Découverte
Pochette s/t

logo The Abominable Iron Sloth

Biographie

The Abominable Iron Sloth

  The Abominable Iron Sloth est avant tout le projet de Justin Godfrey (guitare/chant) et de son ami Cayle Hunter, guitariste au sein du groupe Ghostride (groupe composé d’ex-membres de Will Haven). Durant l’automne 2005 la formation Hardcore Métal de Sacramento décide de se reformer, s’enrichissant même d’un second guitariste en la personne de Cayle Hunter. Ce dernier ne cesse de travailler parallèlement à l’élaboration de morceaux pour The Abominable Iron Sloth, puis il décide de faire écouter ses esquisses aux autres membres de Will Haven. Jeff Irwin (guitare), Mike Martin (basse), et Mitch Wheeler (batterie) sont alors tellement emballés par le résultat qu’ils tiennent absolument à participer au groupe. La bête, initialement bicéphale, a atteint désormais sa forme définitive.
  Le combo Sludge passe ensuite une bonne partie de l’automne et de l’hiver 2005 enfermé en studio en compagnie du producteur Eric Stenman (Skinny Puppy, Deftones, Will Haven) afin d'enregistrer son premier album éponyme. C’est par les bons soins des labels Goodfellow et Undergroove Records que The Abominable Iron Sloth voit finalement le jour fin mars 2006.

Chronique

16.5 / 20
6 commentaires (17.58/20).
logo amazon

The Abominable Iron Sloth ( 2006 )

  L’heure est venue. Après avoir longuement psalmodié à huis clos, les cinq serviteurs de cet Abominable Iron Sloth ont enfin lâché la Bête à la face du monde. Bien que l’imagerie d’inspiration lovecraftienne soit utilisée au second degré par nos amis américains, appuyé de surcroît par le choix d’un paresseux comme animal totémique sur la pochette, ce premier album n’a rien d’une blague potache. Loin de là. Le groupe nous plonge fissa au cœur de l’horreur et de la moiteur si caractéristique du Sludge, cette monstruosité stylistique façonnée en Louisiane dans les années 90 par EyeHateGod (entre autres), mais aussi en Angleterre par les soins opiacés d’Iron Monkey.

  The Abominable Iron Sloth n’a pas simplement souhaité autopsier les articulations du genre. Le groupe choisit en effet d’y greffer la virulence Métalcore de Will Haven grâce à l’aide précieuse de quatre de ses membres. A la viscosité des riffs Sludge sont ainsi adjoints les guitares pilons ayant fait les beaux jours de Carpe Diem, et la redondance rythmique heavy qui a toujours démarqué le groupe du reste de ses congénères. Un "Frankenstein" redoutable donc, aux compositions ultra efficaces qui ont bien souvent la nuque en ligne de mire (les intransigeants Hats Made Of Veal And The New Car Scent et The Family Thats Prays Together Slays Together), grasses et poisseuses comme un cadavre fraîchement repêché dans la vase (I Am The Carcass).

  Le quintet varie en outre ses pervers plaisirs en ralentissant par moments ses tempos jusqu’à taquiner le doom occulte d’Electric Wizard (Parasite Hilton And Other Flaws Inherent To Wealth). Jeff Irwin renforce un peu plus ce sentiment de surprendre une scène interdite par l’utilisation de ses fameux filets de guitares flanger fantomatiques qui contribuent aux ambiances si malsaines de Will Haven. La charge est rude, et ce n’est pas l’unique et bref break mélodique "made in Sacramento" de Distant Pond On The Rivers Of Human Limelight qui allègera la putride atmosphère.

  Cette séance de prédation sonore est d’ailleurs loin d’être atténuée par le chant de Justin Godfrey, tant le jeune homme bouclé aux airs faussement angéliques fait preuve de véhémence. Ses cris venimeux giclent en effet sur chaque titre, à l’instar des hurleurs célèbres de la scène, dans une saturation hardcore très légèrement parsemée de black métal vomitif.

  Si The Abominable Iron Sloth ne s’écarte pas fondamentalement des poncifs du genre, l’incorporation du son Will Haven vient tout de même le muscler sévèrement. Les musiciens sont allés à l’essentiel sur ce premier album, avec neuf titres concis et d’une violence aussi crue que spontanée. Un disque sans prétention somme toute, mais sur lequel on peut percevoir immanquablement le plaisir, communicatif, de faire du gras.

Télécharger : I Am The Carcass.
Ecouter : Deux titres (Hats Made Of Veal & The New Car Scent et A Hot Pink Shell Of My Former Self) sur la page MySpace du groupe.

A écouter : Hats Made Of Veal & The New Car Scent, Parasite Hilton & Other Flaws Inherent To Wealth...
The Abominable Iron Sloth

Style : Sludge
Tags :
Origine : USA
Site Officiel : ironsloth.com
Myspace :
Amateurs : 11 amateurs Facebook :