Albums du moment
Pochette We Already Lost The World
Pochette Desolation
Pochette Queen Of Time Pochette Geometria
Chroniques
Pochette Stranger Fruit
Pochette Until Dawn
Pochette Vile Luxury
Pochette And Justice For None
Pochette Lotta Sea Lice (avec Kurt Vile) Pochette In My Blood

logo The Armed

Biographie

The Armed

The Armed est un groupe américain de punk rock un peu violent, originaire de Detroit dans le Michigan. Leur identité reste et demeure un mystère mais on suspecte que les membres soient en réalité des anciennes stars de la chanson opérant incognito. Des rumeurs vont même jusqu'à prétendre que le groupe a été fondé par Elvis Presley et Mickael Jackson lors d'une soirée organisée par Bob Marley. Il semblerait toutefois que cette rumeur reste infondée. D'autres encore, témoins de certaines prestations live disent avoir reconnu, lors d'un concert en 2016, Janice Joplin et Kurt Cobain. Ces témoignages bien que plus crédibles que les autres ne sont pas assez étayés et n'offrent pas assez de preuves pour pouvoir affirmer leur présence au sein de The Armed. Une chose est sure : Axel Rose n'en fait pas partie.

The Armed a sorti jusqu'à lors 4 Démo : Common Enemies en juillet 2010, Young&Beautiful en octobre 2011, l'excellentissime Spreading Joy en décembre 2012, ainsi qu'An Ode to no one en décembre 2014, mais également un split CD avec Tharsis They en décembre 2013, un album live Unanticipated en juin 2016 et leur premier album éponyme en Juin 2015. Outre la qualité de ses sorties, The Armed est connu pour avoir sa discographie complète en téléchargement libre sur leur site officiel (lien bandcamp dans la colonne de droite en haut). Les adeptes de Converge, Botch ou The Red Chord devraient se délecter de ce groupe qui deviendra surement un jour une référence incontournable du genre.

En 2018, après un ajout de line up sort Only Love, deuxième album du groupe, et premier album pressé physiquement et distribué à l'internationnal.

17 / 20
3 commentaires (12.67/20).
logo album du moment logo amazon

Only Love ( 2018 )

Idée reçue sur le metal numéro 522 : "de toute manière tout à déjà été fait, c'était mieux avant, maintenant tout se ressemble." Après avoir démystifié le hardcore chaotique, encore une idée reçue que les magiciens de The Armed font voler en éclat avec Only Love.

Car niveau style, on ne va pas se mentir c'est difficile à ranger dans une case. Du Post Hardcore Electro Grunge … soit du Pheg ? On est d'accord, ça ne veut rien dire ! Une chose est sure, les Michiganais ont encore poussé la barrière de la déconstruction plus loin. Lors des premières écoutes on est saisis par ces éraillements synthétiques entrecoupés de voix chaotiques et de batterie hachée. Comme si le rejeton de l'accouplement sauvage de Die Antwoord et Queens of the Stone Age poussait son premier cri. Oui, QOTSA car il y a une grosse partie stoner rock sous-jacente, qu'on ne perçoit pas forcément aux premières écoutes d'ailleurs.

Passé le hachis d'oreille des premières fois, on découvre que ce chaos bruitiste est savamment agencé en couches de son, comme l'on peut observer des strates géologiques dans le sol. Et qu'au plus on creuse, au plus on se rend compte de la douceur du noyau de l'album. C'est à ce moment que le titre Only Love prend tout son sens.  Et après un certain nombre d'écoutes on s'aperçoit que la première pellicule, la plus cacophonique s'est presque complètement érodée. Du moins on y prête de moins en moins attention. On tombe ensuite sur une couche un peu plus brute qui donne du corps à l’ensemble, puis on perçoit après quelque chose de plus subtil qui ajoute du plaisir à l'écoute pour finalement arriver après une spéléologie répétée du disque à l'essence de son message. Et, croyez moi, si l'on prend de temps de creuser, cet album est une vraie pépite.

Ces gens ont quand même réussi à faire des chansons à la fois extrêmement chaotiques et très intenses émotionnellement, excusez du peu. C'est comme réussir à faire de la glace chaude, on n'est pas loin du chamanisme. En prêtant attention a Fortunate Daughter, qui est vraiment mon coup de cœur perso de l'album, on a quatre lignes musicales différentes et superposées, et autant de niveaux de lecture possible sur la chanson. Elle dégage une impression de douleur et de quiétude, d'amour et de haine, de passion et de tourments. Les différentes chapes sonores s'échangent d'ailleurs régulièrement leurs rôles dans un ballet auditif, certes erratique de prime abord, mais finement hiérarchisé une fois que l'on a compris la mécanique qui a été mise en œuvre. Difficile réellement de la dénominer simplement, mais à l'image de l'ensemble de l'album cette chanson est intense.

Une intensité qui est d'ailleurs due à la composition, pas à la production. Car la encore lors des premières écoutes, on se dit qu'il y a un problème. Ils ont raté le mixage, ou ils ont sabrés des fréquences au mastering. Le son semble compact, le mix parait plat, et ils le sont. L'album a pourtant été entièrement travaillé au God City Studios. (Pour ceux qui ne connaissent pas, les meilleurs albums de Converge, Kvelertak, Trap Them, High on Fire et plein d'autres ont été faits la bas). C'est donc une volonté de leur part de produire les choses ainsi. Par lisibilité musicale peut être ? Trop de basse rendait le son indigeste ? Par volonté délibérée d'érailler encore plus la musique en cradant le mix ? Par originalité ? Où simplement parce que la profondeur devait venir avant tout de la composition et non de la production ? Difficile de répondre, mais  pour sortir un album en 2018 avec ce mix il fallait sacrément avoir des baloches.

Chose dont Only Love ne manque pas. Parody Warning est surement la chanson la plus violente qu'il m'ait été donné d'entendre de tous les albums de 2018 pour le moment. Si vous n'êtes pas prêts à vous prendre un train en pleine face, ne tentez pas l'expérience, ou sinon mettez la en réveil pour le matin, résultat garanti. Et encore une fois, cette chanson, comme toutes les autres à une dimension autre que du bourrinisme pur. Le titre le plus facile à écouter, autrement dit, qui matche le plus rapidement est Heavily Lined, c'est d'ailleurs là où ce coté Queens of the Stone Age évoqué précédemment est le plus facilement perceptible. La figure du perdant magnifique est, elle, souvent perceptible à travers les différents titres, et notamment sur Middle Homes, et est abordée également dans les clips que The Armed a déjà publié, allant même jusqu'à inviter Tommy Wisseau sur Role Models, histoire d'en rajouter une couche.

 Peut-on parler d'avant-garde ou d'expérience musicale ? Trop tôt pour le savoir, mais Only Love est à tous les niveaux un OVNI. De ce genre d'albums qui sera adoré, détesté, incompris mais qui laissera une marque sur son passage et qui fait avancer encore d'un grand pas The Armed comme une référence incontestable dans le milieu.

A écouter : Fortunate Daughter, Pardody Warning
18.5 / 20
4 commentaires (16.63/20).

Untitled ( 2015 )

Un sens de la composition extrêmement pointu, des breaks inattendus et bougrement bien pensés, des harmonies recherchées, des refrains mis en avant par un chant plus chanté et des guitares qui partent dans les aigus performant des gammes entêtantes et diablement efficaces … C'est ça le dernier The Armed !

Le groupe michaganais nous avait habitué avec ses démos à de la déconstruction brillante et brutale, avec cet album auquel le groupe donne son éponymie, on passe encore la vitesse au dessus. Les morceaux sont toujours aussi accrocheurs, les rythmes toujours aussi soutenus et ça tabasse toujours autant, au détail près que maintenant The Armed parvient à allier des mélodies saturées qui donnent une nouvelle profondeur aux compositions. Expression même de la fureur métallique que seule la gratte est capable de sublimer. Des chansons telles que Rythm 0 et Blessings sont juste des merveilles de création. On y retrouve tout ce qui fait un grand titre avec en plus l'originalité et l'arrogance structurelle qui caractérise les Américains. La partie technique est quant à elle toujours présente, peut-être encore même plus que précédemment notamment la guitare de Rage of Youth ou la batterie de Forever Scum.

On ne s'ennuie à aucun moment lors de l’écoute de cet album de quatorze chansons. Qu'il s'agisse des morceaux brutaux comme Future Drugs ou de ceux plus calmes tels Dead Actress (qui a vraiment un gros coté Converge) ou Paradise Day, tous ont leur place, apportent une dimension, un trait d'esprit ou même parfois une élégance qui complète les autres en un tout dont l'usage de superlatifs ne serait qu'euphémisme. Ne se fixant décidement aucune limite, The Armed tente même l'usage des effets électroniques comme sur Polarizer. Essai réussi, les musiciens se permettent même de casser complètement le rythme pour développer la chanson en la transformant en une complainte pleine de douleur et de rage. La dernière pièce de l'album Dead Artist et elle aussi riche en ambiance grâce à l'usage de samples accompagnés d'une basse sobre, se contentant de battre le rythme tel un cœur le ferait.

Le mix réalisé par Kurt Ballou, guitariste et maître à penser de Converge, est lui également magnifiquement bien pensé, offrant un large spectre entre d'un coté la batterie et la basse et de l'autre la guitare et la voix. Ces instruments dissociés les uns des autres offrent une complémentarité dans le profil des chansons. Si on écoute attentivement, lorsque l'un des instruments fait un ostinato (répétition frénétique d'une ou peu de notes) c'est un autre qui prend le relais sur la mélodie et inversement tant et si bien qu'il y a toujours une ligne mélodique en mouvement. Si vous voulez tenter l'expérience auditive c'est sur Paradise Day que c'est le plus clair.

Résolument plus réfléchi, posé, peut-être même mieux construit que les démos sorties jusqu'à lors, on pourrait se dire qu'il s'agit là de l'album de la maturité à ce détail près qu'il s'agit du premier album studio du groupe. La suite ne laisse présager que du bon pour The Armed.

A écouter : Tout

Spreading Joy ( 2012 )

Démo publiée en 2012, Spreading Joy c'est cinq morceaux à 200 à l'heure, 9 minutes de furie à l'état pur. Ça envoie, puis ça envoie, puis ça envoie ! Le nec plus ultra de la fureur revenant au second morceau No Rest Until Ruin. Là ou le génie rencontre la folie. Les titres s'enchaînent à une vitesse folle et c'est déjà la fin de la montée d'adrénaline, sous un dernier riff tabasseur de Countervictims qui viendra faire s'achever les plus valeureux dans un "wow ... " de béatitude. Un éveil des sens à dos de pur-sang sous une cascade au cœur d'un volcan, voilà ce qu'on ressent à la première écoute de cette démo des Michiganais de The Armed. Bien sûr, nulle chose n’est parfaite en ce monde, mais si la perfection devait se rapprocher de quelque chose, ce serait de Spreading Joy.

A écouter : No Rest until Ruin