Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

logo The Third Memory

Biographie

The Third Memory

Des concerts. Jouer, rencontrer, respirer. Des enregistrements aussi, car il faut bien faire écouter toute cette musique accumulée : The Road...et The Gathering Of Distorted Souls In The Garden Of Flamelesse Utopia, deux démos qui à la grande surprise du groupe, ont été très bien accueillies.  A la suite d'un split CD sur Funcoreschool records (avec General Lee et d'autres) puis d'une tournée en Espagne, le groupe collabore avec Impure Muzik pour un 4 Ways Split et un premier album : Et De Cela Rien Ne Ressort. En 2007, le groupe part sur les routes US avec Cease Upon The Capitol avant de partager un split 7" aux côtés des allemands Only For The Sake Of Aching. En 2009, nouveau rendez-vous avec les studio pour un split avec Dominic d'abord, puis pour la sortie du second effort, Self-Titled, édité chez Petit Chantier Records (The Bold & The Beautiful, Bokanovsky) et React with protest.

16 / 20
2 commentaires (15.5/20).
logo album du moment logo amazon

The Third Memory ( 2009 )

Il faudra un jour qu’on reconnaisse à la rage sa faculté de création. Car The Third Memory la porte au front comme une relique sacrée. En croix inversée.

Comme une flaque d’eau rance. Une marque ensanglantée au mur. Un étendard éventré. Avec ce quelque chose d’à la fois nauséeux et bileux, qui pend aux lèvres. En écume. Au milieu de la descente, du manque de benzédrine. Et de tous ses effets ressentis - L’hypertension artérielle, l’insomnie, les crampes -. Les notes amères. Ici, The Third Memory crache un screamo maladif que rien n’apaise ("Knives Talking, World Class Issue", "Sans passion") et joint en dix titres tous les antagonismes de son art.
L’élévation et le chaos. La création et la destruction. La fuite et la paralysie.

Ici

The Third Memory refuse la lumière du jour. The Third Memory se joue dans les sous-sol, à moitié recouvert et étouffé par la poussière. A en chopper la phtisie. "Le seul futur que j’entrevois va vite, loin, salle, brillant, partout". Paupières closes et fiévreuses mais mains cognant aux parois. De ces clap, clap fédérateurs. Le titre explose et balance à la gueule un riffing nerveux similaire à l’immense "In Love With An Apparition" de Pg. 99. A la manière du combo culte américain (le groupe n’y fait-il pas expressément référence en nommant un de ses morceaux "Page 33" ?), TTM parvient à alterner les rythmes rampants et les libérations par le cri. Plus jusque bouttiste encore que lors de Et de cela rien ne ressort, le trio joue désormais un punk noir, crusty, quasi haineux, qui se sert de ses balafres pour composer, tout en entrecroisant les voix et les émotions pour vomir ce que les mots seuls ne savent plus exprimer ("Ce qu’il y a, c’est que le regard vient à la fin").

A la fois sombre et fulgurant, torturé et straight, ce Self-Titled est une addition de prouesses (coupures grésillantes au piano du milieu de l’album, conclusion folk/acoustique/violon, cris venus d’ailleurs, riffs ardents) et d’exécutions punks. Rares sont les groupes qui sont parvenus à ce degré de fureur et d’exclamation.
The Third Memory est une insurrection.

En écoute sur myspace.

A écouter : pour se prparer l'insurrection

Split avec Only For The Sake Of Aching ( 2006 )

Only For The Sake Of Aching poursuit son bout de chemin dans l'ombre avec 2 nouveaux titres qui confirment le désir des allemands de porter leur son à ébullition.  Toujours en mouvement, les gaziers explosent en dimensions multiples et enchaînent les plans rockin' à se déboîter le bassin, les râles screamo à régurgiter les amygdales et les interludes emo, reflet de l'idéalisme exprimé par les paroles. Toujours servis par une dynamique vocale touchante exprimant tant la colère que l'espoir, les 2 morceaux sont honnêtes mais sans aucun doute un ton en dessous de leurs précédents efforts, la faute (peut-être) à une production vraiment cheap qui est loin de mettre en valeur les sérieux atouts techniques des allemands. Reste ce chant braillard, primaire et déchirant dont la sincérité fait mouche à chaque syllabe.

De retour d'un périple états-unien avec Cease Upon The Capitol, The Third Memory revient doucement mais sûrement à la charge avec 3 morceaux dans la ligne de mire de Et De Cela Rien Ne Ressort, comprenez un screamo hardcore frenchy des chaumières éructé dans la langue de Molière qui fait la différence par des incursions rock'n roll intenses et totalement épiques. Brisés, crevés, écœurés, les marseillais crachent leur souffrance sans demi mesure. Nervosité omniprésente, tension permanente, poésie tachée de sang, The Third Memory annonce des jours sombres sans laisser la moindre parcelle d'espérance. Au taquet de A à Z, le combo prépare le terrain efficacement pour la prochaine éruption que l'on espère cataclysmique !

A écouter : No Longer My Riddle (Only For The Sake Of Aching) - Les ardoises impersonnelles (The Third Memory)
15 / 20
2 commentaires (16/20).

Et de cela rien ne ressort ( 2005 )

Et De Cela Rien De Ressort. Comme un premier coup de feu à l'initulé trompeur. Car The Third Memory fait preuve des arguments les plus convaincants. A la fois acerbes et élégants, les marseillais se hissent parmi les espoirs du genre les plus prometteurs, Et C'est Peu De Le Dire.

The Third Memory exsude un screamo hardcore tempétueux lorgnant vers l'intensité des groupes de la Botte façon Raein et La Quiete ; Superbe compromis entre violence & mélodie, intensité & temporisation. Dans la tradition frenchy du genre, le combo s'exprime à travers des paroles en langue maternelle, engagées et poétiques, qui doublées par les fortes aspérités du jeu de guitare, évoquent les intonations touchantes et les traits du visage d'Amanda Woodward. Déversant leur désespoir à grands coups de saturations ("Parlez De Cordes", "Nos Epaules Meurent") et de mélodies cristallines emo as fuck ("Perdre Le Sens Surtout", "Il A Songé A Représenter Les murs Par Des Histoires"), les gaziers sont bien loin de tomber dans la complainte grandiloquente et affirme leur singularité via des incursions rock'n roll jouissives qui font la différence (pensez The Death Of Anna Karina). Le groupe dévoile de nombreuses facettes comme autant de cordes émotionnelles à son arc/âme. Le lyrisme et la mélancolique occupent leurs strates, bien en place, mais les couleurs de ces dernières sont indubitablement parasitées par des pigments crus et rageurs. Ainsi, The Third Memory engendre un hardcore tout en nuances, dont les variations sont de prime palpable à travers l'interêt particulier apporté au chant, braillard, dont le souffle, rauque et acide, est parfois troublée par des lignes plus claires amenées avec classe.

Si les titres du 4 Ways Split II avaient un peu de mal à trouver une vraie contenance, la faute à une efficacité bridée par le manque d'originalité, ce premier album remet les pendules à l'heure et prouve que The Third Memory possède bien les ressources que l'on pouvait seulement deviner. Unique bémol, le son un peu étouffé/quincaille de la batterie, dont les rythmes soutenus auraient mérité un traitement plus avantageux. Mis à part ce détail, qui d'un autre côté confère une certaine authenticité au propos, The Third Memory rassemble largement assez de braises pour tenir l'hiver.

Télécharger : Nos Epaules Meurent

A écouter : Nos Epaules Meurent