Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette The Baring of Shadows
Pochette Neon Noir Erotica
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov Pochette Summerland
Découverte
Pochette Discography

logo Undeclinable

Biographie

Undeclinable

Jasper Vergeer - chant
Helmer Lathouwers - guitare, chant
Dennis Doesburg - guitare, chant
Skanne van Selst - basse, chant
Jorg Smeets - batterie, chant

En 1992 à Den Bosch (Hollande), Undeclinable Ambuscade première mouture s'articule autour du trio Jasper (chant et guitare), Skanne (basse) et Jorg (batterie électronique!). Après l'achat d'une vraie batterie, les répétitions et la composition peuvent vraiment commencer. Mais ce n'est que le White Trash, Two Heebs And A Bean de NOFX qui leur donnera envie de se pencher vers le punk rock quelques temps après la formation du groupe. Pour en jouer, le trio réalise vite que l'apport d'un deuxième guitariste ne serait pas négligeable, c'est ainsi qu'Helmer intègre la bande.
Une démo peut maintenant être enregistrée et le combo se concentre sur les concerts et les tremplins qu'ils remportent souvent. A la suite d'un de ces tremplins particulièrement important, Dennis devient le 5ème homme (et second guitariste) d'Undeclinable Ambuscade afin que Jasper n'ait qu'à se préoccuper du chant.
SoftsqueakingErnieonSwing (1994) est le premier véritable album du groupe qui lui permet de faire la premières partie de RKL puis de The Offspring. L'influent label holalndais Sonic Rendez-vous ainsi qu'Ignition Records sortiront Their Greatest Adventures en 1996. Ce dernier trouve un bon echo dans les oreilles de la direction d'Epitaph qui réédite le CD l'année suivante. A partir de là les gros festivals s'enchainent et le groupe jouit d'une réputation internationale.
One For The Money (1998) ne fera que consolider la place des hollandais au sein du groupe des leaders de la scène punk rock  européenne.
3 ans s'écoulent avant que le quintet (désormais nommé "Undeclinable" tout court pour des raisons pratiques) ne sorte Sound City Burning, dans un style plus soft et moins rapide qui déçoit certains fans. Quelques temps après, la collaboration avec Epitaph prend fin car le groupe n'a pas le succès escompté selon le label US. S'en suivent de longues années de faible activité pour les néerlandais qui cherchent un label et qui recommencent à composer en 2004.
Après quelques sessions démo, le groupe commence finalement l'enregistrement de son nouvel opus en mars 2005 avec Menno Bakker en soutien...

Chronique

17 / 20
2 commentaires (18.5/20).

One For the Money ( 1998 )

Eté 1998, le punk rock Fat Wreck/Epitaph bat son plein, le "skatecore" règne en maître et depuis peu, Undeclinable Ambuscade fait partie du label au grand "E", au même titre que les confrères européens de I Against I ou Burning Heads... Sans révolutionner les 2 genres phare cités juste au dessus, le quintet leur apporte un souffle de fraîcheur avec un One For the Money solide et constant, que ce soit au niveau des compos ou du son.

Et l'effet fraîcheur le plus immédiat c'est sans nulle doute Jasper Vergeer, chanteur charismatique grâce à sa voix particulière, chaude, énergique et chargée en émotion. Une voix modulable (et modulée) aux multiples facettes, aussi bien adaptée aux parties agressives de "Libber Tea" qu'aux accalmies mellow de "Your Hands" ou "Trapped".
Jorg Smeets est lui à l'origine du second "effet Kiss Cool": un jeu de batterie souvent effrené mais néanmoins polyvalent et discrètement technique (c'est à dire jamais mis en avant), moteur du dynamisme indéniable de la galette.

Sur de lui grâce, notamment, à ces 2 atouts de charme, le reste de la troupe s'en donne à coeur joie au niveau des mélodies. Des riffs mûrement réfléchis exécutés avec urgence, quelques breaks soignés histoire de ne pas lasser par la vitesse, et chacun peut s'illustrer tour à tour, ou tous en même temps. Même si le chant de Jasper est l'élément le plus frappant, celui qui ressort le plus, il s'appuie quasi systématiquement sur le reste des instruments à cordes, créant une unité dans la mélodie et l'intensité.

One For the Money allie donc force et finesse, l'émotion de la puissance et la puissance de l'émotion. Un chiasme ayant presque valeur d'oxymore qui est parfaitement illustré par "7 years", un hymne qui reste pour beaucoup, et sans conteste, un des tous meilleurs morceaux de punk rock mélo/skatecore écrit à ce jour. Il clôt d'ailleurs un passage central "Going Crazy"-"Walking On Air"-"Libber Tea"-"7 Years" des plus réussis.
Datant de l'âge d'or du punk rock mélo, cet album est donc un incontournable du genre...

A écouter : "7 Years" ; "Libber Tea" ; History Forgot About Me" ; "Going Crazy"