Chroniques
Pochette Arkhipov
Pochette Summerland
Pochette Fearmonger
Pochette The Talkies
Pochette Vesica Piscis
Pochette Bernard Minet Metal Band Pochette No Good To Anyone
Découverte
Pochette Discography

logo The Streets

Biographie

The Streets

The Streets représente le projet d'un seul homme, le jeune britannique de Birmingham, Mike Skinner. Véritable révélation de la musique urbaine, Skinner mise énormément sur les machines comme les samplers conférant à sa musique des forts tons électroniques. Soutenu par un flow Hip Hop scandant des textes engagés, ses disques se veulent le reflet du quotidien de la middle-class anglaise dont il est issu, entre critique sociale et dérision. Son deuxième opus, A Grand Don't Come For Free, a confirmé le succès amorcé par Original Pirate Material en 2002. En 2006, sort le très attendu The Hardest Way To Make An Easy Living suivit par Everything Is Borrowed en 2008.

Chronique

18 / 20
10 commentaires (18.25/20).

Original Pirate Material ( 2002 )

Si l'Angleterre est une terre davantage renommée pour sa scène (pop) rock, elle est également le lieu de naissance du flow de  Mike Skinner aka The Streets. Bien loin des gimmicks d'une bonne partie du rap US comprenant grosses voitures, bimbos et autres attributs plaqués or, The Streets propose un Hip Hop humble, construit avec 3 fois rien et d'une profondeur saisissante.

Original Pirate Material est le premier manifeste d'un jeune londonien issu de la classe moyenne exprimant ses convictions à travers des textes vindicatifs, cinglants et inspirés d'une flopée de pensées et constats sur les réalités sociales de son pays (chômage, drogue …). Pourtant, la musique de The Streets est loin d'être haineuse et ne tombe pas dans le piège de l’expression d’une rage brute et superficielle. En effet, ce sont bien souvent des sentiments de mélancolie, de tristesse et des émotions à fleur de peau qui se dégagent de Original Pirate Material. The Streets laisse même sous entendre avec humour quelques lueurs d'espoir à l'image des quelques appartements éclairés, empêchant l'immeuble de banlieue représenté sur l'artwork de sombrer dans l'obscurité totale, synonyme d'oublie.

"Turn The Page" introduit magistralement l'univers de The Streets et montre à quel point Mike Skinner parvient à captiver sans user d'artifice. Un beat simple mais appuyé et des samples électroniques aériens soutiennent un flow très particulier (à l'accent "british") exprimant avec sincérité une énergie désespéré et belle à la fois. Malgré cette simplicité apparente qui rend presque "triviales" les compositions du jeune anglais, Original Pirate Material est un riche vivier musical à la croisée du Hip Hop, de l'electronica, du garage (UK bien sûr) et des rythmes two-step voire drum'n bass. On y trouve même des sonorités dites "joués" à l'image des nappes de pianos tantôt syncopées sur "Has it come to this ?", tantôt jazzy sur le tragique "Weak become heroes" ou des cuivres troublants sur "Let's push thing's forward". Il en ressort une musique hybride dont l’atmosphère devient garante de la cohérence  de l’ensemble.

Le magnifique et très addictif "It's too late", dont le roulement de tambour sonne comme retentirait le glas, démontre à quel point la musique de The Streets peut nous toucher en plein coeur. A côté de cet aspect quasi dramatique et émotionnel, véritable composante de l'état d'esprit mis en avant, The Streets sait accélérer le rythme et le flow à travers une série de courts morceaux théâtraux et bondissants. Véritables électrochocs qui ne manquent pas d'humour, ces passages traitent non sans une certaine ironie du réalisme social cher à leur auteur. En guise d'aboutissement, "Stay Positive", vient conclure la réflexion existentielle entreprise par Original Pirate Material : "Just trying to stay positive".

Original Pirate Material est bien plus qu'une suite de très bons morceaux, il s'agit de la découverte d'une âme et de l'introduction d'un univers à vif dont les lignes sont livrées avec sincérité et talent. A 22 ans à peine, Mike Skinner signe une oeuvre profonde et riche qui donne raison à sa persévérance et à ses années passionnées de bidouillage de boucles et autres samplers.

A écouter : Turn the page - Has it come to this - It's too late