Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories

logo Whippersnapper

Biographie

Whippersnapper

Encore un très bon groupe (anciennement) sur Lobster Records, la mine d'or des bons groupes punk rock! Whippersnapper est composé de 5 membres qui viennent tous de Peachtree City, Géorgie. N'étant pas d'un milieu aisé, les 5 potes , à partir du lycée, ont fait de la musique pour échapper à leur ville d'origine et ont donc du coup pas mal tournés. Après seulement une démo et un modeste CD, ils signent avec Lobster Records pour 2 disques de punk rock mélodique bien speed: America's Favorite Pastime sorti en '98 et The Long Walk en '99. En '02, ils rejoignent Fueled By Ramen pour sortir Appearances Wear Thin, un opus étrangement plus influencé rock 'n roll que leurs précédents disques.
La séparation interviendra presque dans la foulée.

Appearances Wear Thin ( 2002 )

Cet album n'aura pas fait l'unanimité chez les anciens fans du groupe. Les changements de label, de studio et de producteur pour cet album s'accompagnent également d'un petit changement de direction musicale...

Dès les premières notes de "To the third degree" on se rend compte du changement de son, dans l'esprit nettement plus rock 'n roll que punk rock.
Pareil pour la batterie qui perd de la patate au passage, étant beaucoup plus posée. Le son des toms et des caisses est étouffé, celui des cymbales est surexposé et brouillon et le jeu est plus classique et linéaire que sur le rebondissant The Long Walk...
Sans parler du chant qui fait parfois plus penser à celui d'un crooner qu'à un chanteur de punk rock ("23 Years", "To the third degree"). Les chœurs magnifiques ont également totalement disparu. La basse n'a plus le son si particulier qui faisait son charme sur The Long Walk.
Whippersnapper s'est éloigné du punk rock mélodique tranchant et rapide pour se rapprocher d'un son légèrement plus rock n' roll, un peu comme sur les derniers opus de Millencolin ou Randy en définitive.

Ce côté punk n' roll se retrouve surtout dans les premières chansons de l'album où les mélodies de guitares oscillent entre la pâleur du rock n' roll dans les couplets et la fraîcheur des envolées mélodiques et précises dans les refrains dont Whippersnapper nous gratifiait en permanence jusqu'à cet album. Les refrains relèvent donc généralement hautement le niveau des compos en apportant de la vitalité.

Pour résumer, Whippersnapper a peut être fait preuve d'une certaine retenue sur cet album, voulant évoluer vers quelque chose de plus brut et un peu plus simple, sans fard et sans choeurs...
Le groupe qui est désormais chez Fueled By Ramen a gardé le même fond avec cette recherche incessante de la mélodie grâce à ses 2 guitares, mais la forme n'y est plus car les ptits gars ne se lâchent plus autant (et la prod' n'arrange rien).

Cependant on a tout de même droit à de bons voire très bons morceaux comme "Against us all", "I was only dreaming", "Forever", "Fine line life", "Cold as stone" ou "Gone but not forgotten" qui nous rappellent plus la vivacité et l'énergie des anciens temps.

Au final ce Appearances Wear Thin n'est tout de même pas un mauvais album du tout mais Whippersnapper nous avait habitué à un peu mieux.

A écouter : "Against Us All" ; "I Was Only Dreaming" ; "Forever"
16.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

The long walk ( 1999 )

On retrouve Whippersnapper 1 an après America's Favorite Pastime, en '99 avec un nouveau bassiste et un nouveau guitariste pour ce nouvel album intitulé The Long Walk et enregistré cette fois à un autre studio bien connu, le Blasting Room..

Avec des lyrics traitant du relationnel aussi bien que de la politique... Le groupe s'épanouit et a gagné en maturité. Ca se ressent aussi tout de suite dans la musique tant ils ont trouvé un style bien plus personnel et leurs compos sont bien plus diversifiées.
Le son aussi est assez particulier avec une basse puissante, résonnante et mise en avant. Tout de même moins rapide que l'album précédent mais ça reste au moins aussi mélodique. Les chansons sont mieux construites, toujours autour des 2 guitares qui remplissent leur rôle à merveille, et le rhytme n'est pas aussi linéaire que sur America's Favorite Pastime.
On retrouve tout de même encore des éléments à la Strung Out: (sur "Steady the Walls" ou "Simple Words" par exemple). Un avantage supplémentaire c'est que le nouveau bassiste chante ainsi que le guitariste déjà présent sur le premier album qui s'est mis au chant.  Ce qui fait donc 3 chants, présentant bien des opportunités notamment au niveau des choeurs ("A New Chapter" et le magistral "Cloths Horse" qui précède un excellent "Shamefaced"). Les morceaux se terminent en apocalypse mélodique avec des choeurs et des riffs qui fusent de partout (bon travail de prod' et post prod' pour mettre tout ça en place au passage).

Plus généralement, il ressort un côté un peu plus émotionnel qui était moins présent sur leur précédent album et qui renforce l'attrait du groupe. Cependant ne vous y trompez pas, les compos restent d'une vitesse supérieur à la moyenne (et la qualité, elle, bien supérieure...)

A écouter : Clothes horse; Steady the walls; A new chapter; Shamefaced; Equations; Life will go on
15.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

America's favorite pastime ( 1998 )

Voila des textes et de smélodies plus travaillés que la moyenne. Enregistré au studio Orange Whip à Santa Barbara (par Shawn Dewey, collaborateur de Lagwagon) comme la plupart des groupes de Lobster, l'opus est brillant de bout en bout.

Les bons riffs à 2 guitares s'enchaînent plus vites les uns que les autres, surplombés par la voix harmonieuse d'Andy. Un must pour les fans de Satanic Surfers (à qui Whippersnapper ressemble en de nombreux points: lyrics, musique, chant), Strung Out (avec qui, renseignements pris, le groupe a beaucoup tourné) ou encore Ten Foot Pole (dernière génération) et les amateurs de punk rock rapide et mélodique plus généralement..
Le sens de la mélodie est évident chez le groupe avec la batterie qui donne le tempo aux 2 guitares harmonisées. Des choeurs bien présents (surtout en fin de chansons) renforcent le côté mélodique mais sans faire d'ombre à la patate et la fougue dignes d'un Satanic Surfers (encore une fois).

Seule petite remarque négative: le rhytme bien soutenu sur tout l'album peut être lassant au bout d'un moment mais ceci est tout de même rattrapé par quelques breaks et des mélodies imparables.

Les punk rockers mettent du coeur à l'oeuvre et se font plaisir jusqu'à la dernière seconde du CD, moment où on peut enfin prendre le temps de souffler et reprendre sa respiration...

A écouter : Swing shift; Bottom line; Tragic flaw; The system; Silent crime