Découverte
Pochette s/t

logo Tides From Nebula

Biographie

Tides From Nebula

Tides From Nebula est fondé à Varsovie en Pologne en 2008 par quatre compères, Adam Waleszyński et Maciej Karbowski aux guitares et claviers, Przemek Węgłowski à la basse et Tomasz Stołowski à la batterie. Quatuor instrumental, ils sortent rapidement leur premier opus Aura en 2009, lieu de rencontre entre Post-Rock et Metal. Après une longue tournée européenne et avoir galéré pour trouver un label pour sortir leur second opus, Tides From Nebula récidive avec Earthshine en 2011 chez Mystic Production. C'est deux ans plus tard que Eternal Movement voit le jour.

Chroniques

Earthshine Aura

Earthshine ( 2011 )

Mais que s'est-il passé entre Aura et Earthshine pour que l'on retrouve Tides From Nebula à côté de ses pompes? Certains se souviennent surement de l'album des polonais en 2009 qui avait fait pas mal parlé de lui en même temps qu'And So I Watch You From Afar pour cette façon de bousculer un Post-Rock assoupi et moribond? Si vous vous attendiez comme moi à la même formule énergique ou à une évolution allant dans ce sens, ni pensez même plus, Tides From Nebula a décidé de faire marche arrière pour ce qui s'annonce comme une belle déception.

Tides From Nebula n'a jamais eu la présomption de jouer un Post-Rock hyper novateur qui sonnait différemment de ses concitoyens, sauf qu'en le jouant de manière plus burné que la moyenne, les polonais sortaient du lot. Il est donc évident que si vous enlevez cette composante, l'intérêt pour leur musique décroit de façon significative. Pour être plus clair, pratiquement tous les éléments Metal qui donnaient du corps à Aura ont disparus. Il reste bien encore cette batterie nerveuse et agitée par moment ou quelques cours passages plus énergiques (The Fall Of Leviathan), mais dans l'ensemble Tides From Nebula a lissé complètement ses compositions. On a donc à faire à un Post-Rock instrumental doux et gentillet à la Explosions In The Sky. Les titres, plus long, sont basés sur les montées et quelques éclats maîtrisés et peu surprenants. La recette est connue et n'étonnera personne, à moins de n'avoir jamais écouté d'albums du genre. Il faut attendre par exemple plusieurs minutes avant que Caravans ou Siberia ne décollent vraiment, et encore, cela se fait sans surprise. On suit alors la route tracée par Tides From Nebula sans heurts ni mordant et sans trop retenir quelque chose au fil des écoutes. Et puis que dire des interludes Waiting For The World To Turn Back ou Hypothermia, les morceaux le plus insipides et disons le clairement, les plus chiants de l'album, tellement qu'il ne se passe rien pendant leurs trois minutes de vide et de silence. 

Soutenir que Earthsine est complètement raté est peut-être légèrement exagéré car l'album comporte quand même deux bons morceaux (These Days, Glory Days et The Fall Of Leviathan) c'est à dire les deux premiers de la galette qui sont les plus dynamiques et les plus vigoureux contrastant largement avec la suite. Il convient aussi de dire que l'ensemble, certes classique, reste bien exécuté, que les arpèges de White Gardens sont plutôt jolis, mais c'est malheureusement trop peu pour donner plus de chance à cet album fatigant et prévisible sur la longueur.

Rien à faire, après plusieurs écoutes Eartshine reste une grosse déception car Tides From Nebula vient de sortir un album déjà maintes fois produit au cours de ces dix dernières années qui viendra fatalement grossir les rangs des sorties quelconques de Post-Rock. Pendant ce temps là, And So I Watch You From Afar sort Gangs qui lui, va faire grand bruit et faire bouger des culs sur le dancefloor. Les anglais peuvent dormir sur leurs deux oreilles, la ''concurrence'' vient de disparaître en à peine un disque. On gardera Earthshine pour servir de berceuse le soir, à côté de tout un tas de disques qui lui ressemble hélas étrangement.

A écouter : bof
16 / 20
3 commentaires (15.33/20).

Aura ( 2009 )

Certains groupes ont bien compris que pour faire du Post-Rock à l'heure actuelle il fallait trouver autre chose que de répéter inlassablement les mêmes motifs que leurs prédécesseurs canadiens. Tides From Nebula, un peu à la façon d'un And So I Watch You From Afar, franchi les limites, fusionne même les genres et livre avec Aura, un disque entre Post-Rock et Metal et ce de la plus belle manière.

Aura débute avec le très joli Shall We?, profondément Post-Rock dans l'âme, dont les montées caractéristiques du genre rappellent par exemple celles des suédois d'Immanu El. Pour un peu on se croirait presque dans un disque de Post-Rock classique, mais ne vous y trompez pas car dès Sleepmonster, Tides From Nebula réveille ses vieux démons, sort les griffes et libère des guitares furieuses pour secouer un genre trop longtemps endormi. Les polonais surprennent l'auditeur d'une part parce cette alliance de mélodies Post-Rock joliment amenées qui montent et tissent leurs toiles délicates de la plus belle manière... pour les détruire aussitôt par des plans rythmiques impétueux et de grosses cordes saturées. On a souvent tendance à utiliser le terme Post-Metal en ce moment pour un genre qui irait au delà du Metal, étiquette à la fois bancale et fourre-tout. Non, ici, Tides From Nebula joue l'oposition d'un Post-Rock lancinant, posé et bien amené et d'un Metal certes assez simpliste, mais virulent, qui relève la teneur musicale des morceaux.

Cet album peut également rappeler le quatuor instrumental Pelican, sauf que l'approche est différente et que le rendu sonore n'est pas alourdi comme celui des américain. Cela dit les polonais jouent aussi uniquement en instrumental, pente glissante pour certains groupes parfois, dont les neuf morceaux qui composent Aura, auraient pu s'avérer ennuyeux, pourtant, la musique de Tides From Nebula sans être spécialement complexe, est suffisamment bien faite pour transporter l'auditeur. Aura est un voyage, tantôt ensoleillé par ces douces notes, tantôt tumultueux, dangereux, voir étrange (Higgs Boson, Puur). Ces gars là n'ont que faire des barrières, jouent avec les codes, les maitrisent avec habilité mais surtout les dépassent. Quelques sonorités Electro discrètes sont également amenées sur quelques des titres notamment grâce à l'utilisation de claviers. (Apricot)

Aura prend le pari risqué de mélanger deux genres que tout oppose en apparence. Le rendu aurait pu être une mélasse écœurante ou carrément ratée, mais il n'en est rien, leur opus est bel et bien réussi avec brio. Les polonais de Tides From Nebula sortis d'on ne sait trop où franchissent une nouvelle étape dans l'épopée Post-Rock en livrant un disque osé, audacieux et plein d'énergie.

A écouter : si tu en as marre du Post-Rock
Tides From Nebula

Style : Post-Rock / Metal
Tags : -
Origine : Pologne
Site Officiel : tidesfromnebula.com
Site Officiel : tidesfromnebula.com
Amateurs : 23 amateurs Facebook :