logo Vaura

Biographie

Vaura

Né en 2009, Vaura est un projet musical regroupant différents membres de groupes dont le talent et l’ingéniosité n’est plus à démontrer (Gorguts, Kayo Dot, Secret Chiefs 3). Ayant sorti son premier album Selenelion en 2012, le groupe impose d’emblée un style qui lui est propre, mêlant des éléments de Metal, Post-Rock et Cold-Wave. Signé chez Wierd Records dans un premier temps, Vaura tourne notamment aux côtés de groupes aux identités musicales également bien affirmées comme Alcest, Deafheaven ou Monarch. Le groupe est ensuite accueilli chez Profound Lore Records en 2013 pour son deuxième effort The Missing.

Chronique

15.5 / 20
2 commentaires (11/20).
logo amazon

The Missing ( 2013 )

Dans la liste des albums que vous avez certainement manqués en 2013, The Missing est de ceux qu’il vous faut écouter si vous êtes à la recherche de nouveaux horizons musicaux et que la cause vous semble perdue, déjà lassés et blasés que vous êtes du mouvement Nintendocore (véridique) que vous venez de découvrir il y a une semaine à peine. Passez en revanche votre chemin si vous êtes en manque de brutalité, car ici l’heure est au lyrisme, à la mélancolie d’une errance nocturne en solitaire qui aurait un goût d’infini. Oui, Vaura nous bouscule avec subtilité et sème la confusion en notre for intérieur à l’aide de ses ambiances envoûtantes et de sa touche si singulière. A l’image de son artwork aussi déroutant qu’intriguant, l’album nous offre l’entrée dans un univers musical où la beauté d’une aurore boréale vient troubler la froideur d’un monde en noir et blanc.

Enfantée par des artistes aux parcours musicaux aussi divers qu’audacieux, l’œuvre est un condensé d’influences multiples, tant et si bien qu’il est difficile de la limiter à un seul genre. En effet les dix tracks oscillent entre une instrumentation éclatante que l’on pourrait qualifier de Post-Rock/Shoegaze, tout en empruntant aux sombres riffing et blast-beats du Black Metal (« The Missing »). Et comme pour parfaire ce grand écart stylistique, ce pied de nez à la rigidité des canons, la voix quant à elle s’inspire largement de la Cold Wave et maîtrise à merveille cet Art du spleen, noyant l’auditeur dans une froide et envahissante reverb. A vouloir regrouper ainsi un si grand nombre d’influences, la formation a pris de toute évidence un pari risqué, mais force est de constater que le résultat est à la hauteur de l’ambition du groupe : le son est indéniablement unique, nouveau, sans pour autant se montrer élitiste ou prétentieux de quelque manière que ce soit. Un bon point donc pour Vaura, qui certes exploite à nouveau le filon introduit par le premier album, mais parvient tout de même à proposer un ensemble original et cohérent.

Chaque titre en effet mérite l’attention et est une habile démonstration de l’équilibre voix/instrumentation, se complétant parfaitement pour susciter l’émotion chez l’auditeur. Le groupe use ainsi de riffs aigus et accrocheurs comme celui de « Incomplete Burning », où chant et guitares célèbrent une mélodie finale à l’unisson qui restera ancrée dans votre esprit. Par ailleurs, le groupe saura vous rappeler de beaux souvenirs, ne cachant pas un certain attrait pour le rétro ; en témoignent les premières secondes de « Mare Of The Snake », très New-Wave par ce duo de la batterie avec la quatre-cordes, ou encore la voix de « Pleasure Blind » proche de Joy Division ou The Cure sur les couplets lorsque la musique s’efface davantage. Mais les américains savent également aller de l’avant, et se livrent à l’expérimentation à travers un « Braced For Collapse » mêlant des patterns de batterie inhabituels, des accords et arpèges aux effets multiples, et un passage en trombe au micro de la douce mélancolie au scream désespéré venant faucher votre âme lorsque vous vous y attendiez le moins. Car les musiciens peuvent également céder au besoin de violence et d’urgence du Metal (« Abeyance ») et vous entraînent alors avec eux dans un univers de décibels bruitistes et chaotiques, violemment cadencés par des fûts d’une régularité implacable.

A travers cet album, Vaura ne laisse donc rien au hasard, chaque morceau est peaufiné et revêt une identité propre grâce à des artistes aguerris en termes de composition. The Missing est donc bel et bien une réussite puisqu’il relève sans peine le défi du deuxième album, et a le mérite de réconcilier les Anciens et les Modernes, la beauté et la violence, l’ombre et la lumière.

A écouter : Incomplete Burning, Mare Of The Snake
Vaura

Style : Post-Metal / Avant-Garde
Tags : - - - -
Origine : USA
Bandcamp :
Facebook :
Amateurs : 7 amateurs Facebook :