logo The Organ

Biographie

The Organ

Groupe formé à Vancouver sur les cendres de Full Sketch en 2001, The Organ n'aura eu qu'un temps de vie très court couronné en 2004 par la parution d'un unique album. Cela n'aura pas empêché les cinq jeunes femmes de rencontrer un certain succès, notamment grace à son titre Brother entendu dans la bande son de la série télévisée "The L World". Séparé en décembre 2006, The Organ reviendra pourtant dans les bacs avec de la nouveauté en 2008 à l'occasion de la sortie d'un EP posthume constitué d'inédits.

Chronique

15.5 / 20
1 commentaire (14.5/20).
logo amazon

Grab That Gun ( 2004 )

Cinq ans, un EP et un album. Vu de l’extérieur, c’est tout ce à quoi peut être résumé The Organ. Le récent EP posthume paru en 2008 ne doit pas feinter son monde : le quintet canadien appartient bien au passé.

Enième groupe en « The » apparu au tournant du siècle, l’orientation musicale de ce Grab That Gun ne laisse à priori que peu de place à la surprise. Et pourtant les cinq jeunes femmes ont ici la délicatesse de ne pas nous servir l’habituelle soupe rock british à la sauce eighties jouée par une bande de nerds estampillée MTV, quelque soit sa déclinaison. On les en remercie déjà. Mais que l’on ne s’y trompe pas : le groupe est loin de jouer une musique des plus modernes.
Guitares cristallines, basse simple et solide, apparitions de clavier cheap, effluves au croisement du Post punk et de la New Wave, tristesse palpable et sans artifice malgré une diction fatiguée et maniérée… impossible de se tromper : l’ombre des défunts Smiths et Cure (ah non, il parait qu’ils sont encore là eux) plane sur l’œuvre des jeunes vancouveroises. Et dire qu’on nous promettait quelque chose de neuf, ou tout du moins de différent… les canadiennes ne proposeraient finalement ni l’un, ni l’autre? Bien au contraire.
Si The Organ n’invente rien et peut même frapper par le jusqu’au-boutisme de sa démarche tant on croirait sa musique tout droit sortie d’un transistor londonien courant 1983-84, dur de résister à la brise fraiche que viennent nous souffler cette poignée de compositions dans la nuque. Pas ou peu d’éléments nouveaux ajoutés à une recette vieille plus de 25 ans, un timbre directement emprunté à Morrissey, mélodies mises à nu et pourtant, pas une seule fois nous n’auront véritablement cette désagréable impression de réchauffé tant redoutée. Plus que de plagiat des ainés, il faut d’avantage parler ici de réactualisation, un peu comme ont pu le faire les ibériques de Delorean avec le versant le plus électronique des années 80.
Jouer « comme du temps de papa » est l’évidence même pour The Organ. Le feeling comme les sonorités sont connus de tous et le groupe en joue à merveille pour faire mouche à la première écoute, fort d’influences parfaitement digérées mais n’empiétant pas sur la spontanéité de l’ensemble – chose que l’on aura pu reprocher récemment aux néanmoins très bons The Pains Of Being Pure at Heart par exemple. Les cinq The Organ jouent une musique qu’elles connaissent et, plus important que tout, qu’elles aiment. Rien de plus. Il ressort de fait une délicieuse impression de simplicité et de grande maitrise de ce disque terriblement mélancolique.

Steven smith, Brother, Love, love, love, I am not surprised, Memorize the city… soit autant de titres désabusés, exécutés avec une nonchalance classieuse (l’aura de The Smiths, encore) des plus délectables. The Organ joue un rock décharné et frissonnant venu d’une autre époque avec une fraicheur que peut être seules auront su garder les formations n’y ayant pas survécu. Grab that Gun ramène avec délicatesse un héritage fragile, et de nos jours souvent corrompu, jusqu'à à nos oreilles. L’émotion reprend sa place là où elle semblait avoir été supplantée chez d’autres groupes par des mélodies piochées dans la discographie des ainés sans plus chercher à y mettre de  fond. En fin de compte Grab that Gun est un juste très bon album, un point c’est tout.

A écouter : Oui
The Organ

Style : Indie / Pop / New Wave
Tags : - -
Origine : Canada
Myspace :
Amateurs : 3 amateurs Facebook :