logo The Fantastikol Hole

Biographie

The Fantastikol Hole

Créer une musique qui transcende la strict définition des genres et compile des influences aussi variées que Napalm Death, Voivod et Autechre, telle est l'idée directrice de Yann H. et Yan A.. La première pierre est posée en 2003 avec "Hole in the all", d'autres morceaux sont composés à l'arrivée de Sylvain D. (guitare) et Patrice J. (batterie acoustique) au sein de The Fantastikol Hole.
Ayant déjà participé à des projets reconnus (Ihan, Stille Volk, "O", Je), les français produisent un grindcore expérimental avec pour credo de ne pas s'intéresser à la technique, seulement au résultat. Cette recherche débouche sur Mathematikol Oil (2005, Basement Apes Industries). Le groupe a depuis enchainé quelques splits (avec ESB, avec Shallnotkill, Moon et Tekken et enfin avec Yattaï) avant de marquer une pause. Le combo n'est pas mort pour autant puisqu'un split avec Brumese est prévu pour fin 2009 / début 2010.

15 / 20
2 commentaires (16.25/20).

Split avec ESB ( 2007 )

Schyzophrène et caractériel, le grindcore lunatique de The Fantastikol Hole avait, à défaut d'avoir convaincu tout le monde, posé les bases d'une marque de fabrique originale à la croisée de nombreuses influences assumées. ESB semble emprunter les mêmes travers versatiles et imprévisibles, ce qui fait de ce split album de pas loin de 30 morceaux, un pur concentré de haine nourrie d'une énergie primitive et immédiate mais également marqué par des digressions surprenantes mais bienvenues.

Les premières salves d'ESB sont sans détour, viriles et brutales ; retournement de cervicales assuré. Riffs heavy à la Pig Destroyer, batteur surhumain (celui de Elysium) jouxtant la boite à rythme insatiable d'Agoraphobic Nosebleed, ESB serre la gorge à deux mains et vomi son acide par grandes gerbes de hurlements gutturaux pas humain pour un sou et d'attaques vocales plus insidieuses, aboyées et virulentes. Un tact certain pour en mettre plein la vue donc, mais également pour prendre à revers via des breaks complètement incongrus jouant sur les silences et des mesures rock dégraissées jusqu'a l'os qui semblent "donner le La" aux déferlantes qui font bien souvent suite. ESB utilise les contre temps à la perfection tout en maitrisant rigoureusement l'alternance des mélodies sombres et prenantes au tempo ralenti avec les catapultages de parpaings en pleine face ("Carne"). Le combo se permet même d'engager un morceau épique ("Target"), à placer pas bien loin des ténors de la scène crust galicienne (Ekkaia, Blünt, Madame Germen), avec un certain succès. Sans jamais s'essouffler, en suscitant la curiosité en chaque instant et en maintenant une certaine spontanéité, ESB marque le coup et les esprits.

The Fantastikol Hole, dont la progression est discernable dès les premiers morceaux, régurgite une musique davantage typée "metal", fortement marquée par la virulence héritée de Pig Destroyer et la rétention haineuse d'un Today is The Day. Le trio semble avoir trouvé sa place en se débarrassant de la plupart de ses influences grossières tout en conservant sa nature versatile. Bien plus cohérents, les morceaux prennent cette fois ci le temps de peindre une véritable atmosphère. A l'image des précédents assauts d'ESB, Fantastikol Hole, s'appuie largement sur les breaks répétés tissant une toile entre les pilonnages et les ambiances ténébreuses joliment servies par l'effort de sampling. En restant créatif et imprévisible, The Fantastikol Hole évite le piège de la violence gratuite et facile. Ce n'est pas chose donnée à tout le monde dans le genre.

De part sa radicalité certaine, ESB / Fantastikol Hole contentera sans mal les vieux briscards sifflotant Nasum sous la douche comme les amateurs de choses davantage nuancées, pensez Genghis Tron, pensez Trencher.

ESB : Page MySpace.

A écouter : Les 2 groupes

Mathematikol Oil ( 2005 )

Les genres musicaux dit "extrêmes" sont autant de pentes périlleuses sur lesquelles dérapent une multitude de formations qui s'embourbent dans des caricatures ou des surenchères. Le grindcore ne fait pas exception à la règle. Malgré cela, les ricains de Genghis Tron et leur grind digital ont démontré qu'il était encore possible de rester novateur dans le style. The Fantastikol Hole semble vouloir réitérer en proposant un grind hybride faisant appel au sampling.

Les gars de The Fantastikol Hole qualifient leur musique de grindcore expérimental et il faut bien avouer que les garonnais tentent de nombreuses pirouettes sur cette galette. En effet, tout au long des 27 morceaux d'une minute en moyenne, le combo s'adonne à diverses recettes métalliques : Riffs Thrash, vocalises Death, Grind avec blasts de boite à rythme à la Agoraphobic Nosebleed, Hardcore chaotique à la The Locust, Electronica et Ambient bien glauque. Bref, tout y passe et avec à chaque fois un relatif succès. Malgré cette tendance à vouloir toucher à tout, The Fantastikol Hole parvient à rester bigrement cohérent notamment grâce à une atmosphère obscure, industrielle et bien huilée à l'image de l'artwork.

The Mathematikol Oil est en conséquent un album complexe qui ne s'apprivoise pas immédiatement. La brièveté des morceaux fait qu'on a pas vraiment le temps de s'y habituer et par la même occasion, de s'ennuyer. Quoi qu'il en soit ils ont tous un goût prononcé de "revenez y" en partie du aux nombreuses réminiscences engendrées par des influences très variés. Les références que le groupe met en avant sont nombreuses et vont de Today is the day à Autechre en passant par les vieux classiques que sont Black Sabbath, Slayer ou Nasum. Toutefois, la personnalité du combo réside bien dans le fait d'articuler des plans diverses et tant pis si de temps en temps ça sonne un peu trop X ou Y.

Bien évidement les amateurs de schémas bien conventionnels trouveront la tendance déroutante, voir de mauvais goût, pourtant The Mathematikol Oil est loin d'être un album sans queue ni tête. Ce dernier s'adresse aux auditeurs de metal à tendance extrême qui aiment découvrir de nouveaux horizons. Quoi qu'il en soit The Fantastikol Hole laisse une belle carte de visite qui ne demande qu'à être plus distinctement imprimée.

Page MySpace.

A écouter : pied au plancher !