logo ...Who Calls So Loud

Biographie

...Who Calls So Loud

Formé d'ex-Funeral Diner, Portraits Of Past et I Wrote Haikus About Your Cannibalism In Your Yearbook, ...Who Calls So Loud s'empresse de sortir un premier 2x10" éponyme en 2008 sur Sorry Records et Adagio830. Le combo en profite pour boucler une tournée européenne qui passe entre autre par le festival parisien Parus Brûle t-il ?. La même année ...Who Calls So Loud sort un EP 4 titres sur Protagonist Music.

Chronique

15 / 20
2 commentaires (15.75/20).

2x10" ( 2008 )

Funeral Diner. 10 années au compteur. 10 années parsemées d'une avalanche de disques, de concerts, de changements de line-up et d'arpèges distillés à tout va. Le genre de groupe qui passionne ou exaspère, mais dont la trace ostensible est indubitablement présente et influente. Le livre, sans aucun doute le plus étendu du genre emo hardcore, est aujourd'hui clôt. Enfin, seulement à demi. Dave Mello et Matt Badja ont resserré les boulons et relancé la machine, repeinte et rebaptisée : ...Who Calls So Loud.

C'est donc sans surprise que ce 2x10" - au visuel très réussi signé Juan de Comadre - puise une partie de ses racines dans le songwritting de Funeral Diner. Celui qui longuement, oscille entre aération post-rock et magma sonique stratifié, entre harmonie naïve et pelletées de gravât toujours vigoureusement projetées par le (fabuleux) jeu de batterie sec et dur de Matt Badja, qui était déjà la matrice de Funeral Diner et le socle du colosse hardcore sculpté aux forceps par Portraits Of Past. Les formes adoptent donc des travers bien connus mais ...Who Calls So Loud fait ressurgir bien d'autres sédiments et élève l'équilibre hargne-retenue à un niveau supérieur, ne serait-ce que part des transitions nettement mieux amenées par les guitares. Tirant des ficelles entre les brises et les cyclones, le filigrane mélodique est omniprésent et incorpore dans ses gènes une tonalité bien particulière, sphérique et massive, qui fait toute la couleur singulière de …Who Calls So Loud.
Le point de gravité idéal entre affliction latente et abordage épique est atteint sur une poignée de morceaux remarquables ; La viscérale entrée en matière qu'est l'impétueux "Sleeplike" mais aussi les poèmes désemparés que constituent "4.4.4.4." et "Any Colour I Want", dont la force est accentuée par des paroles bien senties et un chant, certes peu aventureux, mais collant parfaitement au propos. L'intensité a tendance à lâcher un peu de terrain sur une poignée de parties moins inspirées et surdimensionnées en terme de temps, mais une conclusion comme "Slip Step", véritable ode mélancolique chargée d'énergie cathartique, finie de convaincre du bien fondé de cette suite logique aux efforts passés des protagonistes de ...Who Calls So Loud.

Ceux lassés des frasques Funeral Diner ne trouveront pas davantage d’intérêt à ce nouveau projet sensiblement attaché aux mêmes éléments fondateurs. Les autres y trouveront de purs instants de frénésie salvatrice, humides et égrenant les notes comme des gouttes de sueur sur le sol.

Si le choix du format 2x10" n'est pas des plus opportuns, un CD est également présent dans le gatefold.

A écouter : Sleeplike - 4.4.4.4. - Any Colour I Want
...Who Calls So Loud

Style : Screamo
Tags :
Origine : USA
Site Officiel : whocallssoloud.com
Myspace :
Amateurs : 7 amateurs Facebook :