logo Twelve Hour Turn

Biographie

Twelve Hour Turn

Dave Diem - (Basse, Chant)
Rich Diem - (Guitare, Chant)
John Magnifico - (Guitare, Chant)
Matt Oliver - (Batterie)

Motivé par une scène locale vivace, Twelve Hour Turn (nom tiré de "Out of This Furnace", ouvrage traitant du travail minier des classes moyennes) se forme à Gainsville (Floride) en 1997. Dès lors le groupe s'engouffre dans la brèche emo / post hardcore avec succès grâce à un premier album remarquable, The Victory Of Flight, sorti sur No Idea Records, écurie à laquelle le combo restera fidèle jusqu'à la fin en 2002. Quelque part entre Drive Like Jehu, The Red Scare et Fugazi, Twelve Hour Turn subsite aujourd'hui comme un des groupes les plus sincères et doués du genre.

Chronique

16.5 / 20
0 commentaire

The Victory Of Flight ( 1999 )

De 1997 à 2002, les floridiens de Twelve Hour Turn ont perpétué et brandit haut et fort l'étendard post hardcore noisy planté aux 4 vents par Drive Like Jehu tout en y apportant une énergie et surtout une classe toute particulière. Car si Twelve Hour Turn s'est en parti appuyé sur les jalons du groupe culte de San Diego - structures éclatées, feeling écorché servi par une maîtrise instrumentale singulière et chant largement comparable à celui de Rick Froberg - le combo de Gainsville a su assimiler ses influences et établir un spectre musical personnel et d'une extrême immédiateté, un emo hardcore bruitiste, accrocheur et punk jusqu'à l'os.

The Victory Of Flight est la démonstration passionnée et passionnante de la totale dévotion du quatuor en leur musique, un rock émotionnel sismique au sein duquel parviennent à cohabiter les moments de pure harmonie ("Little Ones") et les offensives abrasives aux guitares acérées ("Second Story"). Il en ressort une entité en mouvement perpétuel, refusant de s'établir dans un cadre, tentaculaire et extrêmement vivace de part des envolées totalement jouissives, apogées d'une tension à la limite de la rupture, des parties séquencées et saccadées débouchant sur des mélodies à se mettre en boule et bien sur ces instants en surface, comme suspendus dans le temps, durant lesquels les instruments laissent place à un chant d'une extrême sincérité ("For Want Of A Real Whole").
Sans poudre aux yeux, misant tout sur l'intensité et l'impact de morceaux courts sans creux ni redondances, The Victory Of Flight est le type de disque qui s'écoute sans fin (ni faim) tant la charge émotionnelle subsiste, incandescente et crue, au delà de premiers contacts électriques et captivants. Un aspect inépuisable sans doute hérité de la classe (presque indécente !) qui s'émane de Twelve Hour Turn, mélange d'humilité, de franchise et de maîtrise technique leur permettant de déployer une énergie fulgurante sans se mettre dans le rouge.

En moins d'une demi heure, Twelve Hour Turn parvient à s'imposer ici comme un acteur  essentiel de la scène emo hardcore quelque part entre The Red Scare et The Sleepytime Trio et comme vecteur d'une authenticité et d'une pertinence qui n'en démordent à aucun instant.

A écouter : New Snake - How To Build - Second Story - Little Ones