Biographie

The Spectacle

The Spectacle n’est plus. Rejeton norvégien de feu Refused, The Spectacle et ses 6 membres est en quelque sorte « The Shape Of Punk That (finally) Came » : radicalement engagé et inventif. La route de ces trop méconnus nordiques a croisé celles de Catharsis et Requiem en live ou au sein de CrimethInc, collectif anarchiste aussi responsable de la sortie dans les bacs de productions de Zegota, Face Down In Shit ou encore Timebomb. En 2006, le groupe décide de disparaître après la livraison d’un second et ultime album et une tournée européenne, persuadé d’avoir fait le tour de son message. En à peine six ans d’activité, le projet des norvégiens aura posé sur son époque un regard sombre et sans concession, que chaque écoute rappelle comme un méchant coup de griffe en pleine face, pour qu’enfin nous ouvrions les yeux et fassions face. Now all we need is courage and a brick…

Chronique

16.5 / 20
2 commentaires (16/20).

I, Fail ( 2006 )

"You are under my skin / clenching all my nerves / closing them tightly / there is nothing left to feel
I run for every secret world/ I gasp for every breath I take / and it gets harder / so hard to breathe
[…]
Tired of hiding everyday / weary of being afraid of you
But there is will and effort / now all we need is courage and a brick
To breathe strength and beauty into all our lives
And the day will come / when the fear is gone and we will not run
You've got some nerve walking in these streets / how can we sleep at night? How can we sleep? What is our dream?"

 Toute la rage et l’engagement de The Spectacle sont déjà perceptibles dès Courage and a brick. Deux minutes et quelques d’un Modern Hardcore viscéral  qui, s’il fera un temps penser à Converge dans ses ralentissement glauques tient sûrement plus de la scène suédoise que la musique des américains. Confusion sûrement due à la voix très variante d’Andreas Bakkemo, même si musicalement la comparaison n’a vraiment rien de choquant. Ce que nous entendons là c’est surtout l’héritage de Refused et Breach, mais aussi du early Cult Of Luna.

 De Refused, The Spectacle aura repris l’anti-conformisme au service d’un engagement total. La musique se veut ici libre de tout carcan. Là où une foultitude de groupes n’auront saisi que le coté « dance wok’n woll (Wooo !)» catchy d’un New noise, le sextet norvégien reprend lui le flambeau d’un hardcore ultra inventif et ouvert (When Every Move Is Anticipated, Courage and a Brick). Celui là même qui, depuis 1998 et la sortie de The Shape Of Punk To Come, a inspiré tant de formations sans jamais totalement trouver d’héritier digne de ce nom, laissant ainsi le groupe de Dennis Lyxzén un peu seul au monde dans sa singularité.
De Breach, nous retrouvons structures alambiquées, moments très abrasifs et directs, basse organique (Flag of Defeat) et certains éléments Post propres au groupe.
De Cult Of Luna, ce sera la noirceur extrême des débuts éponymes qui transparaîtra (deuxième partie désespérée de All towers must fall), ainsi que certains éléments de la musique même : l’interlude au violoncelle et guitare sèche de Flag of Defeat ou de I, Fail, leurs backing vocals torturés… Sleep n’est pas loin. On entendra même quelques sonorités qui pourront faire penser à leurs collègues d’anarchie Catharsis (le déboulé fulgurant à la double pédale de la punkisante From sandbox to laboratory). Et toujours ces penchants très Post-quelque chose aux mélodies cristallines tantôt éthérées, tantôt lancinantes (Self and other).
Le projet The Spectacle, car il s’agissait bien de cela tant l’engagement du groupe débordait du simple cadre musical (qui a dit Refused ?), se crée un son atypique nourri d’influences glorieuses aisément identifiables sans que l’on puisse lui en faire le reproche. Là est la grande force de ce disque. De plus, tout y respire la sincérité et le groupe y met tout ce qu'il a. Cela se sent, cela s’entend. Cela se lit aussi. Les textes, désespérés et rageurs du groupe prennent l’auditeur à la gorge au travers de l’interprétation totale du chanteur. Peut être simplistes aux yeux de certains, ils sont habités d’une conviction à toute épreuve.

 I, Fail est un album dont l’écoute est plus que fortement recommandée tant pour son aspect musical d’une très grande qualité que pour sa portée symbolique éminemment politique et sociale. Ceci dit, aucune chronique n'arrivera à retranscrire le feeling dégagé par son écoute. Le reste ne dépend donc que de vous.

 

"We thank you for now, and see you at the barricades! All we need is courage and a brick.
Yours truly, The Spectacle."

A écouter : La rage au ventre.
The Spectacle

Style : Hardcore / Post Hardcore
Tags : -
Origine : Norvège
Site Officiel : the-spectacle.com
Myspace :
Amateurs : 7 amateurs Facebook :