logo Yeruselem

Biographie

Yeruselem

Yeruselem est un groupe Avant-Garde/Indus/Metal créé suite à la trilogie 777 de Blut Aus Nord. On y retrouve Vindsval aux guitares et W.D. Fled qui gère les beats. Le premier album, The Sublime, paraît début 2019. 

Chronique

15 / 20
3 commentaires (15.17/20).
logo amazon

The Sublime ( 2019 )

Autant le dire tout de suite, poser des mots sur ce disque n’est pas une tâche facile. Quoi de plus dur que d’expliquer l’abstrait, comment décrire avec précision une musique hors des codes, débroussaillant les ténèbres cent ans avant tout le monde ? Il y a bien une flopée d’adjectifs : intemporel, indus, orientaliste, effrayant, ritualiste,...mais ils ne retranscrivent qu’avec pauvreté le perpétuel sentiment d’inconfort et d’étrange que procure cet album. 

Alors on fait avec ce que l’on a déjà. Aussi attendu que cela puisse paraître, le rapprochement avec Blut Aus Nord est une évidence, impossible de passer outre. On retrouve sur The Sublime des titres proches de The Desanctification et Cosmosophy, mélange de machines et de couches de guitares vaporeuses. A première vue en tout cas, car une fois totalement immergé dans le disque, on notera des nuances que n’avait pas explorées le projet principal de Vindsval. 
Yeruselem se veut plus rythmique, en témoigne un Joyless claustrophobe où chaque kick gronde comme le pas de titans informes marchant sur les hommes. Ou bien Triiunity et sa basse aussi froide que massive, rappelant les heures les plus sombres de Godflesh. Yeruselem est aussi très mystique, hanté par un chant clair toujours distant, noyé dans la reverb, et posé sur des motifs évoquant un Moyen-Orient post-apocalyptique. De quoi se figurer la célébration d’une obscure secte millénaire sur les lancinants Eternal ou Babel

Mais tout cela au final, on se l’auto-suggère en emmenant l’esprit s’égarer dans le désert nocturne dépeint par Dehn Sora. Plus qu’un simple travail de commande, l’oeuvre graphique du géniteur de Throane apparaît comme un pan incontournable de ce premier album, tant elle aide à fixer des images, des représentations, une ambiance. On se raccroche à ce que l’on a, quitte à accepter des torsions du temps et de l’espace. Où est la limite entre le mauvais rêve et la réalité déformée ? Regarder longuement cette carcasse de cheval géant au milieu d’une mer de sable donne franchement le vertige, tant Dehn Sora reste sur la brèche entre un réalisme froid et un onirisme glauque. 

The Sublime est sans hésitation un disque à fouiller, pas inédit quand on connaît le passé de ses auteurs mais suffisamment intéressant pour que l’on attende une hypothétique suite avec impatience. 

Yeruselem

Style : Avant-Garde/Indus/Metal
Tags : - -
Origine : France
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 3 amateurs Facebook :