Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

Biographie

Vic Chesnutt

Mouvementée, la carrière de Vic Chesnutt, songwriter né en 1964, est également prolifique et se veut témoin d'une vie remplie, aux multiples directions. Handicapé de l'usage de ses jambes depuis un accident à l'âge de 18 ans qui le laisse paralysé, Chesnutt s'est depuis livré sans retenue dans la musique, la drogue et l'alcool.

Autant de forces créatives, ou d'exutoires, qui se traduisent à partir de 1990, avec l'album Little qui marquera le début d'un long voyage constitué d'étapes régulières (tous les ans et demi environ) et de collaborations en tout genre dont la plus marquante à ce jour reste sans doute celle avec les artistes du label Constellation, le groupe A Silver Mt. Zion et Guy Picciotto (Fugazi) sur North Star Deserter sorti en 2007. Mêlant des complaintes folk aux cordes célestes des post-rockers canadiens, l'oeuvre de Chesnutt se voit prendre une nouvelle dimension, plus fragile que jamais. Un ton qui sera renouvelé lors de la 2e collaboration avec Constellation sur At The Cut. Point culminant d'une oeuvre miné par les aléas de la vie d'un Chesnutt désabusé et ironique.

C'est pourtant dans un esprit somme toute différent que sort Dark Developments en 2008, enregistré avec le groupe psyché Pop Elf Power, pour un résultat toujours folk mais, malgré son titre, aux relents americana et poppy plus marqués.

Vic Chesnutt s'est éteint, libéré, le 25 décembre 2009. Espérons qu'il soit enfin heureux, ailleurs.

Chronique

12.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Dark Developments ( 2008 )

Un an après sa collaboration réussie avec les musiciens du label Constellation (et qui doit normalement avoir une suite dans peu de temps), c'est avec un nouveau groupe, Elf Power (issu de l'écurie Elephant 6 qui produit entre autres Neutral Milk Hotel ou Apples in Stereo) que s'associe Vic Chesnutt le temps de Dark Developments.

L'ambiance intimiste de North Star Deserter se troque ici contre une folk americana plaisante qui nous emmène sur des routes peu parcourues, le long des 9 morceaux qui composent l'album avec pour point d'orgue un "Phil the fiddler" en roue libre et son final instrumental infini au penchant stoner qui conclut l'album d'une belle manière. Un mariage électrique qui se retrouve d'ailleurs en filigrane sur d'autres morceaux et remue la poussière des sentiers battus. Basse ronde, guitares entrecroisées, touches d'harmonica, choeurs lancinants, cuivres joueurs ("We Are Mean"), Dark Developments renoue avec une tradition qui touche à ce que les Etats-Unis ont de plus profond malgré des dehors pas forcément accrocheurs. On pense à Bob Dylan dans le chant de Chestnutt, old man plein de nostalgie, comme sur "Bilocating Dog". Une ballade en pleine campagne, le temps d'une virée légère et insouciante.

Dark Developments est aussi un album plein de malice, "Little Fucker" et "We Are Mean" en tête. Chestnutt et Elf Power se font plaisir, se répondent et derrière leurs rythmiques chaloupées en profitent pour régler quelques comptes à nos routines. Ce qui signifie forcément qu'au noir du North Star Déserter, il faut y opposer un grand soleil? Certes non, mais certaines blessures semblent refermer et  il faut avouer qu'on se fait plaisir à écouter le songwriter torturé chantonner ses refrains entrainants avec désinvolture et ajouter un peu de lumière à sa guitare.
Difficile de dire si ce disque constitue une nouvelle impulsion pour le mercenaire Vic Chestnutt mais avec deux très bonnes collaborations, coup sur coup, sa créativité a retrouvé de l'intérêt et une nouvelle motivation tout autant qu'il permet à ses musiciens de s'exprimer sous un autre jour.

A écouter : Oui