Titre : Terminal Redux Année : 2016
Nombre de titres : 10

Tracklist
01. Charging The Void
02. Cygnus Terminal
03. LCD (Liquid Crystal Disease)
04. Mountains Above The Sun
05. Ultimate Artificer
06. Pteropticon
07. Psychotropia
08. Pillars of Sand
09. Collapse
10. Recharging The Void
Acheter : logo amazon
Label : Earache Records
Collection : 4 membres possèdent cet album.
Moyenne lecteurs : 16.56/20 (17 avis dont 6 avec commentaire)


Les membres qui ont aimé Terminal Redux aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

54-dje-57 18 / 20 Le 22/08/2017 à 16H53

Tu prends ton casque et tu mets le son très fort !!
Attention, ça secoue.

V.N.A. 18.5 / 20 Le 21/01/2017 à 18H38

Premier contact avec la chose : musicalement, ça a l'air pas mal, par contre je ne suis pas fan de la voix.
Après première écoute de l'album complet : ok, musicalement c'est plus que pas mal, et quand on commence à s'y habituer la voix passe plutôt bien.
Après de multiples écoutes : cet album est une tuerie ! Et je ne sais même plus ce que j'avais contre la voix au début, elle est énorme et accompagne parfaitement la musique.
C'est technique, ça nous fait voyager très loin de notre terre sans jamais nous égarer ni être redondant, et on ne voit pas passer les plus de 70 minutes (!) de musique.
Un album que je réécouterai encore (et encore, et encore...), et je ne manquerai pas de me pencher sur les précédents opus du groupe à la première occasion.

Shades of God 9 / 20 Le 01/01/2017 à 10H38

Un peu beaucoup surcoté quand même.

Franchich Kebab 19.5 / 20 Le 19/12/2016 à 11H11

Je l'écoute en boucle depuis sa sortie, encore et encore. Grosse, grosse claque. Rien à ajouter de plus, je pense...

Eagle_John 17 / 20 Le 17/12/2016 à 12H05

A bord du vaisseau spatial d'un bon vieux pote de lycée à boire une bonne bière tout en contemplant notre bonne vieille Terre au sommet de la thermosphère celui ci me lance:
-Ca te dirait de faire un rapide tour de notre galaxie la Voie Lactée?
-C'est clair! Répondis-je. Quand partons nous?
-Tout de suite!

Je n'ai même pas eu le temps de finir ma gorgée que le démarrage rapide s'effectue avec "Charging The Void" renversant toute ma bière en pleine figure.
Accroche toi car nous allons atteindre la vitesse de la lumière! Me lance mon ami en me tendant une autre canette.

En effet, après être rapidement passé au côté de Mars, Saturne et Neptune, c'est un tout autre paysage fascinant qui se dévoile au moment de "Cygnus Terminal". La vitesse de pointe à été atteinte à quelques reprises, notamment quand on s'est fait surprendre par la supernova de "LCD (Liquid Crystal Disease)" magnifique au passage , ou pour fuir la pluie de météores de "Pteropicion".

Nous avons presque laissé notre peau à "Pillars Of Sand" magnifique planète à l'origine vierge (écoutez ces solos) où se disputent de nombreuses ressources entre différentes civilisations ou à "Ultimate Artificer" où avons presque franchi l'horizon des évènements d'un trou noir.

Le voyage est également ponctué de moments plus calmes tel que des arrêts aux côtés d'exo-planètes sans orbite (l'instrumentale "Moutains Above The Sun", la power-balade "Collapse"), ou à des péages intergalactiques à "Recharging The Void".

Retour sur Terre sain et sauf, le voyage a été mouvementé, il se sont passé beaucoup de choses. C'est une expérience que j'aimerai bien remettre mais pas tout de suite, le voyage a été riche, magnifique, mais épuisant.

Terminal Redux est un album très dense (voir trop dense), plus d'une heure et quart d'un thrash très technique et violent. L'exercice est périlleux, mais brillamment remporté par les "arizoniens" grâce à des riffs excellents, des musiciens techniquement très au point et des parties mélodiques magnifiques. Il faudra de nombreuses écoutes (voyages) pour découvrir toutes les facettes de cet album (notre galaxie).

Mes coup de cœur reviennent à LCD (Liquid Crystal Disease), Pteropicion et Collapse.

slaughtear 18.5 / 20 Le 20/07/2016 à 22H14

Une énorme claque. Pas le temps de s'ennuyer dans cet album qui voyage aux confins de la galaxie. Un thrash progressif ultra-technique et ultra-violent nous assaille pendant 1h et quart. La construction de l'album est essentielle, l'enchaînement est parfait, jusqu'au final incroyable de Recharching The Void. Est-ce qu'on tient l'album de l'année, voire le meilleur album de thrash depuis Reign In Blood?