logo Woe

Biographie

Woe

En 2007 Woe voit le jour comme un projet solo de Chris Grigg, qui enregistre donc seul une démo, Absinthe Invocation puis un premier album : A Spell for the Death of Man. Petit à petit, Grigg s'entoure d'un batteur et d'un bassiste. En 2010, le groupe signe chez Candlelight Records et sort son deuxième LP, Quietly, Undramatically. S'en suit une première tournée aux Etats-Unis. Après un changement complet de line-up, Woe enregistre son troisième album, Withdrawal et tourne en Europe.
Il faudra attendre quatre années pour que sorte leur quatrième album, Hope Attrition, cette fois-ci chez Vendetta Records, suivi deux ans plus tard par un EP : A Violent Dread.

Chronique

A Violent Dread ( 2019 )

Aux côtés de Vanum, Uada ou encore Ash Borer (la liste pourrait être bien plus longue), Woe est un des fers de lance actuels du Black nord-américain. C’est d’ailleurs ainsi qu’il faut prendre leur nouvel EP, A Violent Dread : comme un pur produit de cette scène.

Sorti quasiment deux ans jour pour jour après leur précédent LP, Hope Attrition, cette nouvelle production, qui était initialement pensée comme un split avec Ultha, reprend les éléments caractéristiques des groupes précédemment cités. On retrouve ainsi deux titres très dynamiques (la section rythmique est monstrueuse, notamment sur le second morceau) portés par des riffs nerveux qui viennent accompagner de leurs mélodies fébriles la rage contenue dans le chant et conférer à l’ensemble un caractère définitivement épique. C’est pourtant à la dénonciation des tueries de masses aux Etats-Unis qu’est consacré A Violent Dread.

Soyons clairs, A Violent Dread ne présente rien de véritablement original par rapport à ce qui se fait actuellement mais au bout du compte, peu importe : cet EP est purement jouissif. Le plaisir immédiat pourra certes être qualifié par certains d’un peu basique et cliché mais si vous ne sentez un pic d’adrénaline faire irruption en vous lors de la montée finale de l’éponyme ou lors du break et du changement de chant de The Knell And The World (fidèle et musclée reprise des suédois Dawn) alors, c’est votre droit, mais c’est à n’y plus rien comprendre !

A Violent Dread s'écoute en intégralité sur bandcamp.