logo Throneless

Biographie

Throneless

Throneless se forme à Malmö en Suède en 2014 sous l'impulsion de Patrik Sundberg (Basse), Johan Burman (Batterie) et Johan Sundén (Guitare). Un premier effort éponyme sort très rapidement en 2015 via Heavy Psych Sounds inspiré de formations comme ConanSlomatics ou Monolord. Un second album, Cycles, sort en 2018 chez Black Bow Records.

Chronique

Cycles ( 2018 )

Les premières mesures de Cycles nous l'indique tout de suite, il y a clairement du Conan chez Throneless, sans la moindre parcelle de doute. Passé ce constat immédiat, qu'en est-il de ce second album des suédois ? Qu'apporte t-il à travers ces quatre morceaux et surtout, se content-il de n'être qu'un ersatz de Sludge / Doom monolithique de plus ?

Conan nous disions-donc. L'ouverture de Born In Vain dévoile l'influence des anglais comme un nez au milieu de la figure : Doom Metal pachydermique à grand renfort de fuzz et de riffs sur-gras, rythmiques tribales, basse percutante et granuleuse et pour parfaire tout cela, quelques lignes vocales gonflées de réverb' à la sauce Wizardienne. La recette est simplissime, déjà entendue chez leur voisin de palier Monolord ou chez les anglais de Slomatics, autre compagnon de route de Conan. Pas à une autre coïncidence près, Cycles est signé par le label de Jon Davis (guitariste / chanteur de Conan), Black Bow Records. Et si à travers ces quelques lignes, on commence à frôler l'indigestion du grand barbare musclé, ce second effort de Throneless mérite pourtant qu'on aille un un peu plus loin que cette simple comparaison (flatteuse).

Parce que le trio, même s'il ne fait pas franchement preuve d'originalité, a tout de même de solides atouts dans ses manches. Le son déjà, épais et poussiéreux. Throneless ne cherche pas à être le plus lourd ou le plus méchant, surtout que des dizaines de groupe de Sludge / Black Metal le font très bien, mais voilà, les mecs savent comment sonner et être convaincant dans le genre. Et puis surtout, Throneless sait écrire des morceaux. Ils savent composer. Pas que là encore ça te fasse faire trois fois le tour de ton slip direction Pékin, mais entendre un groupe de Doom qui ne joue pas uniquement sur la taille de ses gros amplis pour compenser un manque (de virilité) d'idées flagrantes, ça fait plaisir à entendre. Le premier titre Born In Vain est tout bonnement excellent, porté par des cordes efficaces, une voix hallucinée dont on retient les lignes mélodiques et la rythmique tribale qui colle parfaitement. Cycles est plus classique dans son déroulement, pas mal Windhand dans la forme, mais sa tournure mélodique froide et la voix de Johan donne un cachet supplémentaire au morceau, presque spatial. Senseless quant à lui, revient vers un Doom guerrier, plus écrasant et puissant, très Conan encore une fois, alors que la conclusion sur Oracle offre une lenteur particulièrement fatidique, sous ses réverbérations Drone et ses riffs monolithiques.

Throneless fait son truc sans prétention et ça fonctionne. Parce que c'est bien écrit, bien exécuté, varié et parce que les mecs connaissent le Doom, tout simplement. Cycles est l’œuvre de passionnés, de musiciens qui se font plaisir et donnent du plaisir en retour. Ils n'ont rien à prouver, mais viennent pourtant de montrer qu'en deux disques, ce ne sont pas des branques. Pourvu qu'on entende d'avantage parler d'eux dans un avenir proche !

Throneless

Style : Sludge / Doom / Stoner
Tags : - -
Origine : Suède
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 1 amateur Facebook :