Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Toner Low

Biographie

Toner Low

Toner Low apparaît en 1998 à Leiden aux Pays-Bas et œuvre rapidement dans un Stoner / Doom enfumé développant de longues plages combinant lourdeur, psychédélisme et hypnose. Dans les quatre premières années qui suivent sa création, le groupe donne une série de concerts à travers la Hollande et la Belgique, ouvrant pour des groupes tels que Karma To Burn, Isis, Candybar Planet ou Lawn.

Comprenant cinq membres à ses débuts, la formation se réduit à un trio en août 2002, ne conservant que Deef (Basse / Chant), Daan (Guitare) et Jack (Batterie). C’est à ce moment que les choses commencent à se préciser. Après avoir sorti un split album la même année avec Fal-Tor-Voh et participé à la compilation Motor Rock Volume I (Motorwolf Records), Toner Low se produit sur ses terres, en Allemagne et au Luxembourg durant deux ans. Un sérieux échauffement qui permet aux trois acolytes de rôder leurs  titres et de se préparer à l’enregistrement de leur premier effort. Ce qui ne tarde pas à arriver, car au printemps 2004 le groupe entre en studio et c’est en juin 2005 que sort Toner Low sur son propre label, Roadkill Rekordz.

Le disque connaît un certain succès et fait l’objet de nombreux articles dans les magazines et  sites spécialisés. Ce qui met la puce à l’oreille du label Freebird Records qui décide en janvier 2006 de le ressortir avec, notamment, une édition double vinyl. Sort également courant 2006 un split-album avec Abe Diddys&The Krautboys. S’ensuivent alors de nombreuses dates en Europe durant les années 2006-2007, où le groupe partage l’affiche avec Suma, El-Thule, Dozer, End Of Level Boss, Spaceship Landing, Amen Ra, Orange Sunshine, Boris...

En novembre 2007, le bassiste et chanteur Deef quitte le groupe et est remplacé un mois plus tard par Miranda, réapparaissant huit ans après lss débuts. Un deuxième album voit alors le jour en 2008, qui répond sobrement au nom de II.

Chronique

III ( 2013 )

En voilà qui ont encore pactisé avec Marie-Jeanne ! En provenance des Pays-Bas, Jack (batterie), Daan (guitare) et Miranda Vandervoort (basse, ex-7Zuma7) reviennent détraquer nos synapses avec leur Stoner fumeux. Sorti chez Roadkill Rekordz ce troisième album, comme le suggère la pochette, met le chanvre à l'honneur.

Loin des compositions bien léchées d'un YOB ou d'un Pallbearer les Néerlandais optent pour un style plus tapageur ; à milles lieues d'une musique contemplative. Ici, pas de mélodies éthérées ni d'harmonies célestes mais quelque chose d'autrement plus massif et écrasant. L'accordage des grattes étant immodérément grave on est face à un monolithe suramplifié. D'ailleurs, la "tonalité" ainsi que le jeu n'est pas sans rappeler l'énergie guerrière d'un Conan

Soutenu par une batterie cadencée, le putassier Phase Six nous met d'emblée en ébullition par ses riffs de guitares étouffés et saturés à l’extrême. Se greffe une basse ronflante voire flegmatique qui confine l'auditeur à l'intérieur d'une bulle sonore envoûtante. Telles des volutes de fumée, le bourdonnement sourd des basses fréquences nous baigne dans une atmosphère nébuleuse (le tempo poussif au début de Phase Seven). La lourdeur rythmique comme l'épaisseur des vibrations déclenchent une sorte d'étourdissement grisant tant l'ensemble tournoie de manière pesante.

De même, le dernier palier (Phase Nine et son Doom/Drone quasi outrancier) s'apparente à une lente descente aux enfers où tout se noie dans une espèce de brouillard phonique déboussolant. Éreinté, l'auditeur est finalement délaissé par des touches de piano qui se languissent puis succombent.

Toutefois, Toner Low dépasse cet aspect brut de décoffrage en incorporant fréquemment nappes de synthé Rock/Prog ou sonorités psychédéliques ; apportant ainsi une touche de folie jubilatoire.

En dépit d'une scène Stoner plutôt en vogue et trop peu audacieuse, Toner Low parvient à convaincre de part son côté jusqu’au-boutiste. Sans renouveler le genre III reste un très bon album qui, s'il fait preuve d'efficacité, ne tombe en aucun cas dans la facilité.

Pour amateurs de Conan, Bongripper, Ufomammut.

A écouter : en aqua dans ton cagibi
Toner Low

Style : Stoner / Doom Metal
Tags : -
Origine : Pays-Bas
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 7 amateurs Facebook :