logo Verse

Biographie

Verse

Sean Murphy - chant
Eric Lepine - guitare
Zak Drummond - guitare
Chris Berg - basse
Shawn Costa - batterie

Verse est au départ un side project monté par Sean Murphy, chanteur de What Feeds the Fire. Le line up original est composé de Sean à la batterie, Eric Lepine à la guitare, Mark Lennon, deuxième guitare et Matt Amore à la basse. Evoluant sans chanteur pendant quelques temps, Sean rempile très vite au micro après le split de What Feeds the Fire, laissant la place à Mike Hall (The Distance) derrière les fûts. C'est sous cette formation que Verse sort son premier seven sobrement intitulé Four Songs, sur Contrast Records en 2003. En août Mark Lennon est remplacé par Brian Wilcox et quelques tournées s'en suivent, les membres étant désormais plus libres, et pouvant même s'investir dans l'écriture et l'enregistrement de leur premier album Rebuild qu'ils sortent sur Rivalry Records en 2004.
Une tournée européenne est prévue pour 2005 avec leur potes de label Another Breath.
Après un second album intitulé From Anger and Rage, Verse signe sur le label Bridge Nine.
Le groupe annonce sa décision d'arrêter l'aventure l'année suivant la sortie de son troisième album, Agression, et se sépare donc après un ultime double show les 22 et 23 Mai 2009

Chroniques

Agression Rebuild
16 / 20
3 commentaires (17.5/20).

Agression ( 2008 )

Coincé entre le Nothing to Prove de H2O et le Songs to Scream at the Sun de Have Heart, ne restait à Verse que quatre bouffées d'air pour exister dans ce trop-plein modern old-school. Sur Bridge Nine plus qu'ailleurs, la concurrence est rude comme en témoigne le wagon sorti de ses hangars ces derniers mois.

Annoncé à grands renforts de trompettes durant l'été 2008, Verse était donc dans l'impossibilité de faire moins bien que ses collègues de bureau. La partie s'annonçait rude mais elle semble gagnée. Avec Agression, les ricains livrent un album intimiste écrit en lettres de sang, à l'inspiration puisée au plus profond des êtres, dans leur malheur, leur illusion du bonheur. Agression est un cri puissant, l'émergence d'une révolte qui bondit des brumes de Providence. Et même si Verse se réserve certaines poches d'oxygène par des parties plus légères genre Comeback Kid, l'illusion ne dure guère. Désormais une plus grande place est laissée à l'expression de plages ambiantes plus fouillées, plus mélodiques héritées des gammes des anciens Quicksand, Handsome ou même Snapcase, notamment dans le timbre monocorde et plaintif de Sean Murphy qui tient la corde durant tout l'album.
Verse aussi joue l'ambition avec "Story of a Free Man", tableau en trois volets qui cristallise totalement tous les sentiments que l'on pourra trouver sur Agression. Entre doute, mélancolie et colère, les textes portent en eux une note réaliste au travers de laquelle il est difficile de distinguer le vrai du fictif, le témoignage du réellement vécu. Peu importe au final, Verse parle pour ceux qui ont mal, mais aussi pour ceux qui n'ont pas renoncé. Verse montre les poings mais combat avec sa meilleure arme, sa plume et sa musique, seule alternative pour faire changer les mentalités ("Some Fight with Stones, Some Fight with Guns but Instead I Choose to fight with my pen and my notebook" - "Old Guards, New Methods").

Agression n'est peut-être pas à mettre en toutes les oreilles. Pas racoleur pour un penny, c'est un album sobre et pudique dont il sera nécessaire de percer la carapace pour découvrir la réelle émotion qui s'en dégage. Ceux qui ne feront pas l'effort rateront une belle occasion de prendre du plaisir.

Tracklist : 01. The New Fury; 02. Old Guards, New Methods; 03. Suffering To Live, Scared To Love; 04. Signals; 05. Scream; 06. Story Of A Free Man, Chapter One: The End Of Innoc; 07. Story Of A Free Man, Chapter Two: The Cold Return; 08. Story Of A Free Man, Chapter Three: Serenity; 09. Blind Salvation; 10. Unlearn; 11. Earth And Stone; 12. Sons And Daughters

A écouter : Story of a Free Man, Sons & Daughters, Blind Salvation
15.5 / 20
1 commentaire (14/20).

Rebuild ( 2004 )

Energie + émotion = mélange explosif, voilà la formule chère à Verse, et le moins que l'on puisse dire c'est que l'alchimie prend bien dans leur hardcore.
Propulsé par une pléiade de sentiments bien différents, le quintet déballe tout ce qu'il a sur le coeur et dans le corps. Pas tant intéressé par une révolution que par une réelle évolution, le groupe dépasse les clichés sociaux et les idéologies de la scène hardcore en envisageant cette dernière de façon un peu plus personnelle et 'sentimentale'.
En résulte un hardcore certes pas vraiment gentillet, mais cependant moins "pur et dur" que la moyenne, un hardcore qui se penche davantage sur l'impact que peuvent avoir les émotions, sans pour autant renier la fougue inhérente au genre.

Tout comme Verse mélange les sentiments, il mélange également les éléments provenant des scènes hardcore old et new school. La lourdeur des nombreux relents et des choeurs façon NYHC sont empruntés au old school tandis que la vitesse d'exécution et le chant plein d'émotion (mélange de frustration, de colère, de souffrance et de tristesse) tendent plus vers la nouvelle école; et il en va de même pour le jeu de guitare: deux 6 cordes qui privilégient sans cesse et sans équivoque la mélodie à la rythmique lourde et étouffante.

On a aussi droit à quelques intros/outros et breaks qui introduisent une certaine ambiance et permettent de souffler un peu (à l'image de "Let It All Rust" que n'auraient pas renié les défunts Section 8).

Si on met de côté ces quelques courtes excursions ambiantes, l'album de 26 minutes est condensé au maximum pour faire ressortir et ressentir au mieux la tension, l'énergie et l'émotion.

Seul bémol: le ton général du CD reste assez constant, ce qui peut parfois, au début, donner l'illusion d'un album uniforme et peu varié; pourtant il serait très difficile de taxer Verse d'un manque d'originalité et de créativité à l'écoute de l'immense majorité des groupes de hxc passés et présents. A suivre si vous aimez votre hardcore énergique et mélodique, façon Pointing Finger, The 21st Impact, Maypole, Section 8 ou encore I Defy.

(le CD est dispo pour 10euros frais de port compris chez www.highhopesdistro.fr.st)

Télécharger: "Tear Down These Walls" et "What This Means" + 3 autres morceaux écouter ici.

A écouter : pour relcher la pression