Albums du moment
Pochette Ritma
Pochette Fossil
Pochette Playful Winds Pochette The Quiet Earth
Chroniques
Pochette Dissociation
Pochette Forest Nocturne
Pochette Aeternum
Pochette Extreme Power Metal
Pochette Weltschmerz
Pochette L'Abime Dévore Les Âmes Pochette Omega

Biographie

Die ! Die ! Die ! (NZ)

2003, dans le sud profond de la Nouvelle-Zélande, Andrew Wilson (Guitare/chant) et Michael Pain (Batterie) quittent leurs groupes respectifs de noïse pour fonder Die ! Die ! Die !. Les influences sont les groupes que le duo voit en concert: HDU, Bailterspace, The Dead C, ainsi que les vieux groupes post-punk/new-wave. Ils tournent alors dans leur pays, en Australie, enregistrent quelques eps avant de rencontrer Steve Albini qui met en boite leur premier album, en 3 jours, pour un rendu raw, pur et minimaliste. En 2006, Lachlan Anderson rejoint la formation au poste de bassiste, et avec lui, le trio enchaine sur le second effort Promises, des eps et enfin Form en 2010 via Golden Antenna Records.

Chronique

14.5 / 20
0 commentaire

Form ( 2010 )

Définition Die ! Die ! Die ! : Essaim mélodique aux doux bourdonnements post-punk.

En dix titres, Form offre une déclinaison de l’idée punk. Pop-punk, punk-rock, post-punk. Tout y est ; avec en prime, un vaste aquilon shoegaze qui souffle sur chacune des tracks et les animes d’une textures floue des plus intéressantes. Oui, Form est un album bigarré. Exemple ? "Lil Ships" et ses ligne de basse à la Joy Division qu’une voix haut-perchée transfigure en morceau tape-à-l’œil. Ainsi va l’œuvre des néo-zélandais. Une dynamique toujours serrée, des structures concentrées, un placement direct des instruments, mais un goût ineffable pour la dérive, le noïsy, l'hétérogène. Bref, ca sent l'impro’, ça sent le garage, ça sent tout ce que tu veux de raw, et pourtant, par miracle, c’est frais et maitrisé. Voilà le côté balaise de Die ! Die ! Die !. Ce mélange d’essai fébrile et d’affirmation carrée. La liste d’illustration est longue : Les voix étouffées de "Daze" et sa batterie répétitive qui renvoient à My Bloody Valentine (tout comme l’envoutant "Shine Throught"), l’énergie adolescente de "We built our own oppressors" (avec son "yoouh" à la Dennis Lyxzén) ou de "Wasted Lands", le refrain tout en rupture de "Caseman". Oui, Form est un ovni.

Tout n’y est pas réussi pour autant. On sent que le quatuor a bidouillé, tenté, tâté. Après tout, associé punk et shoegaze n’était pas si évident. En conséquence, des titres sont en dessous ("Paquin", "Frame"), d’autres crèvent l’écran auditif ("Shine Throught", "Wasted Lands"). Mais tout de même quand on entend un titre de la trempe de "Ht", quand on voit comme il arrive à pétiller, on ne peut qu'être embarqué ! embarqué ! embarqué !

En écoute sur MS.

A écouter : "Shine Throught", "Wasted Lands", "Ht"
Die ! Die ! Die ! (NZ)

Style : Indie - Post-punk
Tags : - - -
Origine : Nouvelle-Zélande
Site Officiel : diediedieband.com
Myspace :
Amateurs : 1 amateur Facebook :