Jeudi 21 février 2019

Concert du Jour : 
- Korpiklaani, Turisas et Trollfest seront ce soir à Kultufabrik (116, Rue de Luxembourg, 4221 Esch-sur-Alzette). Toutes les infos sur l'event FB.

Jeudi 10 janvier 2019

Concours : Korpiklaani, Turisas et Trollfest seront le 21 février à Kultufabrik (116, Rue de Luxembourg, 4221 Esch-sur-Alzette). Toutes les infos sur l'event FB. La salle offre 2x1 places à gagner via une simple question !

Lundi 06 août 2018

Préparez vos cornes à boires et vos plus beaux kilts : Trollfest, Korpiklaani et Turisas seront de passage en Europe en 2019 :
21/02 Esch-sur-Alzette - Kulturfabrik (Luxembourg)
24/02 Anvers - Trix (Belgique)
26/02 Lille - Le Splendid
27/02 Paris - La Cigale
28/02 Mérignac - Krakatoa
08/03 Marseille - Espace Julien
09/03 Pratteln - Z7 (Suisse)
10/03 Bourg-en-Bresse - La Tannerie

Mardi 21 novembre 2017

Nota Bene a enfin sorti sa vidéo sur l'histoire et le Metal (si vous aviez suvi notre twitter lors du Hellfest vous saviez !), si vous ne connaissez pas Nota Bene c'est un Youtubeur qui fait des vidéos de vulgarisations sur l'histoire (et c'est plutôt cool). Dans cette vidéo il évoque les groupes parlant de faits historiques (Croisades, Colonisation, Guerres, ...), comment ils adaptent l'histoire à leur art, comment ils font leurs recherches, et aussi un passage sur les liens metal / identitaires. Une approche fort intéressante, notamment sur les interviews lié de la fidélité de groupes s'inspirant de fait historiques (le Pagan par exemple).
En plus de cette vidéo agrémentée d'interviews vous pourrez retrouver les interviews des groupes en intégralité sur sa chaîne bonus, avec WardrunaTyr, Sabaton, Turisas, AlestormCorvus Corax et Christian Charbonnier.

Mardi 05 avril 2016

Brujeria, Destruction, Turisas, Rotting Christ, Viva Belgrado, The Raven Age, The Wild Lies, Soldier, Tierra Hostil, Abaixo Cu Sistema, Nice Boys et Black Horsemen viennent compléter l'affiche du Resurrection Fest 2016. La répartition journalière par scène est visible dans la suite.

Lundi 23 juin 2014

Hellfest :
Vendredi : Photos / Report
Samedi : Photos / Report
Dimanche : Photos

Report :
Dernier jour de cette édition 2014 qui avec 152 000 festivaliers sur 3 jours a répondu aux attentes liées à son affiche de dingue.
Difficile de donner son avis à chaud, on pointera tout de même la surpopulation du festival (surtout le soir, ou pour certains concerts sur les tentes ou Warzone (impossible de sortir de cette espace pendant Tagada Jones!). Après la déco montre que les organisateurs soignent le public (ça plus tous les petits plus ajoutés par rapport aux précédentes éditions).
Éclectisme et découvertes sont les atouts majeurs du festival, et encore une fois cela permet de découvrir pas mal de très bon groupes. Un point, souvent oublié, qu’on aimerait souligner : la sécu devant les scènes, assurée par l’association Challengers, est parfaite. Merci à eux.
Et vous : vous en avez pensé quoi?

Entamer cette dernière journée avec les fous furieux de Cobra, quoi de mieux pour se mettre dans le bain. "On a l'habitude de faire des concerts à Paris, mais il y a beaucoup de pédés là-bas. Au moins ici vous êtes des vrais hommes !" le ton est donné. Les tubes du groupe s'enchaînent implacablement, La Balance, L'enfer c'est ici, Fils du Cobra, entrecoupée d'envolées lyriques de Marc, bien en verve "Clisson, capitale de la Vendée, pays des chouans. Vous êtes les petits enfants de chouans, vous êtes des chasseurs cueilleurs, vous êtes des pécheurs, vous partez en mer pour pêcher… des dauphins !” Il ira également jusqu’à invoquer Satan à genoux sur scène. Quoi de plus normal, et prières exaucées avec le mauvais temps qui est arrivé (très temporairement). Et quitte à ternir leur réputation de sales attardés, il faudra noter le bel hommage rendu à Lorène Lenoir sur Échange de Seringues.

Quant à Lofofora, la fête fut complète. Habitués du Hellfest, les bonhommes ont assuré les classiques, de L’Oeuf au Fond Et La Forme en passant par Les Gens, ajoutant deux titres de leur nouvel album à paraitre en septembre, dans une veine punk/hardcore plutôt à l’ancienne qui pouvait rappeler Noxious Enjoyment, ancien projet annexe du guitariste et du bassiste. Le groupe ne s’est pas gêné pour rendre hommage aux intermittents, et même inviter Maxime Musqua (Le Petit Journal) à réaliser son défi de lancer un circle pit, sans difficulté. Du gros et bon Lofo.

Tellement rare sur scène, le Black Metal complètement atypique de The Ruins Of Beverast nous fait dire que l'on tient là quelque chose d'assez exceptionnel. Leur présence ne décevra pas avec un set tout en longueur que le quatuor se plait à dérouler sans aucun artifice visuel et vestimentaire. Le groupe assène des rythmiques implacables, des ralentissements Doom suffocants, une voix d'outre tombe pour ces quarante minutes qui nous ensevelissent inéluctablement. On pourra toujours regretter des nuances absentes par rapport à la réelle densité des compositions studio, mais The Ruins Of Beverast demeure plus que tout imposant et hypnotisant jusqu'aux dernières secondes.

Lors de la première vague de groupes annoncés au Hellfest cette année, notre regard s'est posé sur Ulcerate et l'on n'en croyait pas nos yeux. Avoir la chance d'assister à une prestation des néo-zélandais qui plus est enchainée à celle de The Ruins Of Beverast, il fallait y être. De par le martèlement incessant et déstructuré du batteur couplé à la technicité folle des deux musiciens à cordes, sur fond de growl ultra maitrisé pour l'un des meilleurs concerts du weekend sous Altar. Clairement un des groupes les plus techniques et les plus oppressants qu’il soit.

Les roumains de Dordeduh, composé de rescapés de Negura Bunget, installent leur Black Metal progressif et un chouïa expérimental devant un public réceptif aux élans mélodiques de ce groupe atypique. Le résultat est assez surprenant, surtout après en avoir pris plein la tronche avec Ulcerate. Une très bonne surprise.

La rareté Power-Metal de ces trois jours avec Angra. Et quoi de mieux que l’un de ces groupes qui montent de plus en plus dans le genre ces dernières années. La recette est simple. Les visuels de Powerwolf avec les costumes, maquillages et backgrounds pas si éloignés de Ghost ont tôt fait d’attirer le chaland. Mais heureusement, musicalement ça tient complètement la route avec un Heavy/Power à la fois plutôt burné dont chaque titre, que se soit par un refrain, un riff, ou une mélodie, fait mouche à tous les coups. Du coup sur scène, ça passe hyper bien, le public réagit favorablement notamment aux speechs du chanteur, qui habillé en pasteur évangéliste, en profite pour parler entre deux titres de boobs et de pénis. Fun et rafraichissant sur la Mainstage 2!

Voilà pas mal de temps que je ne m’attarde plus sur la discographie des rennais, et cela fait même pas mal d’année que je n’ai pas vu Tagada Jones jouer. Mais là à 15H le groupe va retourner la Warzone (peut être le concert le plus bondé de cette scène?), le public était de toute façon motivé (même la sécu chauffe les gens!) avec des slams avant que le concert ne débute. Et pendant le concert le groupe au taquet va voir défiler devant lui des slammeurs de façon ininterrompue. Gros retour en adolescence pour moi.

Énorme surprise, Lowrider a calmé tout le monde dans la Valley, étalant son stoner/doom classieux qui peut évoquer Kadavar, avec une pointe de sludge en plus, et surtout un son de guitare monumental, doté d’un grain bluesy franchement grisant. Les morceaux s’enchaînaient sans temps mort, le set était carré, puissant, Une tuerie de concert qui trône sans problème parmi les meilleurs du jour, voire du festival entier.

C'est vrai que la scène Death Metal était bien fourni sur la Altar aujourd’hui, mais deux groupes venaient titiller notre passion pour le putride. Repulsion bien sûr, mais aussi Unleashed qui a franchement réalisé un set époustouflant pour fêter les 25 ans de leur existence. Du suintant il y en avait, avec un son plutôt bon, mais des titres un poil plus mélodiques aussi, tout en maintenant heureusement une cadence et une agression de tous les instants.

Le Folk-Metal ou affiliés, ça marche toujours hyper bien en festival, la preuve avec précédemment TurisasTrollfest ou Eluveitie. Et Equilibrium ne déroge pas à la règle. Le line-up remanié est motivé, très content d’être la, du coup, le public réagit au quart de tour aux titres véritablement épiques. Les nouveaux morceaux issus du nouvel album Erdentempel sont bien perçus et l’ambiance festive est au beau fixe.

Voir Annihilator sur la Mainstage 2, avec un chanteur à la hauteur du précédent vocalement, tout à fait physiquement intelligent, avec un coté Wolverine qui n’aura pas échappé aux demoiselles, est une véritable aubaine. Une aubaine parce que plusieurs titres joués aujourd’hui sont issus du premier album Alice In Hell (Crystal Ann, Alison Hell et Human Insecticide), mais aussi des plus récents comme No Way Out et son intro dissonante qui pourrait laisser croire que les guitares ne sont pas accordées.

C’est totalement cramés qu’on se traine jusqu’à la Valley pour découvrir House Of The Broken Promises. Belle prestation de stoner psyché des familles, embarquant les rescapés de la Valley dans leurs rafraîchissantes mélopées, aériennes.et denses. Parfait pour supporter la chaleur écrasante du moment.

Vous accusiez un petit coup de fatigue en ce début de soirée, alors The Black Dahlia Murder était le remontant idéal. Grâce au génie ou à l'inconscience collective du public, le circle pit se transforma en circuit pit. Vivifiant. Et malgré la quantité de poussière, il était quand même possible d’apprécier à sa hauteur la prestation du groupe, complètement au taquet et avec Trevor Strnad toujours aussi impressionnant dans son aisance à alterner entre chant growl et harsh.

Autre évènement important de cette cuvée 2014, c’est bien entendu la venue des norvégiens de Emperor pour une tournée de reformation qui ne fait halte que dans cinq festivals cet été. Tournée en l’honneur des vingt ans du culte In The Nightside Eclipse qui y est joué dans son intégralité avec le line-up d’origine, à savoir Ihsahn, Saboth et Faust. Le frontman de la formation nordique a également choisi d’intégrer au clavier le chanteur de Leprous qui les accompagne sur la route lors de sa carrière solo. Alors que Nergal (Behemoth) chauffe la foule depuis son siège VIP en côté  de scène, le concert débute sans surprise par Into The Infinity Of Thoughts. Les titres de leur premier album s’enchainent à une vitesse fulgurante jusqu’au grandiose Inno A Satana reprit en cœur par tout le public de la Mainstage 2. Les musiciens qui font mine de quitter la scène reviennent finalement pour nous interpréter deux derniers morceaux et non des moindres : Ancient Queen et Wrath Of Tyrant. Il est vrai que l’on peut s’interroger sur la sincérité de cette reformation, mais dans le cas où il s’agit d’une pure opération marketing, je ne suis pas contre une nouvelle tournée 2017 pour les 20 ans de Anthems To The Welkin At Dusk.

Quand Solstafir joue sous la Temple, on se tait et on écoute religieusement. Peut être la plus belle prestation du festival, peut être aussi une des plus complexes à apprécier à sa juste mesure. Si leur passage en 2012 n’avait que moyennement convaincu, faute à un son moyen, ce soir les islandais ont assuré comme jamais. Enchaînant les titres d’une setlist monstrueuse, le quartet noie le public sous une déferlante de riffs lancinants, déchirants, sans jamais s’arrêter, sans jamais en faire trop, sans jamais être ennuyeux ou prétentieux. Parfait. Tout simplement parfait. Incroyable prestation qui laissera un souvenir indélébile chez les amateurs de ce Post Black Metal atmosphérique vraiment à part.

Paradise Lost fait partie de ces groupes qui commencent à devenir des habitués du Hellfest. Mais là, ils prirent le public par surprise, voir à rebrousse poil, en orientant bien leur set (ainsi que les arrangements des titres) vers une sorte de Cold Wave métallisée, rappelant la période Host. Le groupe met en œuvre sa classe légendaire, et la voix de Nick Holmes fera le reste. Impasse quasi complète sur le début de carrière du groupe, hormis Gothic, et nous aurons droit à des versions quelques peu adoucies de certains titres, notamment One Second, avant quand même de terminer sur un Say Just Words bien enlevé. Une bien belle prestation.

On enchaîne avec un autre poids lourd sur la Mainstage 01 : Soundgarden, attendu au tournant, et malheureusement décevant. Chris Cornell, sa permanente et son équipe se sont contentés d’envoyer leurs titres les plus accessibles, sans briller dans l’exécution, et sans l’aspect massif qui les caractérise normalement. Dommage.

Vu leur prestation de haute volée donnée en mars à Paris, Soilwork était attendu au tournant, et autant le dire tout de suite, la scène de l’Altar n’était pas prête pour accueillir ce poids lourd du death-melo. En effet, dès le début du quatrième morceau, un bout de la scène s’écroula… Un gros blanc s’ensuivit (et à vrai dire, personne - à part dans les premiers rangs - ne comprit vraiment ce qui s’était passé). Au bout de deux minutes de silence, Bjorn repris la parole “ça me laisse sans voix, c’est la première fois qu’un truc pareil m’arrive !" La scène n’était pas assez résistante pour des suédois. A voir donc si l’an prochain l’orga monte des scènes en kit Ikea. Après cet évènement, on aurait pu craindre que le groupe ne se déconcentre, mais au contraire, ils reprirent leur set deux fois plus vénères qu’au départ ! Bjorn remercia également le public présent d’être là, car c’était un dur choix à faire entre Black Sabbath et eux. Du gros, du lourd, un final épique sur Stabbing The Drama, une bien belle mandale pour le second retour du groupe en France en peu de temps après six ans de disette. Bjorn l’a promis, ils reviendront plus souvent.

Il est 23 heures, et c’est déjà l’heure du Ozzy Osbourne Show 2014. Alors qu’on vient juste de sortir le prince des ténèbres de sa maison de repos, et qu’il en est déjà à massacrer Warpigs avec ses petits copains de jeu, que le public se rend compte qu’on a toujours pas changé les piles du mangeur de chauve souris et que nombre d’entre nous, en souvenir d’un show catastrophique en 2012 sont déjà prêts à partir, l’appel du Black Sabbath se fait ressentir sur la plaine du Hellfest… Et ce sentiment incroyable n’est pas près de nous quitter… Oui vous avez bien Black Sabbath en face de vous. Oui Ozzy n’est plus que l’ombre de l’ombre de l’homme qu’il était, et oui à mesure que le show se déroule, même les plus sceptiques et méchants d’entre nous réaliseront qu’ils ont bel et bien devant eux un groupe plus que mythique. Ozzy se réveille petit à petit, joue avec le public, et les tubes s’enchaînent, orchestrés par un Tony Iommi d’une prestance incroyable, qui prouve à l’assistance que lui et lui seul est capable de faire sonner ces chansons à merveille, aidé par un Geezler Butler qui aurait pu gagner le mvp du meilleur bassiste du festival. Le show, minimaliste, est savoureux, le son fantastique, et personne ne pourra dire le contraire : même si Ozzy est franchement en galère (faute aux progrès en bio mécanique sur les zombies encore trop peu développés), le concert restera dans les annales du Hellfest. Il ne fallait pas manquer ce rendez vous. Un point c’est tout.

Cette année Opeth jouera sous la tente de l’Altar, ce qui aura pour conséquence de bénéficier d’un meilleur son que lors de leur passage en 2012, au détriment, forcément, de pouvoir accorder assez d’espace à un public venu en nombre après Black Sabbath. Bon son, pas de place pour tout le monde mais bonne ambiance. Niveau performance, Opeth assure le show comme à son accoutumée, à savoir un patchwork de titres représentatifs du talent incontesté du groupe pour le Death progressif : du vieux Demon Of The Fall déterré pour l’occasion aux compos progressives récentes en passant par des classiques de Deliverance ou Blackwater Park, les suédois mettent le feu à la tente pour le dernier concert de cette édition 2014. Il est 2 heures du matin, nous quittons la plaine du Hellfest repus et comblés.

Et dans le même temps sur la Warzone, les Norvégiens de Turbonegro mirent également le feu. Son parfait et prestation bien emmenée par leur nouveau chanteur Tony Sylvester qui accompagnait déjà le groupe lors de leur passage en 2012 en terre clissonnaise. On sent que depuis deux ans il a pu bien se roder, et le groupe déroule tout le long de l’heure qui lui était allouée les hymnes au cuir et aux jeans (mais pas que). Les incontournables sont là, I Got Erection, All My Friends Are Dead... et vers la fin nous auront même droit à une reprise punkisée du Money For Nothing de Dire Straits. De quoi finir cette 9e édition du Hellfest de bien bonne humeur !


Top 3 :
Bacteries : Solstafir, Black Sabbath, Tagada Jones
Grumlee : Cobra, The Black Dahlia Murder, Soilwork
Lelag : Solstafir, Black Sabbath, The Ruins Of Beverast
Manuwino : Turbonegro, Unida, Soundgarden
Nonohate : Opeth, Emperor, Ulcerate
Pentacle : The Ruins Of Beverast, Solstafir, Unleashed
Tang : Lowrider, Lofofora, The Ruins Of Beverast

Samedi 21 juin 2014

Hellfest 2014:
Nos photos de vendredi (dont celle du public, ambiance …), d’autres arriveront par la suite.

Report :
L’édition 2014 s’annonce mémorable avant même d’avoir commencé : une affiche dingue, suite de coups de bol pour la programmation qui voit aligner Iron Maiden, Black SabbathAerosmith, Deep PurpleStatus Quo pour les plus connus. Et près de 160 autres groupes. Déjà complet depuis un bail, le festival a mis les petits plats dans les grands et ne lésine pas sur la décoration : On peut trouver ça un peu Disneyland mais ça reste incroyable et plutôt cohérent avec ce que le festival tente de mettre en place depuis des années.
Au niveau des améliorations : la circulation vers la Warzone, mieux sans être parfaite (même s'il y a eu peu de moment pendant lesquels nous avons pu voir la Warzone pleine). Les toilettes : un grand pas en avant (sauf peut être pour les filles?). Pas grand chose à dire au final sur le site en lui même (à part peut êtres les PMR mis à l’écart et un peu loin du coin des scènes principales).
Voilà le détail groupe par groupe!

Quoi de plus jouissif que de se faire réveiller à grand coups de riffs épais par un Conan au meilleur de sa forme, distribuant sans relâche ses accords les plus graves et les plus sales à un public hypnotisé, par ce qui restera une des meilleures performances de la journée... Déjà plus qu’amoureux de ce groupe découvert pour beaucoup d’entre nous au Roadburn, nous ressortons groggy, la tête pleine d’un Doom caverneux complètement fou... Il n'est que 11h, la journée commence bien.

Crossfaith : bon oui la musique de ce groupe est dégueulasse, vraiment. Une sorte de metalcore / dance pourrave. Mais sur scène le groupe se donne à fond, et ils sont japonais donc on leur pardonnerait presque leurs choix musicaux. Presque.

Kronos en profite pour se faire une seconde jeunesse sous la Altar : riffs millimétrés au poil de fesse, soli déments, batterie épileptique... Difficile de tout suivre comme groupe d’ouverture, mais ça fait plaisir de revoir le groupe sur les rails, qui se donne à fond et annonce le meilleur pour la suite.

Confortablement installés sous la Valley, Caspian a fait le job, exprimant son Post-Rock cosmique et viscéral, particulièrement ici, dans le cadre du Hellfest, où le rendu sonore nous vrillait les tripes de manière exponentielle. Les américains ont déployé tout leur savoir-faire tout en donnant une véritable bouffée d’air frais aux festivaliers, notamment après la prestation massive de Conan. Sans vraiment de surprises, Caspian a transporté son auditoire loin, très loin, on serait même tenté de dire sur une autre planète. Ovni de cette première journée, Caspian a exposé tous ses talents avec classe. Un bonbon de légèreté dans cet océan de brutalité.

Le Grindcore de Blockheads n’a pas fait un pli. Direct et sans fioritures, le set a été expédié, respectant les codes du genre et ajoutant même une vélocité qui peut rappeler Converge, sans l’apport technique. Le set de Blockheads était néanmoins brut, carré, mais sans doute un peu trop calibré. En gros ça manquait peut-être un peu de failles et de sensibilité.

On commence à connaître Kadavar, les allemands ayant régulièrement tourné sur notre plat pays. Ils parviennent malgré tout à nous surprendre encore, armés d’une sono en béton armé (une habitude pour la Valley) et d’un batteur toujours excellent, souple et gavé de feeling, encore une leçon de Heavy Rock à l’ancienne. Épique.

Sepultura a confirmé son statut d’incontournable en direct, Derrick (chant) donne même une dimension hardcore à la sépulture, qui envoie radicalement la purée sur scène. Une phrase cinglante sera gueulée par le chanteur (assez sobre sur l'ensemble) : "Il y a des tas de gens là-dehors, qui ont dit des tas de conneries (sur nous), all the fucking time, alors laissez-moi vous dire qu'on est là aujourd'hui, and We are Sepultura!". Lorsque Propaganda a retenti, les gens ont carrément pété les plombs. Un circle pit s’est naturellement formé, tout comme un nuage de poussière, et les corps se sont percutés. A tel point que je me suis retrouvé en slam sans l’avoir cherché. La fin du set ne pouvait pas se faire autrement qu'avec le mythique Roots Bloody Roots. Éructation de joie ultime d'une masse humaine au visage maculé de poussière. Les brésilliens ont tout donné malgré la lourdeur du climat, en particulier Andreas Kisser (sûrement l'un des plus grands) et ce batteur, Eloy Casagrande, que je découvrais pour la première fois, et qui n'a pas grand chose à envier à Igor Cavalera. Éreintant dans cette foule gargantuesque, mais toujours sacrément puissant. Sepultura est – et restera – une valeur sûre, bien que les classiques restent privilégiés.

Le NWOBHM de Satan est un plaisir à entendre. Parce que les mecs ont gardé toute l’énergie de leur jeunesse et savent faire du Heavy-Metal assez couillu pour le genre. Satan c'est donc plus de rides sur le visage de ses géniteurs dont le chanteur n'est pas sans rappeler un certain Ozzy (voix et âge) mais sur scène c’est toujours d’actualité et ça surpasse sans problème pas mal de nouveaux groupes dans le genre.

Cru, sans concession, le Black Metal de Gehenna n’est décidément pas à mettre entre toutes les mains. Volontairement lancinant et sans aucune véritable accroche (du moins mélodique, de refrains…) les norvégiens réalisent un set austère qui aura tendance à lasser sur la fin.

Le Hardcore mélo des Stick To Your Guns prend effet immédiatement. Tu ne te poses pas de questions et tu hoches la tête au son des moshparts et des breakdowns plus efficaces qu’un motoculteur pour retourner la terre de Clisson. Ça ne va pourtant pas chercher très loin, mais les morceaux sont percutants, le groupe a la hargne et on apprécie le chanteur, a priori sincère dans des monologues assez touchants sur la grande famille du Hardcore.

Les belges de Nasty avec leur look de racailles vont foncer dans le tas, au sens propre comme au figuré. Le groupe balance un Hardcore bien basique comme il faut et le chanteur va à la rencontre du public. Simple mais efficace.

Le blues rock de Royal Thunder est certes souvent entendu, mais fort bien fait. La chanteuse s’est un peu métamorphosée depuis quelques années mais son coffre reste le même. Un bon moment même si le groupe n’invente rien.

Une année sur deux, on a droit à Hail Of Bullets ou Asphyx au Hellfest, mais dans tous les cas le chanteur Martin Van Drunen semble toujours prendre autant de plaisir à être là, peut importe la formation. Et comme d’habitude, et sans surprise dira-t-on, un set composé pour expédier la bombe H en pleine fosse. Pas de temps morts, de riffs mélodiques, de chant clair ou tout autre artifice, Hail Of Bullets c’est du pur Death Metal qui défragmente tout sur son passage. Encore une victoire des néerlandais!

Formé en 1985 à Boston les coreux de Slapshot arrivent tout sourire sur scène, interpellent direct un membre du public avec une poupée gonflable. Peu de temps après le chanteur saisi un morceau de bois et se frappe le crâne jusqu’à en saigner. Mais pour autant le frontman va prendre la pose tout sourire pour un membre du public avec son appareil. WTF, et épique. 

Le retour d”une des gloires de la période néo (même si le groupe ne faisait pas vraiment du néo) avec Powerman 5000. Le blond peroxydé, accessoirement frère de Rob Zombie (ce qui peut expliquer sa place sur l’affiche) offre un set honnête au final vu la qualité du matériau de base. Il faudrait juste arrêter de vouloir paraitre quinze ans de moins et assumer son côté Rock pour ricain. Même leur tube When Worlds Collide ne sauvera pas le set.

Il faudra attendre 15h et une Mainstage écrasée par une chaleur abominable pour retrouver les irlandais de Therapy et leurs tubes avec lesquels nous avons tous grandis, qui, même s’ils avaient de l’énergie à revendre et étaient visiblement très contents d’être parmi nous, n’ont pas franchement réussis à convaincre, faute à un son un peu vieillot et des titres un peu trop mous.

Rob Zombie, en habitué du festival, réussira à mettre un peu d’ambiance sur la Mainstage, même si en plein jour, sans jeux de lumières et avec une mise en scène un peu molle, l’effet Dragula retombe bien vite. Une setlist axée principalement sur les trois premiers albums (SuperbeastLiving Dead GirlHouses Of 1000 Corpses) sans oublier le classique de White ZombieMore Human The Human, et quelques reprises (Am I Evil de Diamond Head et un bout de Enter Sandman) mais qui ne réussira pas à convaincre totalement.

C’était sans compter sur Kylesa, trop irrégulier dans ses prestations scéniques, que nous entamons la dernière ligne droite de cette première journée côté Valley. Et bien honte sur nous d’avoir douté du groupe de Savannah, qui réalise là une prestation incroyable, ultra péchue, avec des vieux morceaux bien exécutés, un son énorme, et le sourire aux lèvres ! Grosse ambiance sous le chapiteau, les morceaux s’enchaînent sans aucun temps mort et que ce soit les deux batteurs qui s’en donnent à cœur joie ou les cordes qui sortent le grand jeu de la sauvagerie, c’est le carton plein. Encore un temps fort de la journée.

Un bref détour chez nos vikings peinturlurés de Turisas nous confirme encore une fois la bonne humeur et le grand n’importe quoi qui règne sous la Temple. Les slams pleuvent, les finlandais sont hyper motivés et l’ambiance est au beau fixe. Les morceaux épiques ont de quoi recharger les batteries en fin d’après-midi pour attaquer la soirée à venir.

Iron Maiden :
À défaut d’avoir pu camper devant la Mainstage depuis le début d’après-midi pour s’assurer une bonne place, nous voici acculés au fond du fond de la petite colline surplombant les deux scènes principales. Dans ces conditions les écrans géants furent d’un grand secours pour pouvoir suivre ce qu’il se passait sur scène, les changements de tableau en fond de scène, les apparitions des marionnettes géantes d’Eddie, les explosions. Côté musique, le groupe avait préparé une setlist oldschool pour cette tournée Maiden England 2014 et difficile de faire la fine bouche sur le choix des titres. Nous aurons ainsi droit à tous les grands classiques que sont The Number Of The Beast, Run To The Hills, The Trooper, Iron Maiden, Phantom Of The Opera, Aces High en ouverture du rappel… Grosse ambiance, une mainstage qui a battu son record d’affluence (si quelqu’un a une photo aérienne !), et en bonus Bruce Dickinson qui annonçait le score du match France - Suisse.

Watain :

Cruel dilemme en cette fin de journée : voir Iron Maiden dans son intégralité, sachant que les deux tiers de leur set seraient de jour, ou quitter la vierge de fer pendant The Trooper pour voir l’un des meilleurs représentant de la scène Black Metal suédoise ? Mon choix se portera sur la seconde option, sûr de la claque visuelle que le cadre du festival apportera au concert de Watain. Après seulement une chanson, les titres de Seventh Son Of A Seventh Son sont sortis de ma tête pour laisser place au mal presque palpable qui émane de la Temple. Différents rituels accompagnent les morceaux extraits de leurs trois plus récents albums comme l’incantation qui précède le jet de sang au début de Outlaw. Seuls quelques problèmes techniques viendront perturber leur prestation qui s’achèvera sur Holocaust Dawn et alors que Death To All foule déjà la Altar, Erik (alias “E”) termine son ultime rituel devant l’autel et salue longuement les derniers fans restés sur place.

Comme à son habitude, Electric Wizard réuni les amateurs de riffs assourdissants et de sonorités malsaines sous le signe du psychédélisme façon boucher sous LSD. Le son est énooooorme, le groupe est content d’être là, la foule en transe, les jeux de lumières magnifiques… Bref tout est réuni pour passer un très bon moment, le jeu et le son des anglais sont impressionnants, l’atmosphère toujours aussi particulière, et on pourrait difficilement trouver des défauts à la prestation du groupe. Magique.

Les grecs de Septic Flesh n’auront besoin que de quelques secondes pour imposer leur impressionnante présence scénique au public de l’Altar. Les bandes symphoniques tonitruantes, une batterie martelée sur lesquelles s’ajoutaient les guitares et la voix écorchée de Seth, revêtu d’une sorte d’armure rappelant le corps d’un Alien de H.R. Giger. Au programme dans le désordre, A Great Mass Of Death, Communion, Pyramid God, Persepolis et des nouveaux titres issus de Titan, en première exclusivité pour le Hellfest.

Échangés en dernière minute avec Electric Wizard, Godflesh a donc achevé les festivaliers dans les normes en vigueur le premier jour en Valley. Rares en France (et en tournée globalement), armés d'un nouvel EP dément (Decline and Fall), Justin Broadrick, ses potes et sa batterie programmée ont tout donné, malgré des balances interminables. Le résultat était massif, intransigeant, punitif, tout ce qu’on attend d’un concert de Godflesh. Assommant et jouissif.

Arrivés un peu sur le tard, on découvre une Warzone pleine à craquer pour la venue des norvégiens de Kvelertak. C’est réellement impressionnant de voir à quel point le groupe a acquis des fans de plus en plus nombreux au fur et à mesure des années. Et on comprend pourquoi, les mecs sont remontés, le set est ultra Rock’n Roll. L’énergie est là, très communicative et l’on peut difficilement résister à leur mélange original de Black Metal, Hardcore / Punk et touches Heavy / Rock. Pourvu que ça continue pendant encore longtemps!

Top 3 :
Bacteries : Electric Wizard, Kylesa, Royal Thunder
Grumlee : Iron Maiden, Kylesa, Caspian
Lelag : Conan, Kylesa, Kadavar
Manuwino : Slayer, Rob Zombie, Slapshot
Nonohate : Caspian, Electric Wizard, Septic Flesh
Pentacle : Death To All, Kvelertak, Caspian
Tang : Caspian, Sepultura, Godflesh

Mardi 22 avril 2014

Live Report : La soirée peaux de bêtes et maquillage rouge et noir c'était en février dernier à Rennes avec Turisas et Starkill. On vous reparle des concerts par ici.

Samedi 15 février 2014

Rappel concert du jour :

- Turisas et Starkill seront en concert à l'Étage (Rennes) ce soir. Les places sont toujours en vente chez Fnac.com et Digitick. Toutes les infos de la soirée sont disponibles sur l'event FB.

Bon concert !

Vendredi 14 février 2014

Rappel concert du jour :

- Turisas et Starkill seront en concert ce soir au Connexion Café (Toulouse). Les places sont en vente sur Digitick et Fnac. Toutes les infos sur la page Facebook de l'événement.

Bon concert !

Dimanche 09 février 2014

Concours : Turisas et Starkill seront en concert à l'Étage (Rennes) samedi 15 février 2014.
Les places sont en vente chez Fnac.com et Digitick. Toutes les infos de la soirée sont disponibles sur l'event FB.
Pour l'occasion, Garmonbozia et À Jeter Prom vous permettent de gagner 2 x 1 place pour assister à ce concert. Pour participer, ils vous suffit de répondre à la question qui se trouve ici. Bonne chance !

Lundi 27 janvier 2014

Concours : Turisas et Starkill seront en concert le vendredi 14 février au Connexion Café (Toulouse). SPM Prod met en jeu 2 places. Pour participer rien de plus simple il vous suffit de répondre à la question. Les places sont en vente sur Digitick et Fnac. Toutes les infos sur la page Facebook de l'événement. Bonne chance !

Mercredi 04 décembre 2013

Et voilà l'annonce des groupes pour le Hellfest 2014, même si les médias traditionnels ont fait fuiter ça comme des gorets avant que le Hellfest ne puisse l'annoncer lui même (mais en oubliant quelques infos!). L'annonce comme promis par l'orga est monstrueuse, les têtes d'affiches annoncées via rumeurs depuis un baille sont confirmées (Iron Maiden, Black SabbathAerosmith) et pour ceux qui aiment les choses moins mainstream, les tentes ont encore leurs lots de pépites. Il manque très peu de groupe à l'affiche, et cette année les pass risquent de partir très vite, du coup un parfait cadeau de Noël!

Voilà les groupes jour par jour, avec les liens quand on a la page histoire de découvrir si besoin.

Vendredi 20 juin :
- Mainstage 1 : Iron Maiden, Rob ZombieQueensrÿcheTherapySatanCrossfaithNightmareWalking Pappers
- Mainstage 2 : Slayer, Trivium, Sepultura, Death AngelMODToxic HolocaustFueled By Fire, Angelus Apatrida.
- Altar : DeathKataklysm, Septic Flesh, Pungent StenchNocturnus ADKronosLoudblast, Blockheads.
- Temple : Watain, Enslaved, TurisasImpaled NazareneDestroyer 666GehennaImpietyNecroblood
- Valley : Electric Wizard, Godflesh, Kylesa, KadavarRoyal ThunderDownfall Of Gaiia, CaspianConan, Mars Red Sky.
- Warzone : Walls Of JerichoPro Pain, Downset., Slapshot, DefeaterFirst BloodBrutality Will PrevailStick Your Guns + 1 groupe.

Samedi 21 juin :
- Mainstage 1 : Aerosmith, Deep PurpleStatus QuoSkid RowBuckcherryLez Zeppelin (un tribute-band féminin de Led Zeppelin), Killers.
- Mainstage 2 : Avenged Sevenfold, Soulfly, Hatebreed, Dagoba, We Came As RomansWhile She SleepsOf Mice And Men, Darkness Dynamite.
- Altar : Carcass, NileGorguts, Hail Of Bullets, IncantationSUPWeekend Nachos, Benighted.
- Temple : Gorgoroth, EluveitieTsjuder, Shining, MglaTrollfestTemple Of BaalSkyclad
- Valley : Monster Magnet, ClutchPhil Anselmo And The IllegalsAcid KingWitch Mountain, SubrosaSavioursHerderHark.
- Warzone: Millencolin, 7 secondsBl’ast !Misconduct, Burning headsAys + 2 groupes

Dimanche 22 juin :
- Mainstage 1 : Black Sabbath, Soundgarden, MegadethAlter Bridge, SeetherCrowbar, LofoforaBlues Pills.
- Mainstage 2 : EmperorIced Earth, Behemoth, AnnihilatorAngra, PowerwolfIn SolitudeScorpion ChildYear Of The Goat.
- Altar : Opeth, Paradise Lost, SoilworkThe Black Dahlia Murder, UnleashedRepulsion, UlcerateObliteration.
- Temple : 1349, Vreid Sognametal, Solstafir, EquilibriumUrfaust, Dordeduh, The Ruins Of BeverastAluk Todolo
- Valley : UnidaSpirit Caravan, DozerHouse Of Broken PromisesLowriderZodiacSatan’s Satyrs, Watertank + 1 groupe
- Warzone : TurbonegroFlogging Molly, The Misfits, Mad Sin, Comeback KidLast ResortThe Bones, Tagada Jones, Crushing Caspars, Cobra.

Les places seront en vente à 9h00 :
- Pass 3 jours
- Vendredi
- Samedi
- Dimanche

Samedi 09 novembre 2013

Turisas a annoncé ses dates pour la tournée européenne début 2014. Les dates concernant la France :
09/02 : Lyon
11/02 : Bordeaux
14/02 : La Rochelle
15/02 : Rennes
16/02 : Vaureal

Dimanche 06 octobre 2013

Documentaire du dimanche : cette fois sur le Pagan / Folk Metal avec Pagan Metal : A Documentary (ça commence à partir de 4:30, avant des choses étrange, pleine de boobs). Vous pourrez croiser dans ce documentaire des groupes comme Korpiklaani, Primordial, Finntroll, EnsiferumLeaves Eyes, Turisas ou Tyr. A voir ici.

Lundi 23 septembre 2013

Rappel Concert : C'est aujourd'hui que le Heidenfest s'arrête au Bataclan (Paris). A partir de 17h, 5 groupes se succèderont sur scène : Frosttide, Suidakra, Equilibrium, Turisas et Ensiferum. Les places sont encore en vente dans les réseaux habituels (Fnac.com, Digitick, Tickenet) et vous retrouverez tous les renseignements de la soirée sur l'event FB.

Mercredi 18 septembre 2013

Le nouveau Metal Obs est dispo au téléchargement gratuit, au programme des interviews de KarnivoolThe Answer, Turisas, WatainPhil Anselmo, Otargos, Annihilator, ... A téléchopper ici.

Mardi 17 septembre 2013

Après Turisas et sa reprise de Rasputin, c'est au tour d'Alestorm de tâter du disco avec une reprise de In The Navy des Village People. Ca sortira en 7" le 18 octobre avec un remix de Shipwreck de Drop Goblin. Artwork.

Lundi 16 septembre 2013

Concours : C'est dans une semaine précisément que le Heidenfest se tiendra au Bataclan (Paris). Le lundi 23 septembre, à partir de 17h, 5 groupes se succèderont sur scène : Frosttide, Suidakra, Equilibrium, Turisas et Ensiferum. Pour cette occasion, Garmobozia et A Jeter Prom vous permettent de gagner un lot de 2 places pour assister à ce concert, pour participer, il vous suffira de répondre à la question qui suit. Les places sont également en vente dans les réseaux habituels (Fnac.com, Digitick, Tickenet) et vous retrouverez tous les renseignements sur l'event FB.

Jeudi 29 août 2013

Le clip de Ten More Miles par Turisas se matte dans la suiteTurisas2013 sort le 3 septembre chez Century Media Records.

Mardi 16 juillet 2013

Turisas vient de lâcher un nouvel extrait de son prochain opus Turisas2013 à paraitre le 26 août chez Century Media, Into the Free s'écoute .

Lundi 01 juillet 2013

"For Your Own Good", extrait du prochain Turisas, s'écoute par ici. On attend Turisas2013 pour le 26 août via Century Media.

Mardi 18 juin 2013

Turisas2013, le prochain album de Turisas se dévoile avec la pochette à voir sur leur page. Il sortira le 3 septembre chez Century Media Records.

Samedi 15 juin 2013

Turisas2013, le prochain Turisas, sortira en Aout, le 26 plus précisément.

Dimanche 21 avril 2013

Le Heidenfest fera une escale par Paris le 29 septembre. On pourra y retrouver Ensiferum, Turisas, Equilibrium et Suidakra.

Samedi 23 juin 2012

Sami Hinkka d'Ensiferum annonçait sur facebook : "It's going to be great day! Me, Mahi, Heri from Tyr, Mathias, Olli and Jukkis from Turisas, Mikko from Kiuas and Teemu&Kai&Jukkis and the mastermind Jari from Wintersun are doing some backing vocals to Time pt.1 -album. Later I guess it's inevitable that we end up to some bar later. o/". Time de Wintersun est donc en bonne voie.

Mercredi 23 novembre 2011

Au niveau des noms à confirmer vendredi pour le Hellfest on ajoute Origin, NasumDo Or DieSaviours et Turisas

Mardi 18 octobre 2011

Turisas sera à Nantes le 19 novembre (Ferrailleur).

Samedi 10 septembre 2011

Jukka-Pekka Miettinen (ex-Arthemesia, Ensiferum) rejoint Turisas à la basse, tandis que Robert Engstrand (ex-KotipeltoThe Flower Kings) prend le rôle de clavier. On rappelle que Hannes Horma et Natta Skong avaient quitté le groupe il y a peu.

Jeudi 01 septembre 2011

Allez encore une "liste" avec cette fois Rhapsody qui nous donne son top 15 des albums metal de cette fin d'été (oui c'est assez précis comme liste), ça se lit ici et on y trouve du Ancestors, Blood CeremonyKorpiklaaniRed Fang, Turisas, Trivium, ...

Samedi 23 juillet 2011

Dans l'émission sur le Hellfest de France4 (Hellfest, le métal expliqué à ma mère) on aura droit à des interviews de Down, 1349, Rob Zombie, Apocalyptica, Max Cavalera (Cavalera Conspiracy), Turisas, HammerfallCrucified Barbara,  ... Elle durera 1H et sera diffusée le 2 août à 23h30. La bande annonce de l'émission est à voir ici.

Vendredi 24 juin 2011

Le Summer Breeze est sold-out. Il reste des places via Voyagenbus via des pack "pass+voyage+camping" à cette adresse.
Petit rappel de l'affiche au passage : AmorphisAs I Lay Dying, BenightedComeback Kid, Enslaved, Hatebreed, Ignite, Turisas, Vader ... Du 18 au 20 août en Allemagne.

Dimanche 19 juin 2011

Photos Hellfest 2011 (Samedi)Hellfest 2011 : seconde journée placée sous le signe du Thrash, du Hard Rock et du Hardcore . Difficile pour certains, bonheur pour d’autres, le lot des journées « à thèmes ».
Nos photos.
Coté météo un peu de pluie mais le soleil a pu briller, beaucoup moins pénalisant que la veille donc, et ce dimanche devrait être ensoleillé.
- Début de journée au Metal Corner avec Grum Lee, si si, on aime se faire mal. Des tubes anglosaxons de groupes du festoche en acoustique et en français, chanté faux. Et c’est voulu ! Comme ça au moins on pourra pas faire pire pendant la journée (quoi que).
- Hail Of Bullets sous la Rock Hard c'est la machine de guerre qui fusille tout sur place. Artillerie lourde de rigueur et pillonage de crâne avec ces riffs qui font très très mal. Comme Asphyx l'année dernière, une tuerie évidente.
- The Haunted annulé à 15H (absent apparement car leur chanteur a loupé son avion) se voit recasé à 1H du matin au Metal Corner (la scène du camping !), du coup le groupe qui devait y jouer se voit propulser sur la mainstage, gros changement pour Hemoragy, qui commence même son set sans guitariste (en plein décuvage) qui prendra le concert en route. Epique !
- Du coup on se rabat sur la Terrorizer où les coreux de Raw Power (since 1981 !) font un set plutôt sympa, du hardcore old school, bonne humeur et encore pas mal d’énergie pour ces vétérans.
- Municipal Waste c'est du Thrash, du fun et de la rigolade. Le public est déchainé, l'ambiance est excellente et tout se déroule dans la bonne humeur et les blagues vaseuses. Plaisir en barre...
- Shai Hulud continue la journée Hardcore, ça bouge, c’est sympa, mais ça manque d’un petit truc, la folie de leur tournée d’adieu de 2004 n’est pas là, dommage car le souvenir de leur set endiablé au Fury Fest me donnait pas mal d’espoir.
- US Bombs sera absent de son set (comme d’hab ?) pour finalement jouer quelques dizaines de minutes entre deux groupes plus tard dans l’après midi. Punk !
- Sous la Terrorizer Comeback Kid ne va pas faillir à sa réputation, set de fou, avec un final sur leurs tubes, ultra efficace, un public bien réceptif, qui commencera d’ailleurs à escaler aux poteaux de la tente. Ca promet pour la suite !
- Les finlandais d'Apocalyptica effectuent un set sympathique à défaut d'être vraiment captivant. Disons que ça fait du bien entre deux groupes de Thrash. Les reprises de Metallica sont cools, le reste peine déjà un peu plus à convaincre
- Times Of Grace livrent eux un set plutôt pas mal, même si sans surprise. Leur Metalcore reste assez efficace, mais il manque un truc pour aller au delà. La journée étant placée sous le signe du Thrash, Sodom et Kreator sauront remplir les attentes des fans avec des set énergiques et puissants.
- Septic Flesh sous la Rock Hard, c'est monstrueusement bon. Le son est immense, les orchestrations dantesques, tout est extrêmement carré et en plus le public est bien réactif. Excellent concert des grecs.
- Une des grosses attentes de la journée : Black Label Society et son charismatique leader Zakk Wylde. Très bon début de set, mais qui lasse assez rapidement, les morceaux sont très bien exécutés, les tubes pleuvent mais un peu l’impression de voir une machine super bien huilée où la spontanéité a disparu… Le solo de 10 minutes de Zakk ne redressera pas la barre ; dommage que le viking ne soit pas plus rock’n roll.
- Passage pour voir les cultissimes DRI, le groupe semble super content d’être là, les amateurs sont aux anges. Un gros concert pour la culture.
- Terror, soit LA claque de la journée, la fessée même. La tente est surbondée, le public matte même le concert d’en dehors de la tente. Alors oui Terror c’est du hardcore basique, mais efficace ! Brisage de nuque sur brisage de nuque, ça mosh à fond, le chanteur pousse le public à slammer depuis les poteaux, à donner du taff à la sécu, lance des circle pits, … Grosse grosse presta pour une musique pourtant bien classique. Chapeau au frontman !
- Seconde machine de guerre avec Bolt Thrower qui arrache tout sur son passage. S'il y avait bien un groupe de Death-Metal à voir du Hellfest c'était celui-là. Complètement jouissif.
- Le temps de voir la fin de Scorpions avec le très attendu Still Loving You et le final sur Rock Like A Hurricane. Rien de bien folichon, mais c'est histoire de dire qu'on a vu Scorpions au moins une fois dans sa vie.
- Comme promis par les organisateurs le festival rendra hommage à Patrick Roy par un feux d’artifices, la diffusion d’un titre (For Those About To Rock d’ACDC) et la projections d’images (défense à l'assemblée), simple mais il n’en fallait pas plus. Bel hommage.
- Converge : après le set de Terror je pensais voir la Terrorizer surbondée, pas vraiment, bizarre. Alors oui Converge c’est une mandale, Bannon est intenable, mais au final difficile de rentrer dedans, salle trop grosse sûrement. Un set de Converge, donc un bon set, mais des conditions pas forcément idéale pour voir le groupe.
- Le dernier concert du jour sera Triptykon, qui s'avère plutôt décevant compte-tenu des attentes qu'on pouvait avoir. Les vocaux sont faibles, l'ambiance pas si lourde et oppressante que sur disque.

Et vous alors cette journée pour ceux en étant revenu ? Réagissez

Nos tops 3 de la journée
Mathieu : Terror, Converge, Your Demise
Pentacle : Septic Flesh, Hail Of Bullets, Bolt Thrower
Bacteries : Terror, Municipal WasteComeback Kid

Dernière journée aujourd’hui, les amateurs de Sludge / Doom seront aux anges (Knut, Kylesa, Electric Wizard, Goatsnake) ou ceux aiment le pagan/folk (TurisasKorpiklaani, …), …
Et pour cette journée vous pouvez nous suivre sur Twitter toujours, pensez à matter nos amis du WFenec aussi ou du coté de Radio Metal.

Hellfest 2011 :
Vendredi : Report - Photos
Samedi : Report - Photos

Mercredi 15 juin 2011

Arte Live Web va proposer 16 concerts du Hellfest.
Mainstage 1 : - Valient Thorr - Apocalyptica, Headcharger Mr. Big 
Mainstage 2 : - The ExploitedMaximum the Hormone, Dagoba, The Dwarves - Kreator, Sodom, The Haunted - TherionDoro, Orphaned LandAtheist, Turisas.
La liste est changeante. Initialement prévus, In Flames et Lyzanxia ont disparu. Ca se passera ici.

Mardi 07 juin 2011

Wintersun remonte sur scène cet été pour quelques dates et pour leur tournée sur l'Heidenfest Tour accompagnés de Finntroll, Turisas, Alestorm et Arkona. Ces dates évitent bien sûr soigneusement la France, mais pour ceux qui souhaitent faire le déplacement à l'étranger, le détails des dates se lit sur leur site. Dans le communiqué du groupe l'on apprend également que Wintersun recontre encore et toujours des problèmes d'enregistrement...

Vendredi 29 avril 2011

Bloody Disgusting, le très bon site consacré aux arts relatifs l'Horreur, vient de mettre en ligne le clip de Turisas pour le titre Stand Up and Fight. A déguster par ici.

Jeudi 10 mars 2011

Le nouveau Metal Obs est sorti, vous pouvez le trouver en téléchargement gratuit ici. En couv' : Evergrey et au menu : The Haunted, Blut Aus Nord, DeicideCrowbar, Zuul FX, Rotten Sound, Turisas, ...

Mercredi 09 mars 2011

Nouveaux groupes confirmés pour le Brutal Assault Fest : TurisasDew Scented, et Cannabis Corpse.

Jeudi 24 février 2011

Le prochain TurisasStand up and fight, s'écoute en intégralité ici.

Lundi 21 février 2011

Turisas vient de mettre en ligne un nouveau morceau, The Great Escape, qui figure sur leur prochain album, Stand up And Fight. Il s'écoute ici.

Mardi 08 février 2011

Le prochain Rock Hard (107) sera en kiosque aujourd'hui, en couv' : Amon Amarth et au programme : Children Of Bodom, Zuul FXBlack Rain, Turisas, DevilDriverCrowbar, Architects, ... Couv' visible ici.

Vendredi 28 janvier 2011

Maintenant que l'affiche du Hellfest 2011 est bouclée (mis à part quelques "bonus") retour sur cette édition 2011, en commençant par la programmation par jour (en laissant votre curseur 1 seconde sur un nom de groupe une petite fiche descriptive apparait) :
Vendredi 17 juin (orienté Death, Stoner, Sludge) :
- Mainstage 1 : Iggy&The Stooges, Rob ZombieThe Cult, DisturbedAlter Bridge, Bonus!, ArchitectsValient Thorr
- Mainstage 2 : Morbid Angel, Bonus!, Meshuggah, The ExploitedMaximum The Hormone, Dagoba, The DwarvesSuicide Silence, Klone
- Rock Hard Tent : MayhemGorgutsBelphegor, VaderUnleashedKrisiumDodheimsgardMalevolent Creation, Svart Crown
- Terrorizer Tent : Monster Magnet, The Melvins, Clutch, Corrosion Of Conformity, The Young GodsKarma To Burn, EyehategodMaster Of Reality, Church Of Misery, KrugerIn Solitude, My Sleeping KarmaHangman's Chair
Tarif journée : 65€ (dispo ici)
Samedi 18 juin (orienté hard rock, hardcore, thrash) :
- Mainstage 1 : ScorpionsTrust, Apocalyptica, Black Label SocietyUFO, HammerfallBlack RainCrucified Barbara
- Mainstage 2 : Coroner, Kreator, SodomDestruction, Municipal Waste, The HauntedMekong Delta, WhiplashLyzanxia
- Rock Hard Tent : Bolt thrower, Triptykon, 1349, Septic FleshLock UpSkyforgerExhumedSkeletonwitchTotal Fuckin Destruction
- Terrorizer Tent : Bad brains, Converge, Terror, Comeback Kid, DRITimes of Grace, Us Bombs, Shai HuludRaw Power, Your DemiseDeez NutsNastyArma Gathas
Tarif journée : 65€ (ici)
Dimanche 19 juin (orienté Heavy Metal, progressif, sludge&stoner) :
- Mainstage 1 : Ozzy osbourne, Judas PriestMr big, Cavalera ConspiracyDoroAngel WitchFirewind, SUP
- Mainstage 2 : OpethTherion, Anathema, Pain of SalvationOrphaned LandAtheist, Turisas, Audrey Horne
- Rock Hard Tent : Cradle Of FilthKorpiklaaniMorgothGraveTsjuderAnal Cunt, Hail of Bullets, Arkona, Impureza
- Terrorizer Tent : Kyuss Lives!Hawkwind, GoatsnakeElectric Wizard, Grand Magus, KylesaThe Black Dahlia MurderBuzzov En, KnutRed Fang, The Gates of Slumber, Ancestors, Morne
Tarif journée : 65€ (ici)
Il reste donc 2 groupes (hors Metal Corner) à annoncer, on sait que Grum Lee sera aussi là cette année.
Le pass 3 jours est lui disponible ici à 144€.
Pour ceux souhaitant y aller en bus des packs Bus + Billets sont disponibles via Voyage En Bus (plein de villes en France, Suisse, Luxembourg et Belgique) pour des prix autour de 200 / 240€ tout compris (vu le prix du billet c'est plutôt valable).
L'affiche est à voir ici.
Est-il utile de le rappeler? : le Hellfest a lieu à Clisson, à quelques dizaines de kilomètres de Nantes (ouest de la France) et peut accueillir plus de 20 000 personnes par jour.

Jeudi 27 janvier 2011

Et voilà l'annonce finale pour le Hellfest 2011 : The Stooges (Iggy&The Stooges), Rob Zombie, Apocalyptica, Kyuss lives!, Cradle Of Filth, Morbid AngelMonster Magnet, Disturbed, Cavalera ConspiracyAlter BrigdeThe Cult, Morbid Angel, Meshuggah, Clutch, Corrosion Of ConformityGoatnsakeBuzzov'enDestruction, Municipal Waste, WhiplashHail Of BulletsGorgutsMorgothTsjuder, Grand MagusLock upAnal CuntTotal Fuckin Destruction, Terror, DRI, Knut, Svart Crown, ImpurezaHangman's ChairMaximum The Hormone, HammerfallCrucified BarbaraBlack RainSuicide Silence, Turisas, US Bombs, The Dwarves, ArchitectsTimes Of Grace, SUPLyzanxia, Klone et 2 groupes surprises.
Demain on vous fait un rappel complet de l'affiche.
Et les pass :
3 jours, Samedi, Dimanche.
Pour y aller en bus : Voyage En Bus
Pas de Iron Maiden! Merci France 3 et ses journalistes en mousse.

Vendredi 31 décembre 2010

Sepultura est confirmé pour le Rockharz Open Air (7-9 Juillet en Allemagne). On pourra aussi retrouver Hail Of Bullets, Caliban, Hammerfall, Turisas ou The New Black.

Samedi 18 décembre 2010

News Festoch' :
- Evile50 Lions et Die Kassierer seront au With Full Force (1-3 Juillet en Allemagne).
Children Of Bodom et Visions Of Atlantis seront au Wacken Open Air (4-6 Aout en Allemagne).
- C'est confirmé, MetallicaSlayerMegadeth et Anthrax seront au Sonisphere Français (8-9 Juillet à Amnéville).
Turisas sera au Summer Breeze. Ready for war ?

Samedi 11 décembre 2010

Stand Up And Fight, le nouveau Turisas, sortira en France le 28 Février 2011.

Samedi 13 novembre 2010

Stand Up And Fight, le prochain Turisas, sortira le 31 Janvier 2011 chez Century Media.

Vendredi 29 octobre 2010

Turisas a terminé son troisième album - prévu pour 2011 - et entamera prochainement une tournée américaine en compagnie de Cradle of Filth.

Mercredi 06 octobre 2010

La reprise de Supernaut de Black Sabbath par Turisas, auapravant uiquement présente sur le tribute de Metal Hammer au groupe de Birmingham, est désormais disponible sur vos plateformes de téléchargements légales habituelles. Mais aussi, et surtout, sur Spotify ou encore Deezer, ce qui est bien pratique.

Samedi 21 août 2010

Le prochain numéro du magazine Metal Hammer contiendra un album de reprises de Black Sabbath avec des reprises de différents groupes. Voici la liste :
01. Turisas - Supernaut
02. Absolute Power - Hole In The Sky
03. Cavalera Conspiracy - Electric Funeral
04. Amon Amarth - Children Of The Grave
05. Apocalyptica - Spiral Architect
06. Karma To Burn - Never Say Die
07. Orange Goblin - Symptom Of The Universe
08. Turbowolf - The Wizard
09. Ted Maul - Killing Yourself To Live
10. Mourning Tide - We The Creeple
11. Spirytus - Bullet Ride
12. Whate The Night Brings - Sewn Shut
13. Demagogue - Encounter
14. The Bendal Interlude - Cat Spats
15. Ravenface - The Resurrection