Biographie

The Spirit Of Versailles

Tanner Olsen (Guitare)
Eric Evenson (Basse, Guitare)
Bj Anderson (Chant)
Matt McFarland - John Theis (Batterie)
Tim Jewell (Basse)

The Spirit Of Versailles est une formation screamo hardcore originaire de Souix Falls (Dakota, USA) active entre juillet 1998 et octobre 2001. Le combo joue son premier concert en septembre, peu de temps après sa formation, avec At The Drive-In. Rapidement, John Theis remplace Matt McFarland à la batterie et le groupe enregistre alors une série de 7" dont 2 splits aux côtés de Saqqara et Rise From Ruin. Fin 1999, suite au départ de Tanner Olsen, Eric Evenson prend place à la guitare tandis ce que Tim Jewell de Saqqara prend le poste de bassiste. Le groupe conservera ce line up jusqu'en 2001. En 2003, sort une double CD posthume rassemblant tous les titres (29 au total) de The Spirit Of Versailles.
Les membres de The Spirit Of Versailles ont également joué dans Caligari, Examination Of The..., In Loving Memory, Eclipse Of Eden et The Hareste. Aujourd'hui, une partie du line-up est active au sein des excellents Across Tundras.

Chronique

16.5 / 20
1 commentaire (16/20).

Discography ( 2003 )

Si The Spirit Of Versailles est sans aucun doute moins connu et reconnu que Saetia ou Orchid, le combo de Souix Falls est pourtant, au même titre que les précités, un précurseur et un pilier inscrit en lettres de feu au panthéon du genre emo hardcore. Ce double CD discographique ravive la flamme pendant 29 coups de tonnerre incandescents et tonitruants qui ont largement participé au modelage du paysage screamo.

Les dix premières compositions, retraçant les débuts fulgurants des américains, se caractérisent par cet éternel tiraillement entre violence contenue et irruption de colère, entre spoken words désabusés et rugissements âpres à gorge déployée. Un chant terriblement marquant dans un ton grave, témoin et vecteur d'un mal être extériorisé jusqu'au dernier souffle. On pense inévitablement à Saetia dans ces tirades parlées / chantées, mais The Spirit Of Versailles cultive la différence dans une manière caractéristiques de rester quelques instants sur le fil, en équilibre instable entre prononciation claire et écorchée. Une tendance source d'émotions vives qui atteint des sommets sur le culte "There Goes Rhymin' Simon" et son phrasé ("Something wrong, I'm sorry, I don't know why") asséné avec un désespoir touchant et sincère. Il en va de même pour l'instrumentalisation oscillant entre ébullitions corrosives et mélodies bien senties.
Au delà de ce premier acte, The Spirit of Versailles change son fusil d'épaule en optant pour des vocaux diamétralement opposées dans le genre. D'un timbre rude et obscur, le grand écart est fait vers des frasques suraigües (et c'est peu de le dire) un peu caricaturales mais qui font leur effet "barbelés sur tympans". En parallèle, l'orchestration gagne en volume et en profondeur avec un son crépitant et parsemé de larsens particulièrement dense lors des envolées tempétueuses. Le chant clair s'est entiché d'un écho particulier qui lui confère un aspect lointain, un artifice qui sera allégrement usité chez Across Tundras, formation surprenante composée d'anciens Examination Of The... et The Spirit of Versailles (pour ceux qui n'auraient pas suivi).

Indispensable dans une discothèque emo hardcore digne de ce nom, ce double album retrace l'existence haute en couleurs d'un groupe qui a su creuser son propre sillon à la fois sensible et fougueux, quelque part entre ceux de Saetia et Frail.

A écouter : A Form Of Closure - There Goes Rhymin' Simon - Recite This Dialogue