Albums du moment
Pochette Back In Business
Chroniques
Pochette Anesthetic
Pochette Sus
Pochette Undying Light

logo We Were Promised Jetpacks

Biographie

We Were Promised Jetpacks

We Were Promised Jetpacks se forme en 2003 à Edinburgh autour d'Adam Thompson (Chant et Guitare), Michael Palmer (Guitare), Sean Smith (Basse) et Darren Lackie (Batterie). Influencé par The Twilight Sad et Frightened Rabbit, le combo joue son premier concert durant une compétition scolaire et s'envole ensuite pour Glasgow.
En signant en 2008 chez Fat Cat Records suite à une recommandation de Frightened RabbitWe Were Promised Jetpacks s'attelle à l'écriture de son premier opus These Four Walls, qui sort en 2009. S'en suit différentes tournées avec Bad VeinsBear Hands ou encore Jimmy Eat World.
Mars 2010 voit la sortie de The Last Place You'll Look, un EP qui préfigure un album l'année suivante. Entre temps, différents titres du quatuor sont utilisés (Parazit, Sons Of Anarchy, One Tree Hill…). En Juillet 2011, In The Pit Of The Stomach est annoncé pour octobre de la même année. Celui-ci sort chez Fat Cat Records à nouveau, épaulé par quelques clips diffusés sur le net. Trois ans plus tard, We Were Promised Jetpacks revient à nouveau, avec Unravelling, dévoilant un aspect plus posé du combo.

Unravelling ( 2014 )

Assimilé à la scène Indie Rock depuis These Four WallsUnravelling casse le rythme imposé par We Were Promised Jetpacks. Moins de tout : moins de joie, moins de rythmes sautillants, moins d’entrain. Mais heureusement, WWPJ a amorcé ce changement de visage sur l’album précédent, même si ici la rupture est nette et marquée. Beaucoup plus doux, étouffé, Unravelling est un album confidentiel comme a su le faire Interpol, emprunt d’une amertume générale qui laisse un doux gout en fond de bouche.
Fini les rapports marqués à FlashgunsThe Twilight Sad ou Two Door Cinema Club, les rapprochements sont ici dilués dans une mer de sonorités qui passent au travers d’Interpol, Brand New ou leurs confrères de Paws. Pourtant, le premier titre peut s’avérer trompeur : un brin enjôleur et souriant, « Safety in numbers » est cette première danse qui esquissera un sourire complice pour rallier les insatisfaits.
La suite change toutefois légèrement la posture, avec un chant moins haut que sur In the Pit of the Stomach (plus proche de certaines compos posées de Two Door Cinema Club) et surtout moins de rythmes emportés (éléments déjà apportés via « Hard to remember »). Terminé, les « Circles and Squares » ou « Quiet Little Voices » sont ici pierres fondatrices du passé et « Peaks and Troughs » ou « Night Terror » n’élèveront pas la voix ou le tempo lorsqu’on se retrouvera face à une montée en puissance. Le combo prend une tournure intéressante, affranchissant ses nouveaux titres de l’ombre des premiers émois.

Un titre hante constamment Unravelling, un unique morceau qui pourtant ne s’annonçait pas plus épique qu’un autre. « Moral Compass » déploie un nuage sombre sur le reste d’Unravelling et peut cacher les titres restants. Ceux-ci ont toutefois leur instant épique (le passage qui s’annonce explosif sur la seconde moitié de « I Keep it Composed » est un exemple parlant) mais cette sensation d’amertume désespérée emplit le coeur.

Le parallèle avec Daisy de Brand New peut être aisément fait : un album qui change un groupe, même si les premiers traits étaient esquissés en amont pouvaient laisser entrevoir cette évolution. Il serait aisé de balayer le reste de la discographie de WWPJ d’un revers de la main et de parler d’album mature, mais nous sommes plutôt face ici à un autre aspect de la personnalité des musiciens, beaucoup plus intimiste.

A écouter : Moral Compass, jusqu'au bout de la nuit
14.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

In the Pit of the Stomach ( 2011 )

These Four Walls ne laissait pas un souvenir impérissable malgré de très bons titres. La faute à quelques sorties qui ont masqué l'apparition de We Were Promised Jetpacks sur la scène (en vrac, Two Door Cinema Club, Flashguns, …). On y retrouvait ces ingrédients qui fusionnaient en un rock indie sautillant, rythmé et frais, le tout sans pourtant se démarquer pleinement de ses congénères (The Twilight SadFrightened Rabbit).
Avec In The Pit Of The StomachWWPJ essaie à nouveau d'avancer vers la lumières, 10 titres sous les bras et quelques singles pour assurer la promotion du disque.
Premier constat : WWPJ délaisse un brin le côté fringant pour assumer son côté Indie avec des compos comme "Human Error" ou "Circles and Squares". On regrettera aussi la fragilité et la fraîcheur de These Four Walls, bien moins évidentes à discerner sur ce nouvel opus que sur le précédent. In The Pit Of The Stomach est en effet plus chaud au niveau des notes, cassant abruptement ces enchainements sautillants que l'on pouvait retrouver sur "Roll Up Your Sleeves".
A l'instar d'un FlashgunsWWPJ a varié ses ambiances, abandonnant ses couleurs criardes et flash pour se parer d'atours plus automnaux ("Sore Thumb" ou "Boy In The Backseat") que l'on a déjà pu esquisser sur The Last Place You'll Look.

Néanmoins, on retrouve des riffs purement Anglo-Saxons ("Through The Dirt and thé Gravel") qui peuvent semble presque fades si on a déjà fait tourné une paire de combos aux mêmes sonorités quelques instants avant. Il est fort dommage d'ailleurs de se limiter à ce sentiment quand quelques titres comme "Pear Tree" ou "Hard To Remember" portent vraiment des sentiments à bout de bras.
L'ensemble est loin d'être désagréable, heureusement, mais l'assimilation de ce disque, sous son apparente simplicité, se fait avec de nombreuses écoutes. De même, j'avoue regretter l'absence de cordes (autres que le duo guitare / basse) à la manière du EP sorti en 2010 ("Short Bursts").

Avec In The Pit Of The StomachWWPJ semble avoir gagné en assurance, délaissant malheureusement ce côté presque fébrile qui séduisait sur These Four Walls. En reste un album plus orienté "radio friendly" mais tout aussi intéressant. On est face à une potentielle machine à tubes, à l'instar d'un Two Door Cinema Club, mais avec tout autant de qualités.

A écouter : Pear Tree - Circles and Squares