logo The Apoplexy Twist Orchestra

Biographie

The Apoplexy Twist Orchestra

C'est en 2001 que The Apoplexy Twist Orchestra se forme en Allemagne. Très inspiré par Orchid, le combo produit un screamo extrême basé sur une grande vitesse d'exécution. Les allemands rythment leur course par une série de split CDs (La Quiete, Louise Cyphre...) et y mette un terme en 2004 avec la sortie de Create The New, premier et dernier album. Aujourd'hui les membres de The Apoplexy Twist Orchestra officient dans divers groupes (CallingGinAClark, Borigor...) et labels (React With Protest, Erode Records...)

Chronique

Create The New ( 2004 )

The Apoplexy Twist Orchestra n'est plus. Sans doute se sont-ils cramés la gueule dans leurs propres coulées de lave. Ce n'est pas une raison valable pour ne pas revenir sur Create The New, premier et dernier album du combo allemand, qui clôt leur parcours discographique d'une fort belle manière. Leurs productions précédentes, principalement composées de split-albums, avaient un peu de mal à les hisser au delà de leur influence emoviolence US bien collante. De l'orchestration au chant, les allemands se moulaient sans trop dépasser dans les fondamentaux de chez Orchid, et ce, même si en terme de pédalage pur et dur, ils parvenaient à aller largement aussi loin que les américains.

Quoi qu'il en soit, avec un album intitulé de la sorte, nous étions en droit de réclamer davantage qu'une suée délimitée par les jalons du screamo old school à l'américaine. C'est chose faite. The Apoplexy Twist Orchestra la joue plus malin, et surtout, aiguise sa curiosité afin de sortir nez de la camisole. Certes, on navigue toujours en plein bassin sceamo hardcore à écouter en fingerpointant le plafond, mais The Apoplexy Twist Orchestra y intègre assez d'artifices, et surtout assez d'énergie, pour faire ravaler les langues des plus blasés d'entre nous. Le combo bonifie et alourdie son hardcore grâce à des riffs coupe-jarrets bien gras, et surtout, une rythmique qui va encore plus loin (c'était donc possible !) en terme de puissance et de rapidité d'exécution.
Outre un bel effort dans le son et l'attitude à proprement parler, The Apoplexy Twist Orchestra se fend de 9 morceaux à la fois intenses et inspirés qui touchent juste. Ces derniers s'emboitent sans anicroche ni temps mort grâce à des courtes transitions bien vues à base de guitares aériennes ("Create The New - part II") et de samples vocaux judicieusement intégrés qui font monter la pression jusqu'au Top départ ("The 15 Minutes Attraction"). Ecrasant, au sens littéral du terme. Résultat : 20 minutes de passage à tabac dans une arène boueuse et bouillonante. On reste au sol, de la terre encastrée jusque dans les sinus. Puis comme ici bas, on aime bien se vautrer dans la chaux vive en ebullition, on remettra la dose plutôt deux fois qu'une.

The Apoplexy Twist Orchestra tire sa révérence avec classe, en démontrant sur le terrain les qualités que l'on espérait bien leur trouver. Si le combo n'a rien inventé de fondamental et ne dégage pas une aura posthume aussi prenante que celle de leurs compatriotes de Yage, on se souviendra d'eux comme faisant parti des acteurs significatifs d'une scène screamo hardcore européenne en quête d'identité.

A écouter : L'index vers les nuages