye : En ce qui me concerne - comme je suis le dernier arrivé - j’étais super motivé et aussi un peu fébrile, mais dès qu’on a commencé, c’était que du plaisir ! 

Franck : Ultra motivé de reprendre le chemin de la scène ! Et comme en plus ça se passe super bien avec les autres membres, pour ma part, je me suis pris un pied vraiment cool. Les gars de l’organisation nous ont en plus très bien accueillis, tout s’est bien déroulé pour un retour après plus de 20 ans… et visiblement pour le public aussi ?

Parlons line-up, et là, je m’adresse directement à Phil (guitare), comment s’est passée ton intégration ? Et du coup, quel est ton rôle au sein de Putrid Offal

Phil : Oh tu sais, on se connaît depuis très longtemps maintenant. On ne peut pas vraiment parler d'intégration. Quand Fred m'a dit qu'il souhaitait réenregistrer correctement les anciens titres de Putrid Offal, il m'a demandé si je voulais leur filer un coup de main. J'ai tout de suite accepté et ce, pour plusieurs raisons. La première étant que Fred et Franck sont des amis et que musicalement on se comprend très bien. J'avais à peine fini d'essuyer les murs des nouveaux locaux du Psykron Studio qu'on a commencé à répéter. Au départ, j'ai juste filé un coup de main pour déchiffrer les anciens titres et pour coucher des pistes de travail. Il était question que je m'occupe de l'enregistrement et du mixage. Puis de fil en aiguille, Franck a préféré se concentrer sur le chant et développer des textures supplémentaires. Du coup, j'occupe le poste de guitariste. Dans la foulée, j'ai proposé à Fred et à Franck quelques idées de titres qui figureront sur le prochain enregistrement.

Fred : Outre le coup de main technique, la venue de Phil a aussi permis d'insuffler un sang neuf et un regard extérieur sur ce qui avait été fait. Tout cela a permis de donner une nouvelle texture à tous ces titres.

Tant que nous sommes dans le line-up, Laye (Batterie) tu peux nous parler également de ton implication dans le groupe ? T’es un hyper actif, en plus de Putrid Offal tu joues dans Dehuman et Vibrion il me semble ? 


Laye : Je suis arrivé il n’y a pas très longtemps en fait ! C’est Nico de Kaotoxin Records qui nous a mis en lien en m’expliquant que Putrid Offal se reformait et qu’ils étaient à la recherche d’un batteur pour le live. On s’est tout de suite bien entendu, ça c’est fait naturellement ! Les compos existant déjà depuis longtemps et l’album complètement enregistré, j’ai fait essentiellement un travail de batteur de session (jusqu'à présent) mais je serais bien sûr impliqué dans la suite de l’activité du groupe en tant que membre a plein temps. Sinon c’est vrai que j’ai un peu du mal à me limiter et j’aime avoir un maximum d’activité musicale ! Je suis le batteur de Dehuman et de Vibrion, ce dernier a fait son come-back live en 2013 en Argentine, le pays d’origine du groupe (qui est maintenant basé a Bruxelles, là où je vis) et on bosse actuellement sur un nouvel album, 20 ans plus tard. Je semble abonné aux reformations ! Et puis avec Dehuman, on essaie d’avancer et de bouger un maximum, montrer notre musique et que le Death Metal n’est pas mort dans la nouvelle génération de metalheads ! On vient de sortir notre deuxième album (Graveyard Of Eden), des tournées pointent à l’horizon, donc effectivement ça peut s’assimiler a de l’hyper-activité pour le moment ! 

Début septembre vous serez à l’affiche du Fall of Summer, j’imagine que si peu de temps après votre retour c’est génial de pouvoir monter sur la scène de ce festival qui commence à prendre de l’ampleur ? 


Laye : Pour moi c’est un honneur et je suis super impatient d’y livrer un super show !

Phil : Super ! C'est vraiment cool d'avoir été retenu pour cette affiche. On a quelques potes qui y sont allés et ils en gardent un super souvenir ! Ça va être génial d'envoyer le boulet là-bas !


Franck : Sans vouloir user de fausse modestie, je ne pensais pas jouer dans un tel festival aussitôt après la sortie de Mature Necropsy ! Au final, on enchaînede grosses scènes comme l’Obscene Extreme en République Tchèque, le Fall Of Summer et le Death Feast en Allemagne. C’est vraiment cool de pouvoir y être. Et en plus, ce sera notre première date en France depuis la reformation, donc on mettra le feu!

Fred : C'est bien simple, en France, tu as deux festivals incontournables, c'est le Hellfest et le Fall Of Summer ! Donc, figurer sur l'affiche d'un des deux est franchement exceptionnel pour nous ! D'autant que les organisateurs du FoS semblent vraiment apprécier ce que nous faisons. Dire que nous sommes excités est un doux euphémisme ! Jouer là-bas relève carrément du rêve car c'est vraiment une très grosse scène en terme d'audience. Et puis, en ce qui me concerne, je vais retrouver les potes d'Haemorrhage ! There will be blood over Torcy !  

Concernant la scène, tu t’occupes juste des vocaux désormais Franck, c’est un choix qui s’imposait ou tu voulais simplement te consacrer aux parties vocales ?

Franck : Disons que comme l’a dit Phil précédemment, je voulais consacrer beaucoup plus de temps sur le chant et les deux types de vocalises afin de les réaliser au mieux. Je garde la possibilité de composer ou de réarranger les titres en studio, mais en ce qui concerne la scène, ce n’est pour l’instant pas à l’ordre du jour. 

Fred : Les chants ont pris une plus grande importance sur Mature Necropsy que sur Premature Necropsy, pour restituer tout cela en live, il était préférable que Franck privilégie cet aspect. 

Toujours au sujet du Fall Of Summer, c’est possible d’avoir en exclu une partie de votre setlist ou c’est du top secret ? (rires)

Franck : Pour l’exclu ça ne va pas le faire ! Haha. Plus sérieusement, en Belgique, lors de notre retour sur scène, nous avons joué l’intégralité de nos titres. Plus cinq nouveaux afin de tenir la longueur en temps. Pour le FoS, le temps de jeu étant réduit, il faudra faire des choix qui à cette heure, ne sont pas encore fixés. Il est clair que des titres comme Suffering, Mortuary Garlands ou Purulent Cold seront de la partie…

Fred : Tout dépendra du timing accordé. Une chose est certaine, il y aura des titres qui figureront sur le prochain album qui est en cours d'écriture. 

La transition est toute trouvée ! Où en est la composition de votre prochain album ? Ça commence à prendre forme j’imagine ? 

Franck : Pour faire simple, nous en sommes à la moitié des nouvelles compos écrites et enregistrées (pour les grattes, basse et chants). Il reste encore de nouveaux titres à composer et toute la batterie à enregistrer.

Fred : Cela avance plutôt bien. Nous aimerions terminer tout cela pour la fin d'année et permettre ainsi la sortie du nouvel opus pour mars 2016. Il y a des titres que nous avons composé à l'époque de Mature sur lesquels Laye doit enregistrer la batterie en lieu et place de la programmation. Et il y a les autres où nous sommes en phase de pré-production.

J’ai déjà eu le plaisir de m’entretenir avec plusieurs des groupes de Kaotoxin Records, à l’unanimité, tous ont salué le travail et l’implication du boss manager, Nico. Quels sont vos rapports avec lui ? Pensez-vous qu’il a un rôle majeur dans votre retour ?


Laye : Nico fait un travail incroyable à lui seul et a vraiment la passion du métier même si, par les temps qui courent, tenir un label musical n’est pas ce qu’il y’a de plus simple ! C’est sous son impulsion que j’ai rejoint Putrid Offal et c’est grâce à sa confiance et sa motivation qu’on a pu exposer notre musique avec Dehuman. C’est super de bosser avec lui ! 

Phil : C'est un monstre de travail. Il a un véritable dévouement pour ses groupes. On est vraiment content de partager cette aventure avec Kaotoxin Records.

Franck : C’est d’abord un fan du groupe avant d’être le boss, ça a facilité les échanges au début et cela nous a permis de se rendre compte à quel point il bosse pour l’ensemble de la famille Kaotoxin. Alors forcément, il a un rôle majeur dans le retour sur le devant de la scène puisqu'il nous a proposé son label. Toujours à l’écoute (surtout la nuit haha), franchement, c’est super pour un groupe comme le nôtre.

 

Fred : C'est simple, être dans l'écurie Kaotoxin est ce qui pouvait nous arriver de mieux ! Il se dévoue corps et âme pour son label. Du coup, tu te défonces aussi pour ne pas le décevoir ! Nico nous fait confiance et, surtout, il est une force de propositions avec des tonnes d'idées en tête. On ne veut pas lui passer de la pommade mais le retour de Putrid, c'est surtout grâce à lui. Il est quasiment le cinquième membre du groupe. 

Votre Grind est très orienté gore, où puisez-vous l’inspiration et pourquoi ce thème, qui d’ailleurs, est là depuis vos débuts ?

Franck : Pour la partie gore, le groupe est né avec cette caractéristique. J’adore ce thème car on peut reproduire l’ambiance avec le chant ou les instruments. Il faut juste trouver l’équilibre pour ne pas trop en faire. Le travail sur le chant permet justement de donner une texture particulière aux morceaux.

Fred : Le gore, c'est notre ADN ! Dès le début de l'aventure l'idée a été d'associer ce thème à notre musique. On ne va pas nier que Carcass a été une influence majeure mais, en tant qu'auteur des textes, j'essaie de faire évoluer ce concept en me focalisant beaucoup plus sur le côté médical de la chose. Je lis énormément de livres sur le sujet, notamment des bouquins sur l'histoire de la médecine, de la chirurgie, de la thanatopraxie. 

Franck, Fred, Phil, Laye, ce fut un plaisir, un dernier mot avant de se quitter ? Des remerciements ou un hommage en particulier ?


Laye : Merci à l’équipe de Metalorgie, qui est le webzine que je consulte tous les jours  depuis sa création, et à Nico de Kaotoxin .

Franck : Merci pour cette interview, et pour ceux qui le peuvent, on se retrouve au Fall Of Summer, venez nombreux qu’on se descende quelques bières et surtout foutre le bordel !

Fred : Merci de nous avoir consacré un peu de temps. Merci aussi à ceux qui ont rendu le retour de Putrid Offal possible : le public et Nico de Kaotoxin.

Phil : Merci à toi pour ton interview et rendez-vous au Fall Of Summer ! Ca va déchirer !

Shades of God (Juillet 2015)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment