Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov
Pochette Summerland
Pochette Fearmonger Pochette The Talkies
Découverte
Pochette Discography

Slugdge par mail, février 2015

Gastronomicon a été bien remarqué en 2014, notamment dans nos lignes. Proposant un Death Metal riche et singulier, Slugdge se distingue également de ses frères d'armes par sa passion pour les mollusques et son humour à toute épreuve. Entretien baveux et visqueux avec un grand prêtre des invertébrés.

Salut Slugdge, pourriez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

Moi c'est Matt, je m'occupe du chant et j'aide à la compo dans Slugdge, l'autre gars c'est Kev, qui s'occupe aussi de la partie instrumentale.

Venons-en tout de suite à la question que l'on doit vous poser à chaque interview : en dehors de votre foi en Mollusca, pourquoi avez-vous choisi ce thème des limaces dans vos paroles ? Ca sort de nulle part ou bien d'une référence commune peut-être ?

J'aimerais bien qu'il y ait une histoire palpitante derrière ce choix, mais ce n'est pas le cas, un jour on est juste devenus complètement obsédés par les limaces sans raison apparente, et on ne sait toujours pas vraiment pourquoi. Pour autant, on le vit bien, on arrive à vivre pleinement notre foi !

Pensez-vous bâtir une longue carrière en vous focalisant sur ce thème ? La mythologie des limaces est-elle la seule chose dont vous voulez parler ?

Non bien sûr, on a joué dans beaucoup d'autres groupes, Kev notamment joue dans No Sin Evades His Gaze, mais nos personnalités sont beaucoup plus en phase avec l'absurde que beaucoup de nos confrères. Ça peut donc ressembler à une perte de temps et des efforts vains aux yeux de certains, mais ceux-là devraient arrêter de se prendre trop au sérieux !

Vous avez utilisé et modifié une peinture de John Martin pour la cover de votre premier album, et nommé le deuxième « Gastronomicon », écho direct au Necronomicon de Lovecraft. Avez-vous simplement du respect pour ces artistes et souhaitez-vous leur rendre hommage à travers votre musique ou aimez-vous l’art de la parodie ?

Tout ce qui est relié à Slugdge part de quelque chose que l’on aime ; l’art utilisé est celui qu’on aime (bien vu pour le John Martin). Je suis un énorme fan de Lovecraft si ce n’était pas déjà évident, le nom de nos morceaux et notre musique sont autant d’indices indiquant les choses qui nous passionnent, c’est ce qui rend le processus de création aussi amusant.

Ce qui m’a frappé en premier c'est la composition des riffs, à quel point ceux-ci étaient à la fois mélodiques et puissants, et je pense que vous avez un son très personnel. Vous sentez-vous influencés par certains groupes ?

Beaucoup de musiciens oui, pour certains c’est évident au vu de nos titres de morceaux, pour d’autres moins. Gorguts, Akercocke, Napalm Death, Decapitated, Opeth, Carcass, Anorexia Nervosa, Mayhem, Deathspell Omega…La liste est longue ! Au-delà du Metal, beaucoup de World Music et de musique Classique. Je suis passionné par l’Histoire du monde, donc ça joue clairement un rôle.

J’ai lu quelque part que vous utilisiez une boîte à rythmes, c’est vrai ? Pourquoi ne pas inclure un batteur dans la formation ?

On utilise bien une boîte à rythmes, et le pire, c’est que Kev EST batteur ! Pour être parfaitement honnête, c’est coûteux, on n’est absolument pas riches, et j’ai traîné dans des studios d’enregistrement avant même d’utiliser une boîte à rythmes et des samples. Dans un monde idéal, on engagerait un batteur, mais tu sais comment ils sont, c’est une espèce étrange, comme les bassistes.

Comment se déroule le travail de composition pour vous ?


Eh bien on s’assoit, on fume et on boit un coup (interprète ça comme tu veux), on se met dans de bonnes conditions, on se marre, on blague et on commence à s’y mettre. C’est super détendu parce que c’est comme ça qu’on devrait toujours procéder. Parfois on bouclera plusieurs morceaux en un jour, d’autres fois ça en prendra plusieurs, ça dépend. Assez tôt, on a suivi la méthode Akercocke, c’est-à-dire « si ça sonne mal c’est probablement bon ». Je viens aussi d’un metling pot culturel assez riche de musiciens Grindcore, donc on se lasse très vite des choses répétitives.

Est-ce que votre statut de duo vous permet de jouer en live ? Avec quels groupes avez-vous pu partager une affiche ?


On ne joue pas en live avec Slugdge, on a joué l’un et l’autre avec dans beaucoup de groupes que tu vas/peux connaître, mais jamais avec Slugdge. On est que deux pour le moment, et je pense qu’introduire de nouvelles personnes dans le groupe me stresserait un peu, personnellement. Mais bon, il ne faut jamais dire jamais.

« A cause » de votre style très singulier, est-ce que les tour managers ou bookers trouvent difficile de vous associer à d’autres groupes en live ?


Ils auraient sans doute du mal oui. Toutes nos conversations autour de Mollusca les rendraient progressivement dingues aussi, ça ennuie constamment nos amis et familles.

Ça peut sembler idiot comme question, mais avez-vous un label ? J’allais commander exemplaire physique de Gastronomicon, mais je n’ai trouvé que du digital. Voulez-vous rester dans ce type de format ou peut-être n’avez-vous pas eu l’opportunité de sortir du physique pour le moment ?


Content que tu aies posé la question, non on n’a pas de label et il y a très peu de chances pour qu’on accepte un deal à moins que le label nous laisse véritablement carte blanche (ce qui n’arrivera jamais). Pour dire la vérité, j’ai du mal à gérer la pression, donc ça gâcherait sans doute le groupe assez rapidement. Le grand point négatif de cette situation, c’est le gros manque de moyens. On ne donne pas de prix à notre musique, on la laisse en accès gratuit, un peu comme du spectacle de rue digital, et jusque-là les gens ont été très généreux. Pour sortir un CD et des t.shirts c’est la même chose, c’est cher, donc il faudra être patient. On le fera un jour, mais ce qui compte pour le moment c’est l’équipement dont on a besoin pour enregistrer (qu’on remplace en ce moment-même), créer la pochette et nous maintenir en vie.

Comme beaucoup de gens, j’ai découvert votre groupe sur Bandcamp, où vous avez été parmi les meilleures ventes Metal pendant un moment. Vous avez été chroniqués plusieurs fois, et notamment par l’un des critiques les plus connus sur Internet, Anthony Fantano (theneedledrop). Comment avez-vous réagi face à cela ?

On pense tous les deux que c’est juste hilarant. J’ai surtout aimé la chronique de Grim Fandango, parce que je lisais une sorte de frustration  dans ses yeux quand il exposait le concept. Invisible Oranges a fait une super chronique parce qu’elle tapait en plein dans le mille. On a un nom et un concept ridicules, mais malgré ça il y a des gens qui prennent notre groupe pour ce qu’il est, certainement le genre de personne avec qui je m’entendrais très bien dans la vie, dans d’autres circonstances. J’attends encore de croiser un fan de Slugdge que je n’aimerais pas. Donc à mon sens c’est une forme de succès en soi.


Qu’avez-vous de prévu ? Une nouvelle étape (album, tournée,…) ?


Le troisième album est en travail, tout comme l’artwork le sera bientôt aussi, on en est à la moitié. On a laissé un an d’écart entre les deux premiers et je ne suis pas sûr de pouvoir promettre ça pour le troisième mais on verra bien.

On aime découvrir de nouveaux groupes chaque jour sur Metalorgie, des recommandations de formations à ne pas rater ?

Oui ! Mes bons potes de Corrupt Moral Altar ont sorti un album l’année dernière, c’était vraiment taré. Il y a aussi l’autre groupe de Kev, No Sin Evades His Gaze, pour les fans de dj0nt. Et aussi d’autres potes dans des groupes de Grindcore, Human Cull, Atomck, Oblivionized et Evisorax. Il y en a encore d’autres mais ça fait déjà un bon nombre.

Merci beaucoup pur cette interview, tu veux ajouter quelque chose ?

Oui, un gluant message de paix à mes frères et sœurs à travers le monde (particulièrement à nos amis syriens), qui malgré tout ce qui peut arriver continuent de faire vivre le Metal. Ils sont la preuve de la force fédératrice de cette musique.

Skaldmax (Mars 2015)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment