Titre : Late For Nothing Année : 2013
Nombre de titres : 12

Tracklist
1) Thunder chunky
2) Letters to stallone
3) Snake charmer
4) Boat paddle
5) Firebees
6) Mind the gap
7) Carnage asada
8) The map
9) That's a horse of a different color
10) I'd buy that for a dollar
11) Inside job
12) It don't make me no nevermind
Acheter : logo amazon
Label : Century Media Records
Moyenne lecteurs : 16/20 (2 avis dont 1 avec commentaire)


Les membres qui ont aimé Late For Nothing aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

Denton62 15.5 / 20 Le 04/09/2013 à 01H11

Ce qui devait arriver arriva.
C'est comme ça qu'on pourrait résumer ce nouvel album des "malades" de Iwrestledabearonce. Krysta a rendu son micro, pour le passer à Courtney LaPlante. Celle-ci paraît plutôt bien choisie lorsque l'on entend le premier extrait (Thunder Chunky). Le chant hurlé ressemble à s'y méprendre à celui de l'ancienne chanteuse, pour le chant clair par contre le timbre est assez proche mais on sent bien une différence dans les aigus où elle est beaucoup moins à l'aise. Voilà pour l'intro, passons à l'écoute entière de ce nouveau méfait. Ma foi 40 minutes de musique pour 12 morceaux, le compte y est, et le tout passe très bien, trop même. C'est le gros reproche que l'on fera à ce nouvel album. En effet le côté déjanté du groupe commençait déjà à disparaître avec l'envie de structurer leurs morceaux dans Ruining It For Everybody, mais là ils vont encore plus loin, l'affiliation Mathcore est encore moins évidente, même si toujours présente (Thunder Chunky, l'excellente Carnage Asada avec le guitar hero Steve Vai, l'épiléptique Snake Charmer) et le chant clair qui prenait beaucoup d'ampleur est maintenant omniprésent dans chaque morceau avec quelques moments épiques : Boat Paddle le single en puissance, le pont pop et gentillé de Firebees pour repartir extrêment fort après ou encore le refrain "montant-descendant" de I'd buy It For A Dollar.
Dans l'ensemble tout semble bon mais Iwrestledabearonce nous a habitué à du moins classique et quelques morceaux quelconques viennent ternir le tableau (The Map et That's A Horse Of Different Color) sans compter le ralentissement avec un morceau en mid-temp, Mind The Gap qui, malgré qu'il soit bon, ne décole jamais vraiment.
Tous ces choses font que ce très bon album n'en sera pas un excellent, à écouter sans modération tout de même !