Biographie

The Elektrocution

The Elektrocution vient de Rouen et pratique un (hard) rock on ne peut plus américain (ou Suédois si vous êtes moderne) ; a 5 ils ressuscitent The Stooges, Rolling Stones  et nombre de groupes ayant pratiqué le rock avant eux.
En 2005, après deux EP, le groupe sort son premier album : Open Heart Surgery ; 11 titres rock au possible.

15.5 / 20
0 commentaire

Rise To The Sun ( 2009 )

Le rock'n roll, celui qui se sent le foutre, la testostérone et la gomina à le vent en poupe en ce moment en France. Après Firecrackers le retour de The Elektrocution sur un 6 titres et après 4 ans d'absence discographique devrait ravir les amateurs du genre.

Alors qu'attendre d'un groupe qui joue du rock'n roll en 2009? Qu'il le fasse bien pardi! Et sur ce point les Rouennais n'avaient certes pas grand chose à prouver mais dès le premier titre on pourra constater que le groupe a passé un cap. Plus rock, plus naturel, plus groovy, … un peu plus de tout, certes c'est le même groupe mais en mieux.
Sur les 6 titres 4 sont des compositions originales, et deux des reprises : Panic (The Smiths) et I Don't Need A Doctor (Ray Charles). Et à dire vrai les nouvelles compos sont au dessus des reprises.
Car entre un Somewhere Else et son coté suave lancinant, un Rise To The Sun que n'aurait pas renié un Eagles Of Death Metal, un Out Of Breath pied au plancher façon MC5 et Bitting The Dust et ses petits cotés The Jesus and Mary Chain il y a de quoi se régaler.

Varié, groovy et toujours une ode au rock (avec un spectre très large) The Elektrocution réussi un retour qui devrait en laisser plusieurs sur le carreau. Le groupe a clairement gagné des galons. Et attendez, on ne vous a même pas dis le prix de ce 6 titres : 5€, what else?

A écouter : Rise To The Sun, Out Of Breath, Bitting The Dust
14 / 20
1 commentaire (14/20).
logo amazon

Open Heart Surgery ( 2005 )

Putain, putain, je suis à la bourre pour ma chronique de The Elektrocution, vite j’attrape mon blouson en jean, une bouteille de Chivas (ceci est de la fiction - mais imaginons du Chivas à la place d’un infâme whisky à 10€ la bouteille) et j’appuie sur play. Woooohhh, rock’n roll baby, bouge ton corps et monte sur la table.

J’avais vu les bougres peu avant la sortie de cet album (chronique ici), difficile après de vraiment se mettre dans le bain avec l’album. En effet, Elektrocution est le genre de groupe rock’n roll qui se vit live, pas le genre estampillé « renouveau rock 2005 », non non ici pas de hype, pas de mode si ce n’est l’indémodable esprit rock’n' roll (esprit en plein déclin dans notre hexagone aux bords décidément de plus en plus lisses).
Ces Rouennais, semblant venu de Seattle, avec ce Open Heart Surgery, viennent donner une bien belle leçon à la tripotée de groupes se vantant d’être rock avec leur mèche de cheveux calculée au millimètre, leur look stylé et leur nom forcément débutant par « The ». Car même si ce si fameux « The » est bien présent dans le nom, on est bien loin de la vague des The Vines & cie. Le rock est ici rugueux et rauque, abrupt et sans concessions, on dira merci à The Stooges pour avoir enfanté d’un tel bâtard.
Ne vous attendez pas à un groupe novateur, même si un interlude à moitié électro viendra semer le doute, ce groupe fait dans le rock, ou plutôt hard rock, pure souche, que dire de plus? Vous n’aimez pas ce style, éloignez vous de cet album, pour les autres approchez on va swinguez, vous prendrez bien une petite lampée ?

Ce Open Heart Surgery, premier album de The Elektrocution a la classe, rock jusqu'à la pochette (version moderne des pochettes des Rolling Stones, non ?), ça sent la sincérité sur chaque riff, et même si pas d’une grande originalité il ravira les amateurs du genre. Le rock français trouve ici un très bon représentant, Lazy et ces derniers montrent que la France a un véritable potentiel rock’n' roll, à vous de faire le reste.


Des titres à écouter ici.

A écouter : Enfum et alcoolis (avec modration non je dconne).