Découverte
Pochette Moozoonsii

logo Trencher

Biographie

Trencher

Les anglais de Trencher jouent un grindcore teinté d'electronica qu'ils définissent eux même, non sans un certain humour, de Casio Grindcore. Depuis 2001, le trio enchaine une longue série de split CDs et de courtes productions. Fin 2006, Trencher sort un second véritable album (Lips) sur Southern Records, label qui se chargera également de ressortir leur premier effort en 2007 (When Dracula Thinks) avec un nouvel artwork.

Chronique

16.5 / 20
0 commentaire

Lips ( 2006 )

Broyez quelques touches du clavier de An Albatross, incorporez vigoureusement une poignée de blasts épileptiques façon Genghis Tron, enveloppez le tout d'une bonne dose de folie personnelle et pour finir, saupoudrez de quelques pincées d'un vieux Castelvania (le jeu vidéo de Nintendo dans lequel on tranche du mort vivant à coup de fouet par paquets de 100) ou d'un film de vampires bien kitch des années disco. Voici la recette du Casio grindcore de Trencher.
Habitués aux splits CD, les anglais donnent ici une superbe suite à When Dracula Thinks : Look At Me (tout juste réédité sur Southern pour l'occasion). Superbe d'une part parce que Trencher parvient encore à surprendre dans un style souvent abonné aux dégringolades mais surtout parce que Lips est un pur concentré de vélocité impulsive et d'énergie débordante. Avec des morceaux dépassant rarement les 2 minutes, Trencher parvient à installer sans mal une atmosphère violente et sans concession qui agrippe le coeur à pleine poigne. Pourtant le groupe est loin de se la jouer gros bras ou boule de nerfs raz les pâquerettes. En effet, les lignes de clavier façon orgue "8 bits" viennent sublimer leur grindcore d'une belle manière et celui-ci se retrouve bien souvent dans le rôle du chef d'orchestre venant recadrer des cordes et des fûts totalement hystériques.
Avec ses 24 minutes de saccades épileptiques (pensez The Locust), de vocaux grindcore dégoulinants et malsains, de lignes de clavier à se crever les yeux, Lips se place tout simplement comme un des meilleurs albums grindcore du moment, de ceux qu'on écoute en boucle et qui laissent une boule en travers de la gorge dès la première fournée. Car au delà d'une puissance de feu à faire frémir (sans user de la double s'il vous plait), les 3 esprits tourmentés de Trencher savent insuffler une réelle âme (In Reverence) à des compositions à la fois chaotiques et catchy, torturées et bien pensées. Favoris comme on dit.

A écouter : Aaaaaaaaaaah !!!