Albums du moment
Pochette Lokabrenna
Pochette The Fallen Crimson
Chroniques
Pochette No More Hollywood Endings
Pochette Apocalypse & Chill
Pochette Abreaction
Pochette Cycles
Pochette The Ruins Of Fading Light Pochette Afterlight

logo Teeth Of Lions Rule The Divine

Biographie

Teeth Of Lions Rule The Divine

Teeth Of Lions Rule The Divine, nommé ainsi en l'honneur d'un morceau de Earth sur l'album Earth 2, est un des supergroupes du drone doom. En effet, on retrouve Lee Dorrian (Chant / Cathedral, Napalm Death), Stephen O'Malley (Guitare / Khanate, Sunn O))), Burning Witch, Thorr's Hammer), Greg Anderson (Basse et Orgue/ Goatsnake, Sunn O))), Burning Witch, Thorr's Hammer) ainsi que Justin Greaves (Batterie / Iron Monkey, Electric Wizard). En 2002, Teeth Of Lions Rule The Divine sort son seul album à ce jour, Rampton, composé de 3 morceaux pour une durée totale d'une heure.

Chronique

17 / 20
1 commentaire (19/20).
logo amazon

Rampton ( 2002 )

Des crépitements. De bruit. Voilà ce qui, pour une oreille non avertie, pourrait le plus ressembler à Teeth Of Lions Rule The Divine. Pourtant, passé la première écoute, ce supergroupe (on rappelle que les membres jouent dans Sunn O))), Khanate, Cathedral ou encore Burning Witch) révèle quelque chose de profond, est une expérience éprouvante. La meilleure manière de faire ressentir l'album est de se placer dans le noir, dans une grande boite, et d'imaginer la musique en faire vibrer les parois...

Au premier abord, He Who Accepts All That Is Offered semble vide, désertique, si ce n'est quelques frappes de batterie solitaires, un son de gratte résonnant, bruit sourd, lointain mais présent. Et pourtant ces 30 minutes de musique vont bien au-delà de ça. C'est hypnotique, noir, purulent. Ca sent la pourriture, la sorcellerie. Le moindre bruit, le moindre son reflète une telle décadence qu'on se sent attiré au sol, piétiné, persécuté par les 4 musiciens. Les mots sont crachés, les cordes tiennent leurs notes avec une lenteur suffocante, tandis que les peaux et cymbales résonnent, avec un rythme démoniaque tel que l'on attend le prochain son avec frayeur. On ne sait sur quel pied danser pour New Pants & Shirt. Quelques premières notes douces, mélancoliques, vite remplacées par le chant de Lee Dorrian, monstrueux, éléphantesque, accompagné par un ensemble où la tristesse suppure, comme si les affres de la corruption avaient touché un orchestre aux chansons amoureuses. Ce souffle terminant New Pants & Shirt, résonnant jusqu'à en devenir imposant, laisse lessivé, usé pour mieux enchaîner sur The Smiler, qui, du haut de ses 17 minutes, serait la conclusion de l'enterrement. L'orgue résonne, le prêtre noir Dorian clame ses paroles qui résonnent dans l'église décrépite de Rampton. Le côté divin de cette partie de l'album est sali, trainée dans la boue. C’est la parodie diabolique d'une messe où les fidèles ne sont que des âmes perdues. Même le passage plus paisible en milieu de morceau, au chant fatigué, las, n'arrive pas à paraître reposé, positif, ni même neutre. Fausse accalmie, il précède la descente aux enfers finale de l'auditeur, supplicié, spectateur de ce cauchemar.

Mais le plus important sur Rampton, c'est le ressenti, le dégout de l'être humain qu'arrive à faire ressentir Teeth Of Lions Rule The Divine. On se sent avili, sali, le moindre objet devient maudit. Les adjectifs pour décrire Rampton sont nombreux : glauque, malsain, mystérieux, froid, ... C'est le festival primitif de musiciens à la recherche de l'expérimentation, pour qui le Doom est une vie. On retrouve les sonorités d'un Burning Witch, les notes de guitare de Sunn O))). Les sons éparpillés, grésillements, cris, et la production qui donne un aspect étouffant, résonnant, à Rampton permet à Teeth Of Lions Rule The Divine d'imposer sa musique, de scotcher l'auditeur pour l'empêcher de fuir ou de se recroqueviller sur lui-même.

Rampton est à ne pas confier aux âmes sensibles. La meilleure façon d'appréhender la musique de Teeth Of Lions Rule The Divine est de s'imaginer à la place du mort dans le cercueil transporté par le cortège funèbre de l'artwork. Si vous n'avez pas peur de trembler à l'écoute de Rampton, si la musique expérimentale ne vous effraie pas, et si vous n'avez aucun apriori, Rampton est fait pour vous. Teeth Of Lions Rule The Divine enfonce déjà le dernier clou du cercueil sous ce chant incantatoire...

A écouter : Dans un cercueil.
Teeth Of Lions Rule The Divine

Style : Drone doom
Tags : -
Origine : Royaume-Uni
Site Officiel : southernlord.com/band_TOL.php
Myspace :
Amateurs : 8 amateurs Facebook :