Albums du moment
Pochette Anabasis
Pochette In Transmission
Pochette Fyra Pochette Street Heat
Chroniques
Pochette There Is No God Where I Am
Pochette Territorios
Pochette A Dying Truth
Pochette Curse
Pochette Go Ahead And Die Pochette Aggression Continuum
Découverte
Pochette No Way

logo Unearth

Biographie

Unearth

Formé en 1998, Unearth trouve très vite son style hybride entre Hardcore et Metal mélodique, voire même death metal. Après deux albums, le combo est remarqué par le label Hardcore respecté Eulogy Recordings qui sort The Stings Of Conscience en 2001 puis l'ep Endless fin 2002. Le groupe est distribué en Europe par Alveran Records qui se charge d'une partie de la promotion Eulogy chez nous. Une tournée européenne est réalisée en 2003, année au cours de laquelle ils signent sur le label de metal extrême Metal Blade Records: The Oncoming Storm nait le 29 juin 2004. Toujours plus métal et radical, Unearth fait son comeback en 2007 avec III: In The Eyes Of Fire, véritable brulôt thrashisé et grande réussite qui les consacre au premier rang des formations estampillées Metalcore. Réglés comme une horloge suisse, le groupe revient très rapidement avec The March, un album caractérisé par une orientation un peu moins radicale et plus Heavy qui vient confirmer l'inspiration et l'envie de renouvellement affichée depuis le début par les américains.

Chroniques

The March Endless
14.5 / 20
3 commentaires (15.33/20).
logo amazon

The March ( 2008 )

Question : A quoi peut on s’attendre lorsque la plus grosse machine à riff de la scène Metalcore - n’ayons pas peur des (gros) mots -  revient en force après avoir démonté des nuques par paquets de mille avec son précédent album ?
Réponse : Pas forcément ce que l’on espérait. Mais est-ce un mal ? Quoiqu’il en soit Unearth n’est pas n’importe quel groupe et le démontre une nouvelle fois.

La formation du Massachussetts n’en finit plus de progresser au fil des sorties et avait ni plus ni moins repoussé au loin la concurrence en 2006 avec un III : In the Eyes of Fire ultra acéré. Un disque incendiaire que pas mal considèrent depuis comme un modèle d’efficacité et qui a définitivement propulsé Unearth en tête des formations du genre en même temps qu’il faisait presque oublier The Oncoming Storm. III… était le feu. The March sera donc le pyrotechnicien, l'album d'un groupe qui gère ses efforts et ses effets.
D’entrée de jeu, sur My will be done, le quintet annonce la couleur. III… est le maitre étalon, inutile d’essayer de pondre un "III bis" (ou un "IV", c’est comme vous voulez). Ce disque a tout ravagé et Unearth a décidé de capitaliser non pas sur cette recette mais sur l’expérience accumulée pour nous servir un disque travaillé à l’identité marquée, loin d’être un simple copier-coller (souvent un peu raté). Exit donc la hargne pure et place aux mélodies ultra énergiques déversées à grands flots de riffing heavy. Même le chant se fait ici moins rentre dedans.

The March risque donc de faire des déçus. Les inconditionnels du coté straight to the point de son grand frère auront d’ailleurs probablement été surpris. Pas de panique cependant, Unearth est très loin d’avoir rendu les armes : les ingrédients sont toujours sensiblement les mêmes et seul le résultat prend une coloration - volontairement - différente. Une fois choisi le terrain sur lequel se déroulera la bataille de The March, le groupe sélectionne ses armes avec assurance au milieu de son artillerie de riffs et rythmiques maison, sans cesse renouvelés depuis dix ans. De Hail the shrine à The march en passant par Crow killer ou encore un final plus classique offert en bonus, Unearth avoine une quantité de gimmicks monstrueux dans une débauche d'énergie bien plus maitrisée que véritablement retenue.
Car en effet, balancer du gros riff n’est pas le tout, encore faut il que l’intention soit bonne. C’est là la très grande force du groupe. Tandis que beaucoup de formations se perdent aujourd'hui entre chant clair mal assuré, remplissage et overdose de brutalité mal assumée, Unearth garde le cap toutes guitares dehors sans jamais verser dans l’un ou l’autre. Des choix artistiques clairs et une volonté de rester maitre de sa barque tout en (se) faisant plaisir surement. La marque des groupes éclairés. Que le résultat plaise ou non, on pourra difficilement le leur enlever.

The March est un bon, voire un très bon album dont le principal problème restera surement qu’il tombe juste après la réussite encore très présente dans les esprits de III: In the Eyes of Fire. Son second handicap est aussi sa principale force: une orientation musicale claire et tenue de bout en bout d'un album cohérent. A chacun d'adhérer ou non. Il apparaît en tout cas assez évident qu’Unearth est doté d’une capacité à survivre dans le marasme Metalcore largement au dessus de la moyenne. Le groupe confirme avec un gout certain son statut de premier de la classe et soulève de nouveaux espoirs quand à son prochain retour. Que demander de plus?

A écouter : The march, Crow killer...
13 / 20
2 commentaires (18/20).
logo amazon

Endless ( 2002 )

L'intro annonce d'emblée la 'metallisation' avancée d'un groupe qui n'a plus de hardcore qu'un pauvre phrasé de temps à autre, arrosé de mosh parts isolées. Le son death mélo est lourd, la voix caverneuse, autant que les riffs... la double pédale est de sortie permanente ou presque, les guitares harmonisées sont accordées, etc. Le metalcore se cherche et s'affine, avec les pointures Darkest Hour, Until The End, Eighteen Visions [...] en tête.

Si les deux premières pistes versent dans le défouloir un brin classique, la suite fait entrer la mélodie avec des riffs heavy mélo et des ponts plus calmes ("My desire"). Le niveau technique est bien entendu au rendez vous, Unearth enchaînant rythmes vifs, contre temps maîtrises, et mosh parts pesantes.

A l'heure où le metalcore se cherche tout en se complaisant parfois dans la parodie, Unearth dégage une énergie hybride contagieuse, sans pour autant engendrer les plus brûlants engouements.

A écouter : Endless ; My Desire