logo Tower Of Wankers

Biographie

Tower Of Wankers

Tower Of Wankers est un groupe de Grindcore anglais, auparavant constitué de cinq musiciens, mais en 2006 le groupe se dissout pour reprendre sous une nouvelle formule quatre ans plus tard. Désormais constitué de deux de ses membres fondateurs : Cotton Runt à la batterie et de Pete O'file qui se charge de tout le reste. De la première mouture sortira trois albums, Third Bog AlongThe Second Coming et So Far So CrudeProcasturbation est une réminiscence de 2010.

Chronique

Procraturbation ( 2010 )

Nous vivons dans une époque où l'offre musicale est pléthorique. Il y a un nombre incalculable d'artistes, qui, chacun, rivalisent d'ingéniosité et de technicité pour créer des œuvres élaborées en passant des semaines en studio. Et il y a le grind … quatre chevelus crapis dans un garage qui boivent de la bière en remuant de la tête avec des noms de groupe qui rivalisent de charme et d'élégance. Et bien aujourd'hui c'est ça qu'on va chroniquer ! Enfin ils sont deux, en l'occurrence mais peu importe, Tower of Wankers, littéralement la tour des branleurs, ça va envoyer !

L'objet de la chronique n'est pas de dire que le grind est inférieur à tel ou tel style. Premièrement il n'y a pas d'intérêt, et deuxièmement ce n'est pas vrai. Et à vrai dire là ou dans n'importe quel style il y a des codes, le grind est justement une musique qui s'affranchit de toute barrière, notamment l'éthique, donc niveau liberté de création pour un artiste, à priori il n'y a pas mieux. Quand on analyse cet album Procrasturbation, certes la production ne rivalise pas avec les standards actuels, même si celui-ci date déjà de 2010, mais on est quand même loin d'avoir une bouillasse sonore inaudible. Musicalement on est très loin du powerchord à trois notes en haut de manche avec un son ultra saturé et du "gruilk" quand même significatif du genre, on est à vrai dire dans une musique variée, trop pour pouvoir mettre une étiquette claire autre que "grind".

Sur certains titres on se rapprochera plus des sonorités black comme sur The Room, parfois on tire sur le Gwar de la grande époque. Come Grind with Me et Exquisite Moustache ont un je-ne-sais-quoi qui fait penser à Cryptopsy et sa recherche déconstruite polyrythmique, on peut également parler de Baconaise et son arrogante ressemblance à Burnt by the Sun et même les amateurs de prog peuvent même parfois s'y retrouver. Une reprise de Napalm Death pour clôturer le tout et voila pour l'étendue du répertoire du duo anglais. Niveau cohérence d'ensemble on repassera, mais comme c'est du Grind, personne ne viendra râler, la couleur est annoncée, "on fait ce qu'on veut". La chose qui me dérange le plus n'est pas cette incohérence globale, mais plus le minimalisme des "textes", même si Tower of Wankers y vont plutôt light par rapport à C.B.T., Vomiting Shit et autres Clitorape où je ne sais quoi encore. Il faut tout de même avouer que ces derniers ont mis la barre plutôt haut dans l'abject et le creux. Ceci dit rien qu'avec le titre de l'album, on sait qu'il ne faut pas être trop exigent niveau poésie.

Procrasturbation vaut définitivement son coup d'oreille. Pas l'album du siècle, mais on a à faire à des musiciens qui savent composer, enregistrer et interpréter, ce qui marque leur différence par rapport à d'autres dans le même style. Et bordel ! C'est très clairement grisant d'écouter quelque chose de libre à 100% et qui change des carcans habituels de la musique en général. 

A écouter : Pat B Fat, Come Grind with me