Albums du moment
Pochette Back In Business
Chroniques
Pochette Mere Mortals
Pochette Anesthetic
Pochette Sus
Pochette Undying Light Pochette Le Culte Des Bourreaux

logo War Inside

Biographie

War Inside

War Inside se forme en 2008 à Nantes et se met tout de suite à composer une musique extrêmement metal, mélangeant des ingrédients death, thrash, black à quelques saveurs progressives. Inspiré par des pointures telles que Behemoth et Dissection, le quintet tournera régulièrement, allant même jusqu'à se produire au Metal Corner du Hellfest 2013, enchaînant ensuite des dates en compagnie de Belphegor, Svart Crown ou Otargos, tout en préparant la sortie d'un premier album, Welcoming The Crow, pour mai 2014. Après quelques dates et l'échappée du chanteur du coté de Regarde Les Hommes Tomber, le groupe se penche sur l'écriture d'un deuxième long, S.U.T.U.R.E, signé chez Finisterian Dead End et enregistré par Arthur Lauth au studio Brown Bear Recording, dévoilé début 2016.

S.U.T.U.R.E ( 2016 )

Alors que Welcoming The Crow nous avait correctement cassé la gueule il y a deux ans, War Inside n’a pas pris le temps de se reposer sur ses lauriers, et nous livre aujourd'hui un deuxième album au moins aussi balèze que le premier. Belle performance pendant que le hurleur Thomas rejoignait Regarde Les Hommes Tomber, sans pour autant laisser les siens en plan, du coup.

Hébergé par le label montant et bretonnant Finisterian Dead End, S.U.T.U.R.E bénéficie donc des cordes vocales en feu entendues sur l’objet précédent, faisant toutefois ressentir leur expérience chez RLHT, par une puissance et des variations augmentées. D’un point de vue instrumental l’ensemble paraît plus incisif, porté par une production fine et massive à la fois. Le travail de composition a également été rehaussé, on le sent notamment sur le monstrueux et très black mélo The Milgram Whore, ou Body Bones via son maelstrom de guitares carnassières et de double-pédale ébouriffante. Le frappeur a d’ailleurs gagné en précision, déployant un jeu tout en nuances, savamment dosé, suffisamment loin du bûcheronnage bas du front.

En fait le groupe a conservé tout ce qui constituait sa force, son essence, en l’intensifiant, en le personnifiant aussi, et se démarque de ses contemporains par une certaine urgence dans l’exécution, pour un résultat dense et compact à la fois, ne s’embarrassant pas de superficialité incongrue. On est pris à la gorge dès le relativement classique mais foutrement efficace Demiurge jusqu’au Rictus final, rampant et démoniaque. Penance en milieu de parcours nous laisse néanmoins respirer un brin, avant de repartir au charbon pour cracher du blast aérien (Maggots And Candies), ou étaler du riff gras et inspiré, ponctué de soli totalement raccords avec le reste (Connivance).

Welcoming The Crow offrait de belles perspectives d’avenir pour War Inside, S.U.T.U.R.E confirme la chose de la plus fluide des manières, affichant une écriture exemplaire couplée à un rendu idéal, ni trop propre ni trop sale. Les Nantais défragmentent toujours des nuques, (ré)ouvrent les plaies avec aisance tout en soignant leur propos, aussi brutal que mélodique, sans négliger les tripes, parcimonieusement exposées.

Demiurge dispo à l'écoute sur Bandcamp et l'album entier sur Spotify.

A écouter : sans headbanguer. Défi !

Welcoming The Crow ( 2014 )

Les nantais de War Inside en sont à leur toute première livraison en long format et font déjà preuve d’une maîtrise hallucinante. Welcoming The Crow n’est en outre pas un album accueillant ni chaleureux puisqu’on parle ici de thrash/death metal blackisé, et fixons tout de suite les choses, le quintet se positionne sans mal en haut du panier de la scène régionale.

The Stink écrase d’emblée, sans préavis, ça blaste et ça speede avec une virulence qui se révèlera infaillible sur toute la longueur de l’objet. La production équilibrée explose directement à la face, pas de fioritures. Très peu de soli, et lorsqu’il y en a (The Great Conductor, At War With) ils demeurent assez succincts, justifiant et augmentant le mysticisme qui teinte la plupart des titres. On reste bien sûr en terrain archi connu mais le tout est tellement bien exécuté qu’on a le sentiment d’avoir affaire à une formation ayant déjà roulé sa bosse depuis des lustres. On s’aperçoit très vite d’une maîtrise à tous les niveaux : le hurlement, variant entre hardcore et growl death (voire cri black) d’une puissance fracassante, deux six-cordes omniscientes, rythmiquement dingues, corroborées par un duo basse/batterie passablement énervé, déployant une technique irréprochable mais ne laissant pas l’indispensable sensibilité rageuse sur le bas-côté, sans user outrageusement de la double-pédale. L’alliage de puissance technique et d’émotion fonctionne ici plutôt vaillamment, étendu sur des structures hyper travaillées, entre Gorguts, Behemoth et Dissection, rien que ça. Mais les nantais laissent traîner quelques mélodies progressives ou arpégées sur L.S.L, At War With et la clôture idéale de The Histrion, histoire de respirer un brin, et qui feront vaguement penser aux instances mélo d’un certain Metallica (période Black Album).

Welcoming The Crow est néanmoins un disque compact (rires), un pavé qui aurait peut-être mérité un ou deux titres de plus pour compléter l’expérience un tantinet mystique dans laquelle on est embarqués brutalement et sans introduction. Enfin, si War Inside continue dans cette voie, on peut être certains de se manger une claque encore plus violente qui les mènera – on l’espère – encore plus loin.

Trois titres en écoute sur bandcamp.

A écouter : d'une traite.
War Inside

Style : Black / Death Metal
Tags : - -
Origine : France
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 7 amateurs Facebook :