Albums du moment
Pochette Spotted Horse
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Our Voices Will Soar Forever Pochette Back In Business

Biographie

The Monroe Transfer

The Monroe Transfer est un groupe à 7 visages, issu du coeur de Londres. Fasciné par les productions de Godspeed You! Black Emperor, Mono ou encore Low, les Anglais vouent une obédiance certaine au Post-Rock à cordes, lancinant, tout au long de longues pièces instrumentales. Oeuvrant dans un esprit DIY, The Monroe Transfert est signé sur Organ Grinder Records qui sort Trials, le dernier album en date, en mai 2010. La même année, ils entament une tournée nationale aux côtés de Her Name Is Calla.

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire

Trials ( 2010 )

Dans une récente interview au Daily Growl, Nick Gill, membre fondateur et tête pensante de The Monroe Transfer, déclarait (en anglais dans le texte) : "I’d like to think I’m good enough to be a classical composer, but I’ve not had any classical training, so writing it is all basically theft, I’d imagine. Everything I’ve written has come from listening to other bands". Une façon honnête, et plutôt humble, de reconnaître qu'il ne reste désormais plus beaucoup de place à l'imagination sur la scène Post-Rock actuelle. Une manière, également, de dénoncer ô combien les Canadiens de Godspeed You! Black Emperor ont tué le genre dans l'oeuf. Le 3e album de The Monroe Transfer, Trials, ne dit rien d'autre, étincelant ripoff du collectif de Constellation, qui n'en finit plus de faire des émules outre-Manche.

Trials prolonge une certaine idée de l'orchestration à cordes, telle qu'édictée par ses aînés : violons et violoncelles se taillent la part du lion, les mouvements de leurs dialogues imprimant le rythme des six compositions qui dessinent l'album. Prélude sec et menaçant, Goodbye, Faithful Kingdom! ouvre la voie aux 16 minutes du somptueux These Are The bright Stars (& This Is How to Find Them), construit, pour sa part, sur un schéma classique de montée en puissance des cordes, sous-tendue par le martèlement progressivement virulent des peaux. L'application consciencieuse de l'élève n'interdit cependant pas la digression, comme en témoigne l'emballement inattendu, et presque autonome, des instruments, au tiers du morceau, quand tout semblait joué d'avance. La lente descente qui suit rend ses lettres de noblesse au genre, aterrissant au final sur le silence d'une guitare, brodé sur un apaisant tapis sonore.

Trials a déjà été entendu mille fois, la chronique de cet album déjà lue tout autant. Cependant, à l'instar de leurs compatriotes de Her Name Is Calla ou de The Pirate Ship Quintet, The Monroe Transfer est un témoignage plus que légitime de l'acharnement quasi-thérapeutique dont font preuve les jeunes pousses anglaises pour tenter de faire (re)vivre la scène canadienne. Que penser d'autre, à l'écoute de 6 Alarms et de son sample monotone qui explique le comportement à adopter en cas d'alerte nucléaire dans une usine ? Le procédé est usé, il servait de fil conducteur lors des narrations de Godspeed, qui avait déjà tout dit sur l'EP Slow Riot for New Zerø Kanada (1999). Il s'écoute, plus de 10 ans après, avec d'autant plus de facilité que les arrangements ne semblent jamais forcés, que le désir de bien faire transparaît dès la première découverte des deux longues pièces autour desquelles gravite Trials. La seconde, Frozen Field, Burning Field, alterne entre montées de façade et fausses descentes; 23 minutes durant, l'hommage a rarement été aussi intense. Les vapeurs qui l'entourent sont le préambule et la conclusion qui façonnent le décor; anecdotiques mais indispensables à la compréhension de l'ensemble.

Conscient des difficultés qui cernent son groupe, Nick Gill se montre lucide sur ce qu'est The Monroe Transfer. Voué, comme tant d'autres, à être constamment oublié, il ne peut miser que sur une promotion réduite et sur sa passion pour lui donner une consistance.  Loin d'agir en dilettante, il accorde un soin particulier à chaque chose qui l'entoure; en témoigne le magnifique packaging de tissu, fait maison, qui entoure le disque. Comme un cocon, qu'il faudra briser, presque à regret, pour que naisse et prenne forme l'histoire.

Trials est en vente sur le site de Organ Grinder Records. Pour 10 malheureuses livres (fdp), le packaging vaut à lui seul l'achat. Il peut également être écouté en intégralité sur Bandcamp.

A écouter : "These Are Bright Stars (& This Is How to Find Them), Frozen Field", "Burning Field"