Albums du moment
Pochette Anabasis
Pochette In Transmission
Pochette Fyra Pochette Street Heat
Chroniques
Pochette There Is No God Where I Am
Pochette Territorios
Pochette A Dying Truth
Pochette Curse
Pochette Go Ahead And Die Pochette Aggression Continuum
Découverte
Pochette No Way

logo Wormphlegm

Biographie

Wormphlegm

Wormphlegm est né à Lahti en Finlande au cours de l’année 2000. Il est le fruit de la collaboration entre deux allumés, L. Lindqvist et Matti Mäkelä, également géniteur du groupe de Funeral Doom Metal Tyranny. Pour donner une idée de l’univers dans lequel évolue le duo, leurs pseudos sont respectivement Dirtmaster Maggotworm Incinerator Abscess et Conqueror Worm Grubgorge Pestilent Diarrhoeator, le premier étant responsable « de la batterie, du chant, des cris, des grognements, des quintes de toux, des gémissements, des hurlements, de la douleur, de la torture, des excréments, des paroles, de la haine, des armes et de l’autorité », et le second « des guitares, de la basse, du chant, des cris, des grognements, des quintes de toux, des gémissements, des hurlements, de la distorsion, des paroles, de l’urine, de la pénétration, des mutilations, de la destruction et du pillage », tout un programme...
Le premier méfait du groupe survient en 2001 avec la démo désormais cultissime de par son titre à rallonge, In An Excruciating Way Infested With Vermin And Violated By Executioners Who Practise Incendiarism And Desanctifying The Pious. Elle montre la formation donnant, sur une unique piste de plus de trente minutes, dans un Funeral Doom Metal extrême teinté de Drone, tellement malsain que certains qualifient la musique du groupe de Torture Doom, en référence à Esoteric. Bien que tirée à seulement cent exemplaires, la démo remporte un franc succès au sein de la sphère Doom Metal, le cocktail de folie et de mystère du groupe semblant faire recette.
Wormphlegm recrute ensuite Apostatic Excrementor (Basse / Chant - Tyranny) pour la sortie de leur premier album, après cinq années de silence, qui sort finalement courant 2006 sous le nom de Tomb Of The Ancient King via Painiac Records. Celui ci se compose de trois morceaux dont encore un de plus de trente minutes. L'album devient également une référence en Funeral Doom Metal, mais les finlandais mettent fin au projet peu après la sortie.

Chronique

17.5 / 20
1 commentaire (17/20).
logo amazon

Tomb Of The Ancient King ( 2006 )

Après une première démo d’une folie aussi jouissive que la longueur de son titre qui avait fortement marqué les amateurs de Doom extrême, Wormphlegm revient en cette année 2006 avec un album au titre énigmatique, Tomb Of The Ancient King. Après un hiatus de plus de cinq ans, les aficionados n’attendaient plus rien des finlandais, ce qui renforce encore un peu plus le mystère de cette nouvelle galette.

Malgré ses trois titres seulement, Tomb Of The Ancient King est bel et bien un album, sa durée approchant l’heure, et pour cause : il s’ouvre sur une piste monumentale de plus de trente minutes, Epejumalat Monet Tesse Muinen Palveltin Caucan Ja Lesse, dont le titre improbable est en fait la première phrase de Psalttari de Mikael Agricola, homme d’église finlandais du 14ième siècle. L’œuvre en question traitant de la mythologie païenne finlandaise, un parallèle peut être fait avec le titre de l’album et sa jaquette, représentant une figure guerrière menaçante a demi dissimulée dans l’ombre. Mais venons-en au principal : quid de la musique ?

In An Excruciating Way Infested With Vermin and Violated By Executioners Who Practise Incendiarism And Desanctifying The Pious (ouf!) avait fait très grande impression de par la folie incroyable qui s’en dégageait. La folie est toujours aussi présente sur ce Tomb Of The Ancient King mais, s’il n’y a rien d’aussi mémorable que le rot qui clôturait la démo, cette folie est traitée différemment, plus sournoise, plus insidieuse, plus élaborée. Il faut de nombreuses écoutes pour se rendre compte à quel point l’album est immersif grâce à une ambiance absolument effrayante où se côtoient guitares acérées, cris de démons et hurlements dégénérés; de même la batterie, semblable au rythme d’un cœur sur le point de céder, se lie aux claviers lancinants pour rendre l’ensemble plus oppressant encore et ainsi captiver complètement l’auditeur. Le nouveau côté noise de la musique du combo est ainsi une réussite totale.

Reprenant le thème de la mythologie païenne, cette album serait la bande son parfaite des tourments endurées par les âmes déchues de l’enfer, suant la douleur, suintant la haine, puant la mort, aussi étouffante que l’atmosphère du tombeau d’un antique monarque... Effrayant, oppressant, éprouvant, tels sont les mots pour qualifier cet album qui incarne à merveille l’appellation « Torture Doom » de la musique du ver flegmatique.

En conclusion, Wormphlegm signe avec Tomb Of The Ancient King une œuvre incroyable qui ravira tous les fans de musiques extrêmes. Encore meilleur que son prédécesseur et à ne pas mettre entre toutes les mains, ce disque est à ranger aux côtés des pièces maîtresses de folie musicale sorties cette année, à savoir Mort de Blut Aus NordNear Death Experience de Spektr et Ligfaerd de Nortt. 2006 aura décidément été un très grand cru.

A écouter : une fois arrivé en enfer