Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Warzone

Biographie

Warzone

Raymond "Raybeez" Barbieri
J-Sin - guitare
Todd "The Kid" - basse
Vinny Value - batterie

Groupe référence du hardcore new yorkais, Warzone voit le jour en 1987 à l'instigation de Raymond "Raybeez" Barbieri, après une pige supersonique en tant que batteur d'Agnostic Front. Paul (guitare), Crazy "Jay" Skin (guitare), John "Omen" et Lukie Luke (batterie) complètent la troupe. Le groupe enregistre son premier ep Lower East Side Crew la même année, suivi un an plus tard par le premier album, le désormais mythique Don't Forget the Struggle, Don't Forget the Streets.
Formation à la démarche unitaire, Warzone transporte pourtant une identité très ambigüe. Ses shows rassemblent skinheads des deux bords, keupons de tous âges et straight-edge kids, brassage de population occasionnant parfois quelques frictions. A tel point que, afin d'éviter les accès de violence, Raybeez se trouve bien souvent obligé de chanter au milieu du public.
Après la sortie de Warzone en 1990, le groupe new yorkais éprouve le besoin de souffler. La coupure durera six années.
Warzone refait surface en 1996 lors de la sortie de The Sound of Revolution chez Victory Records. Pour l'occasion, Raybeez a procédé à un renouvellement des cadres, remplaçant ses anciens compagnons par J-Sin (guitare), Todd "The Kid" (basse) et Vinny Value (batterie). Sur sa lancée, Warzone enregistre Fight For the Justice un an plus tard mais Raybeez décède avant sa finalisation. En hommage les membres restants décident tout de même de le sortir en l'état.
Avec la disparition de Raymond "Raybeez" Barbieri, la scène hardcore new yorkaise perdait un de ses personnages incontournables. Une épitaphe à la devanture du CBGB's lui est d'ailleurs consacrée. De plus, tous les albums qui sortaient chez Victory l'année suivant son décès étaient automatiquement dédiés à sa mémoire et une partie des bénéfices récoltés, reversés à des associations de protection de la jeunesse.

Chronique

13.5 / 20
0 commentaire

Always Keep the Faith - A Tribute to Warzone ( 2006 )

Personnage incontournable de la scène new yorkaise, la disparition de Raymond Barbieri, alias Raybeez, chanteur de Warzone, laissait orphelin une grande partie du landerneau hardcore international. A peu près dix années après sa mort, ses héritiers lui adressent un dernier hommage avec ce tribute.

Au total, pas moins de 25 groupes, en majorité européens mais pas seulement, s'unissent pour fêter à leur manière l'un des pionniers du hardcore US. Un choix de titres finalement assez représentif de la carrière du groupe new yorkais où, du désormais mythique Don't Forget the Struggle, Don't Forget the Streets, sorti en 1988 à Fight for Justice, dernier opus posthume, chaque période est revisitée de manière égale.
Au jeu de la meilleure cover, bien évidemment certains tirent leur épingle du jeu plus que d'autres. A tout seigneur tout honneur, la palme revient donc à 25 Ta Life et sa reprise pleine de rage de "As One" amenée par un Rick Healey en forme olympique. Derrière, les frenchies de Up Rights, Hope & Commit et Last Quiet Time ne sont pas en reste, surtout ce dernier qui délivre un furieux "United Worldwide". Au rayon brutes épaisses, on s'arrêtera sur les covers emplies de hargne et de détermination des néerlandais I Reject ("In the Mirror") et For The Fame ("The Snake & the Lion"), à côté desquelles la version de l'hymne "The Sound of Revolution" de Crash Sur Vos Tombes n'a pas à rougir. Mention spéciale également aux italiens de Strength Approach pour leur version de "Under 18", récemment signés chez GSR et dont on devrait reparler très bientôt.

Bref un petit skeud sympathique, sans prétention, concocté par des formations dont l'objectif n'était certes pas de rendre la copie la plus parfaite possible de l'oeuvre de Warzone, mais la plus sincère. Ce tribute était également l'occasion de rassembler des groupes venant d'horizon différent, musical ou autre, tous unis histoire de montrer que le message fraternel qu'aura asséné Raybeez pendant des années aura été entendu aux quatre coins du globe. Dans ce cas c'est assez réussi. Always Keep the Faith...

Disponible chez Eternalis Records

A écouter : The Sound of Revolution (Crash Sur Vos Tombes), As One (25 Ta Life), United Worldwide (Last Quiet Time)