Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories

logo The Black Zombie Procession

Biographie

The Black Zombie Procession

Nasty Samy : guitare
Ben Dalstein : batterie
Jérémie Dalstein : basse, choeurs
Forest Pookies : chant

Conçu au début comme échappatoire de Nasty Samy (ex guitariste de Second Rate et Lost Cowboy Heroes, ex bassiste de Hawaii Samurai et actuel bassiste des Hellbats), The Black Zombie Procession est rapidement devenu un projet à part entière quand Ben Dalstein (batteur des Flying Donuts) et Sylvain Bombled (ex chanteur/guitariste de Second Rate et actuel batteur de Generic) se joignent à lui et se décident dans la foulée à enregistrer un album.
Kicking Records leur permet de concrétiser cela en leur proposant un deal pour la sortie de leur première galette 13 titres: We Have Dirt Under Our Nails From Digging This Hole We're In. Avec l'importance que revêt rapidement le projet, la horde a faim de tournées (la première se déroulera en février 2007) et opte pour l'intégration d'un quatrième membre en la personne de l'autre frère Dalstein des Flying Donuts, Jeremie, à la basse (Nasty Samy ayant enregistré les guitares et basses sur le disque).

Forest Pookies rejoint ensuite le groupe comme chanteur lead. Un split 45 tours avec Billy Gaz Station en guise d'échauffement, et le supergroupe remet le couvert avec un deuxième album : Mess with the Best, Die like the Rest

15 / 20
1 commentaire (15/20).
logo album du moment

Mess with the Best, Die like the Rest ( 2008 )

Nouvelle livraison pour les quatre morts-vivants, deux ans déjà après leur debut-album We have dirt under our nails from digging this hole we're in.
Moyennement convaincu par leur premier Lp que je trouvais trop fouilli et proche des anciens projets de son investigateur Nasty Samy (Second Rate et Lost Cowboy Heroes en tête), la première écoute de ce Mess with the Best, Die like the Rest me réconcilie avec leur zombie-core !
Le concept n'a pas changé d'un iota : les paroles et visuels tournent toujours autour de la culture B & Z movies, Comics et films d'horreurs (visitez Everyday is like sunday le webzine de Sam, bien fourni dans le genre). Seulement les moyens ont été mis pour faire de ce second opus une réussite. Le son a été confié à Christian Carvin et l'artwork à Ed Repka (qui a déjà travaillé pour Nofx, Misfits ou Megadeth...).

Musicalement parlant, la formule est plus cohérente qu'avant. Cela s'explique sûrement par le fait que BZP est aujourd'hui un groupe à part entière, et non plus seulement le délire de Nasty Samy, même si il reste maître à bord. Deux ans de dates dans les jambes auront un peu plus soudé l'association de malfaiteurs, et on sent que chaque détail a été réfléchi avant d'être enregistré. La production est au poil et retranscrit parfaitement la puissance et la finesse du quatuor.
Difficile de décrire simplement leur musique, puisque les chansons sont parsemées de plans empruntant à beaucoup de courants différents : punk-rock, metal, thrash, voire power-pop. Rappelons que nous avons affaire à des musiciens confirmés (Second rate, Lost Cowboy Heroes, Flying Donuts, the Pookies, Sons of Buddha...) qui maîtrisent parfaitement leur sujet et possèdent à eux quatre une culture musicale à faire pâlir un mort. On en prend donc plein la tronche via des guitares acérées, une section rythmique tenue de main de fer, et la superbe voix mélodique de Forest : le véritable liant de toutes ces influences, qui a su rapidement apporter une nouvelle touche aux compositions. Il clôt d'ailleurs avec "Soul Dealer", une perle acoustique dont lui seul a le secret.
Quelques guests de choix (Elibats guitariste/chanteur de Hellbats sur "Bugs", Sylvain Bombled -chanteur de feu Second Rate et du 1er album de BZP- sur "Sheer Terror") apportent un petit plus à l'ensemble, et le seul reproche que l'on peut faire à cet album est qu'il est, comme le premier, difficile à écouter d'une traite (quasiment une heure).

Mess with the Best, Die like the Rest est toutefois un disque ambitieux et réussi. Ils ont enfin trouvé la recette du cocktail radioactif et semblent être déterminés à infecter la terre entière !

A écouter : colder than a reptile, toxic punch, bugs, soul dealer
14.5 / 20
0 commentaire

We Have Dirt Under Our Nails From Digging This Hole We're In ( 2006 )

Avec une obsession authentique et pas mal de second degré, Nasty Samy se lance dans un projet réunissant ses diverses inspirations musicales, littéraires, cinématographiques et iconographiques, autour de la thématique de l'horreur. Au passage il embarque quelques compagnons de route dans son sinistre foutoir et branche les guitares...

En ressortent 13 titres variés dont une poignée peut laisser perplexe... Si 2-3 pistes sortent de nulle part (la thrash "Zombies of the Black Order", la rétro rock 'n rollesque "Lonely Zombified Cowboy", la surfisante "If Evil is Your Black Desire") ont le mérite d'instaurer une ambiance qui colle bien aux textes et à l'imagerie horrifiques, leur intérêt artistique est plus limité (au mieux des hommages réussis, au pire de simples plagiats).
Le reste de la galette est en revanche plus alléchant. Le spectre de Second Rate plane évidemment sur l'ensemble: les émotions véhiculées ne sont pas dissemblables, un certain nombre de riffs aux airs familiers rendent nostalgiques, Bombled est toujours aussi expressif, son grain de voix toujours aussi particulier; mais l'émanation ici présente est substantiellement plus noire, plus crade, plus couillue, plus rock 'n roll. Pas franchement surprenant pour ceux qui ont suivi Samy depuis la fin de Second Rate, mais il n'empêche qu'il n'avait peut être encore jamais aussi bien marié le sombre et le mélodique que sur ce disque.
A la batterie Ben Donuts maintient habilement l'équilibre entre groove et efficacité, les effets de guitare et de basse pleuvent ("Shadow's Spawn", "Axis of Evil"...), les clins d'oeil heavy fusent, le punk rock se teinte de plusieurs couleurs... jamais flashy.

Rétro et moderne (à l'image de la reprise du "Teen Suicide Story" des Trash Brats), sexy et/ou malade, la musique de The Black Zombie Procession est pour le moins intrigante; sa variété est à la fois attirante et/ou repoussante. Nul doute que les avis et les impressions diffèreront selon l'auditeur. Certains mettront un pied dans la tombe sans problème tandis que d'autres hésiteront à franchir le pas...

Ecouter "Have You Ever Touched Dead Skin?" et "Mortal Dive" sur la page Myspace du groupe.

A écouter : ...