Albums du moment
Pochette Street Heat
Pochette Necroceros Pochette Vivre Encore
Chroniques
Pochette animus
Pochette W Śnialni
Pochette I
Pochette Silent Running
Pochette Stillness
Pochette La Joie Pochette Hategod Triumph

logo The Hippos

Biographie

The Hippos

The Hippos se forme en 1997 à Orange County (Californie, USA) autour du chanteur /guitariste/ compositeur/producteur Ariel Rechtshaid.
Ce dernier s'entour de musiciens ska avec une touche d'originalité notamment par l'apport d'un percussionniste (qui n'est d'autre que Brandon Bairian, qui a travaillé avec The Specials et The Toasters) et d'un clavier.
On retrouve bien sur trompettes et trombones, mais plus généralement uniquement sur scène car le groupe connaît beaucoup de vas-et-viens de personnel.
Cette même année le groupe sort son premier album Forget The World qui compose très adroitement le ska, le punk et la pop.
2 ans plus tard, le groupe publie Heads are gonna roll qui sonne assez fortement comme le premier album mais sans percussionniste et avec plus de synthétiseur. Ce deuxième album marque un début de reconnaissance pour le groupe qui se voit offrir pour la première fois un clip avec le titre "Wasting my life" qui tournera pas mal sur MTV.
En 2002, le groupe annonce sa séparation, mais en milieu d'année le groupe modifie un peu son avenir et décide d'enregistrer un dernier album avant de se séparer.
Ainsi né l'album éponyme, qui représente donc le testament du groupe.

Chronique

The Hippos ( 2003 )

Gros virage pour ce cet ultime album qui sonne la fin de la période ska pour le groupe. Autant vous le dire tout de suite, cet opus sonne power-pop et ne contient plus aucun cuivres.
Par contre un gros travail a été fait sur la voix à l'aide de programmations bien senties et par quelques samples habilement dissimulés. Ces effets de voix sont surtout basés sur l'effet dit 'phaser', remis au goût du jour par Korn sur Issues et popularisé par Madonna dans son dernier album.
Que les vrais fans du groupe se rassurent, ce changement était prévisible sur leur dernier album avec notamment les derniers titres de l'opus mais il est vrai que beaucoup de choses ont changés.
Toujours pour rester sur cette voix, Ariel a énormément travaillé et devient maintenant un très bon chanteur grâce une tessiture très riche et polyvalente.
Musicalement, le groupe perd de son originalité pour retomber dans un style plus conventionnel mais toujours avec sa propre touche personnelle. Cela dit, difficile à l'écoute du troisième titre "hold on" de ne pas penser à du Weezer sur leur très single "Island in the sun".
En vrac, le son des groupes power pop Hagfish, Veruca Salt, Weezer ou encore Ash vous donneront une idée quant au son de l'album… De toute manière le groupe ne vous prend pas en traître ne serait-ce qu'avec le premier morceau "We're here" qui vous mettra dans le bain avec sa voix déformée et son son pop-rock.
Artistiquement, Ariel progresse énormément à la guitare et à la voix, par contre nous perdons beaucoup au niveau du bassiste (fini le slap à outrance du premier album) et de la batterie (pourtant d'une rapidité et d'une finesse somptueuse sur Heads are gonna roll).
La production quant à elle reste très propre et nous démontre encore une fois le talent d'Ariel qui a décidément beaucoup fait pour cet album.

Pour finir quelques petites remarques sur le disque en lui-même: tout d'abord, petit clin d'œil, vous retrouverez une petite phrase en français sur la pochette, pochette que vous n'êtes d'ailleurs pas près d'avoir entre vos mains car la distribution risque d'être très limitée (pour ma part je l'ai acheté sur www.thehippos.com) et enfin le disque contient 10 titres originaux enregistrés pendant la session de l'album mais nous retrouvons également 5 morceaux bonus sans aucun doute pris pendant les sessions de Heads are gonna roll.
Ces derniers titres sonnent de façon similaire au contenu de l'album malgré leur âge, il se peut donc que ces morceaux n'aient pas figuré sur l'album précédent de peur de choquer leur public.

Au final, c'est un très bon disque, certes il ne contient plus un gramme de ska ou de punk, mais le travail effectué est remarquable.
Ceux qui apprécient le groupe, qui ont aimé le dernier Rx Bandits ou qui ont quelques accointances avec la pop seront ravis; pour les autres: circulez, y a rien à voir.

A écouter : We're Here ; Summertime ;
The Hippos

Style : Power Pop
Tags : -
Origine : USA
Site Officiel : thehippos.com
Amateurs : 1 amateur Facebook :