logo Wormachine

Biographie

Wormachine

Wormachine naît avec le nouveau millénaire, en octobre plus précisément. Peu de choses à dire sur le groupe mis à part qu’il sortira 2 démos, Needle Work et Worms Attack qui recevront un bon accueil sans pour autant apporter à ce trio la notoriété qu’il mérite (malgré leurs apparition aux Printemps de Bourges). Résolument indus, Wormachine sort en 2003 son troisième ep sobrement intitulé « 3 » qui ne peut que confirmer le talent de ce groupe traçant sa route dans l’ombre … un drame pour pas mal de tympans …

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

3 ( 2003 )

Les années passent et les formations métal-indus se multiplient à une cadence remarquable … on pourrait penser qu’innover dans le style deviendrait alors chose inaccessible. C’est à l’écoute de groupe tel que Wormachine ,qui, il faut l’avouer, semble un peu sortir de nulle part, que l’on constate que de Ministry, NIN à Mass Hysteria, il est encore possible de se montrer créatif et de se démarquer du déjà vu et du trop entendu. Véritable mix d’anciens et de nouveaux morceaux, ce 6 titres démontre à quel point ce trio est talentueux et inventif.
Dés le premier titre, Worms attack, la machine est lâchée et ne semble pas conçue pour s’arrêter : la construction est simple, couplet/refrain, mais reste très efficace ; le son est épuré, simplifié au possible. out repose sur les boucles et samples, d’une part, et guitare, basse et batterie en face. L’ambiance distillée par la musique du groupes est oppressante, presque étouffante comme si de putrides lombrics c’était soudainement logés dans mes orifices auditifs. Rapidité, efficacité, précision mélodique chirurgicale … les adjectifs suffisent à peine pour rendre compte de la qualité de l’effort.
Welcome ne déroge pas au schéma mais le côté électro se fait encore plus présent, le rapprochement avec NIN devient réellement inévitable : cette capacité à produire une musique mêlant, à niveau égal, les machines et l’organique sans perdre pour autant en émotion et en humanité est vraiment un trait commun aux deux groupes. Les sons semblent incohérents mais s’assemblent pourtant parfaitement, le tout restant accessible à la majeure partie des oreilles, si le genre n’effraie pas.
Les plages défilent et ne déçoivent pas … Creepshow prolonge le concept en apportant toutefois une autre approche du groupe, plus légère, plus rock et moins sombre. Les samples pourront rappeler des formations plus orientées dance-floor comme Mass Hysteria ou encore Sidilarsen démontrant que Wormachine possède un répertoire varié … plus dans les ambiances que dans le style. Freedom suit le même chemin … que dire de plus ? Le groupe enchaîne les petites perles sonores avec une apparente facilité et fait mouche encore une fois. Ce trio semble piocher dans tout les styles pour enfanter de véritables bijoux.
Machine arrière tire son épingle du jeux avec un chant en français (contrairement aux autres morceaux chantés en anglais) et un aspect chansonnette lié aux textes et à une mélodie étrange, hypnotisante presque enfantine. A l’image de Creepshow, les samples refont un pas en avant pour occuper le devant de la scène soutenu par un riff, efficace, unique répété tout au long du morceau. Le titre bénéficie même d’un remix qui, même si son intérêt est bien moindre, apporte tout de même un petit plus.
Avec cet ep, Wormachine fait état de son talent … on aurait peut-être apprécié plus de nouvelles compos, peut-être plus de compos tout court … en tout cas, amateur d’indus mélodique je ne peux que vous ordonner de vous ruer sur ce petit ovni issue de la muciso-culture locale … la récolte est bonne cette année … à vous d’y gouter.

A écouter : Welcome, Creepshow, Machine arri
Wormachine

Style : Indus-metal
Tags :
Origine : France
Site Officiel : wormachine.com
Amateurs : 10 amateurs Facebook :