Albums du moment
Pochette Queen Of Time
Pochette Geometria
Pochette Hypercut Pochette Muerte
Chroniques
Pochette As Time Turns To Dust
Pochette It's Hard To Have Hope
Pochette Club Dragon Pochette Mouvement

logo Theopsya

Biographie

Theopsya

Theopsya se créé en 2006 à Toulouse. Tanguy (guitare, screams) et Pierre (guitare), qui jouaient déjà ensemble des reprises de Trivium et de Children Of Bodom, rencontrent Rémy (basse) puis Nicolas (batterie). Le groupe commence par composer du Speed Power Metal, jusqu'à l'arrivée d'une claviériste, Esther ; puis d'une chanteuse, Clémentine. Pour s'adapter aux nouvelles recrues, la musique de Theopsya prend un virage plus mélodique, s'enrichit d'influences symphoniques.
Après quelques concerts dans le sud de la France, le groupe se voit obliger de stopper ses activités pour des raisons géographiques, les deux guitaristes ainsi que Kevin, le nouveau claviériste, ayant dû déménager de Toulouse.

C'est Nicolas, épaulé par Rémy, qui remonte le groupe en 2010 avec quatre nouveaux membres : Manon au chant, Pascal et Adrien aux guitares, et Nacht aux claviers.
En accueillant dans ses rangs de nouvelles personnalités, Theopsya gagne aussi de nouvelles influences. Les nouveaux titres proposent une composante technique, voire progressive, ainsi qu'une légère dimension Death Mélodique. Ce line-up enregistre le premier effort du groupe, l'EP Tales Of An Angel qui parait fin-2011.
Theopsya défend son EP sur la scène locale, ouvrant pour des groupes de grande ampleur lorsqu'ils s'arrêtent à Toulouse, notemment Whyzdom, mais aussi dans un autre regristre, Leprous.
Nacht et Pascal sont remplacés par Julien B. et Julien C., respectivement au claviers et à la guitare. Début 2014, c'est Nicolas, membre fondateur et manager du groupe, qui est remercié. Après le recrutement de Max derrière les fûts, les Toulousains commencent l'enregistrement d'un nouvel album, Endless, prévu pour 2016.

Chronique

14.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Endless ( 2017 )

Parmi les groupes de "Metal à chanteuse", nombreux sont ceux qui mettent en avant ce statut dès la pochette, via une photo ou une représentation quelconque - mais surtout avantageuse - de la vocaliste, comme un argument marketing, avec parfois plus de plaisir visuel qu'auditif. Et puis, heureusement, il y a les autres. Un artwork sobre et assez classe, un titre de même, qui parvient à éviter le piège du pompeux, avec Endless, ça se présente bien avant même d'avoir lancé la musique.

À la manière d'Epica, le chant féminin se voit contrebalancé ici et là par une voix gutturale, et si Theopsya partage avec les Néerlandais une tendance symphonique, on se rassure tout de suite : à aucun moment on ne parlera de bête imitation. Les Toulousains optent en effet pour une approche moins grandiloquente, plus subtile, sans chercher à en mettre à tout prix plein la vue. Moins spectaculaire, en somme. Est-ce moins intéressant pour autant ? Non.

Entre les orchestrations et les instruments, chacun participe à l'effort mélodique, proposant une musique riche aux influences Power Prog bien digérées, sans pour autant opter pour le "toujours plus" qui mène généralement au trop. Pas de démonstration technique ennuyeuse, on oublie le passage quasi obligé du pavé de plus de dix minutes en fin d'album (remplacé par une appropriation très réussie du Nightcall de Kavinsky), pas d'exotisme à outrance (les influences orientales sont parfaitement intégrées sur Blood And Sand) : loin d’en faire des caisses, ils essaient plutôt de se concentrer sur l'essentiel et de viser juste, et il faut bien avouer que ça marche pas mal du tout.

Alors certes, tout n'est pas parfait, mais les défauts se font plutôt les indicateurs d'une marge de progression que de véritables tares de conception. Comme l'intro de Crimson Fall (et donc de l'album), qui met tout de suite dans le bain mais ne semble pas tout à fait raccord avec le reste de la chanson. Ou un son de synthé un chouïa trop prononcé sur Meridian. Le refrain qui casse un peu le rythme de Blood And Sand (très bon titre au demeurant). Une certaine fébrilité dans la voix sur les couplets de SYAE (le chant n'en est pas moins globalement très pertinent). Facing Me, bien construite et interprétée, mais qui aurait gagné à faire primer l'émotion... Dans l'ensemble, ce sont surtout de courts passages qui pèchent, et encore, sans être handicapants, dominés par les aspects positifs.

Avec Endless, Theopsya livre donc un premier album solide mais surtout prometteur. Dans un registre où nombre de groupes, même parmi les plus gros, s'améliorent avec la maturité, on ne peut que souhaiter qu'il en aille de même pour eux.

A écouter : Emerald Heart, Crimson Fall, Blood And Sand...
Theopsya

Style : Metal Melodique
Tags : - - -
Origine : France
Facebook :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :