Biographie

Veltpunch

Hidenori Naganuma : Guitare/Chant
Aiko Nakajima : Basse/Chant
Taisuke Endou : Batterie/Chant

Fortement imprégné par la musique des Smashing Pumpkins, Veltpunch se forme au printemps au printemps  '97 à Tokyo (Japon). Le trio sort un premier MCD, Repeat 2000times, puis un premier effort longue durée à l'aube du nouveau millénaire : When We Drive. Ce dernier leur permet de participer au SXSW, festival incontournable qui a lieu chaque année à Austin (Texas - USA); durant les trois années suivantes, Veltpunch se consacrera à un projet indépendant, Noise for the Underground, à Sangenjaya Hebnzdoa. Enfin, après les coutumiers changements de line-up, le groupe sera rejoint en 2003 par celui qu'ils surnomment Dr. Endou. Stabilisé, la nouvelle formation se lance alors dans leur deuxième effort, Question N°13, paru en décembre 2004, et les ventes, plus qu'honorables, à l'étranger, les incitent à poursuivre l'aventure en enregistrant un troisième effort en 2005, A Huge Mistake. Un quatrième, qui place la barre (très) haute en s'intitulant White Album, est programmé pour le 01 août 2007 toujours chez Evol Records (AndMakrHer, Sunsgrind,...).

Chronique

A Huge Mistake ( 2005 )

Découverts à travers leur reprise couillue de "Bitter Taste" (Tribute to LastDaysOfApril), ce troisième effort de Veltpunch ne manquera pas de surprendre la plupart de ses nouveaux auditeurs. Là où le premier effort du groupe, When We Drive, fleurait bon l’alchimie weezerienne d’emo punk et de power pop, leurs quatre années de traversée du désert, tout du moins en matière de sorties d’albums, ainsi que le recrutement du Doc’, auront permis à Veltpunch d’assouvir leurs envies avec un second effort (Question N°13) élargissant ses horizons musicaux, et ce plus spécifiquement en son terme.

Avec A Huge Mistake, le trio originaire de Tokyo poursuit cette quête de renouveau, combinant unicité et multiplicité en diversifiant plus encore les genres. Si l’étiquette J.Rock demeure grossière, elle résume assez bien cette propension qu’ont les groupes nippons, à l’image de Sloth Love Chunks avec qui Veltpunch partage certaines similitudes musicales, une capacité donc à absorber les cultures musicales extra-insulaires. Un constat établi dès le titre d’ouverture de l’album, "Killer Smile", à grands renforts de riffs alarmistes plaqués sur des lignes de basse bien rondes, une batterie tout en roulements, et une alternance de chant clair féminin/masculin supplée par les invectives d’Endou. Des sonorités au service de breaks noisy, clapés, atmo’, où les arpèges sont capables de vous soutirer une once de remord au travers de ce bordel détonant d’organisation, et le tout servi par un rythme ‘otaké !’ s’il vous plait. Veltpunch enchaîne directement avec un "Butter of August" où le répondant des 4 et 5 cordes évoqueront à certains les compositions de .moneen., avant un revirement post-punk bien dans l’air du temps, deux ans après. Le triptyque d’ouverture s’achève sur la démentielle "Cheap Disco 13 Steps" durant laquelle les premières notes de cymbales sont telles une brise avant une déferlante sonore de 30", digne des plus grands noms du screamo, une déferlante étant elle-même prémisse au corps post-poppy-punk du titre. Du grand n’importe quoi, mais tellement jouissif. A Huge Mistake passe sans complexe du coq à l’âne avec plus ou moins de réussite, sa seule erreur étant de proposer des titres parfois trop…’conventionnels’, aux dépens de cette folie, avide de découvertes, sous-jacente au disque. En témoigne d’ailleurs "There is No Sunflower in My Heart", mixée par Jon Taylor (Ryukyu Underground), précurseur fin des années 90s, avec son ami Keith Gordon, dans la création d’une musique alliant beat electro’ et sonorités traditionnelles d’Okinawa : le monsieur propose ici une version du morceau mariant electro, drum’n’bass, noise et rock. Une vraie bouffée d’oxygène…

A la fois plus équilibrée, et plus expérimentale qu’à ses débuts, la musique de Veltpunch ne fait qu’intriguer, exciter et susciter plus encore une impatiente grandissante quant à la sortie de leur quatrième album : White Album. En espérant d’ici là que le groupe aura su gommer ces quelques facilités propres A Huge Mistake, tout en amplifiant cette part de folie qui lui est propre.

Ecouter sur MySpace : "Killer Smile"; "Fight Against the Jellyfish"; "Cheap Disco 13 Steps"

A écouter : "Cheap Disco 13 Steps"; "Killer Smile"; "There is No Sunflower in My Heart"; "Fight Against the Jellyfish"